Informations

Pourquoi les antibiotiques aminosides sont-ils particulièrement efficaces contre les bactéries aérobies à Gram négatif ?

Pourquoi les antibiotiques aminosides sont-ils particulièrement efficaces contre les bactéries aérobies à Gram négatif ?


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Les aminosides sont de courtes chaînes de molécules de sucre avec des groupes -OH substitués par des groupes amine. Pour autant que je sache, ils fonctionnent en faisant en sorte que les ribosomes bactériens interprètent mal l'ARN et créent des protéines non fonctionnelles. Ces protéines cessent à la fois de fournir des fonctions essentielles à la cellule et augmentent la perméabilité de la cellule aux aminosides, conduisant éventuellement à la mort de la cellule. Ce que je ne comprends pas, c'est pourquoi ce mécanisme est spécifique aux bactéries aérobies à Gram négatif. La perméabilité membranaire serait-elle à peu près la même pour les deux classes ? Et aussi la structure des ribosomes ? Toute aide serait très appréciée.


L'anaérobiose est incompatible avec une accumulation intracellulaire efficace d'antibiotiques aminosides tels que la streptomycine et la gentamycine.

Après une première étape de liaison impliquant le lipopolysaccharide de la membrane externe, la cinétique de l'absorption des aminosides présente deux processus dépendant de l'énergie (EDP I ET II). EDP ​​I est l'étape lente et limitante et dépend du potentiel membranaire ??, mais les détails du processus ne sont pas clairs. L'EDP II est plus rapide et peut être déclenchée par des modifications membranaires résultant d'erreurs de traduction causées par l'antibiotique accumulé dans EDP I, car les inhibiteurs de la synthèse des protéines bloquent la transition d'EDP I à EDP II.

EDP ​​I requiert une valeur seuil de ??, et il est prouvé que ce seuil ne peut souvent pas être atteint dans des conditions anaérobies.

Ce résumé est basé sur les informations contenues dans cette revue de 1987. Je n'ai pas pu trouver d'informations plus récentes.


Les aminosides sont chargés positivement et donc plus attirés par les bactéries à Gram négatif car le LP dans leur membrane externe est négatif.


Pharmacologie

Aminoglycosides

Les antibactériens aminosides, par exemple la vancomycine et la gentamicine, inhibent la synthèse des protéines chez les bactéries en se liant de manière irréversible à une partie du ribosome (la sous-unité 30S). Cela empêche l'aminoacyl-ARNt de se lier au site accepteur et l'élaboration de la chaîne peptidique cesse. Les aminosides inhibent sélectivement la synthèse des protéines bactériennes. Néanmoins, les antibiotiques aminosides n'ont qu'une fenêtre thérapeutique étroite. Ils causent tous des dommages permanents aux cellules ciliées de l'oreille interne, provoquant une surdité (ototoxicité) si la concentration plasmatique ne dépasse que très peu la concentration bactéricide efficace.

Les aminosides sont actifs contre certains organismes à Gram positif et de nombreux organismes à Gram négatif. Certains (amikacine, gentamicine, tobramycine) sont également actifs contre P. aeruginosa. La streptomycine est active contre Mycobacterium tuberculosis et doit être réservé au traitement de la tuberculose.

Tous les aminosides sont hautement solubles dans l'eau et ne sont donc pas absorbés après administration orale. Leur haute solubilité dans l'eau signifie également qu'ils sont éliminés par filtration au niveau du rein, avec une clairance qui se rapproche du débit de filtration glomérulaire (environ 100-120 ml/min). Les injections sont donc généralement administrées toutes les 4 à 6 heures pour maintenir la plage thérapeutique étroite de concentration plasmatique nécessaire pour tuer les bactéries sans provoquer d'ototoxicité. Chez les patients présentant une insuffisance rénale, un ajustement de la posologie est essentiel. Une indication de la fonction rénale altérée est fournie par la mesure de la concentration plasmatique de créatinine. Une concentration élevée suggère que la fonction rénale est altérée et qu'une évaluation minutieuse du schéma posologique est nécessaire. Cela peut inclure une évaluation complète de la clairance de la créatinine. La néomycine est trop toxique pour une utilisation systémique et ne peut donc être utilisée que pour traiter les infections de la peau et des muqueuses.


Espèces Bacteroides et Prevotella et autres bacilles anaérobies à Gram négatif

Amygdalite chronique.

AGNB peut être impliqué dans l'amygdalite aiguë, l'amygdalite chronique et leurs complications, y compris la thrombophlébite de la veine jugulaire interne. Les preuves des caractéristiques physiopathologiques des anaérobies dans l'amygdalite non streptococcique comprennent ce qui suit : réduction de la fièvre et des symptômes cliniques chez les patients traités par métronidazole par rapport aux enfants non traités 29 une réponse immunitaire détectable contre AGNB chez les patients atteints d'amygdalite, de cellulite ou d'abcès péri-amygdalien et de mononucléose infectieuse 30 isolement d'AGNB à partir des noyaux des amygdales d'enfants atteints d'amygdalite récurrente 23 et d'abcès péri-amygdalien et rétropharyngé 31 et l'isolement d'organismes aérobies et anaérobies producteurs de -lactamases à partir des amygdales de plus de 75 % des enfants atteints d'une amygdalite streptococcique récurrente. 32 La capacité de mesurer l'activité de la -lactamase dans le noyau des amygdales et les réponses des patients aux agents efficaces contre les bactéries productrices de β-lactamase (c. n'a pas réussi à éradiquer l'amygdalite streptococcique. 32


Glycans et glycosaminoglycanes comme biomarqueurs cliniques et thérapeutiques - Partie B

2.1 Aminoglycosides

Les antibiotiques à base d'aminosides sont principalement extraits du bouillon de fermentation de streptomyces et de micromonospora, et certains sont préparés de manière semi-synthétique en utilisant des aminosides naturels comme matières premières. Depuis que la streptomycine a été isolée pour la première fois en 1943, 5 plus de 100 aminosides ont été découverts, parmi lesquels les médicaments couramment utilisés en pratique clinique sont la streptomycine, la gentamycine, la kanamycine, la tobramycine, la ribomycine, la paromomycine et l'amikacine. Leurs caractéristiques et structures moléculaires sont présentées dans le tableau 1 et la figure 2 . Parmi les antibiotiques aminoglycosides, les sucres imino ont principalement des aminohexoses ou des aminopentoses substitués à différentes positions, tels que le 3-amino-3-désoxy-d-glucose monoamino-substitué et le 6-amino-6-désoxy-d-glucose bisamino-substitué 2 le ,6-diamino-2,3,4,6-tétradéoxyhexose et le 3-désoxy-4-C-méthyl-3-méthylamino-1-arabinose substitué par un méthyle. Leurs structures chimiques sont illustrées à la figure 3 . En raison des caractéristiques structurelles des aminosides, ces antibiotiques sont pour la plupart des composés polaires à haute solubilité dans l'eau, sont généralement basiques. Ils sont généralement appliqués en pratique clinique sous forme de sulfate ou de chlorure.

Tableau 1 . Caractéristiques des médicaments à base d'aminosides.

NomLa sourceFormuleEffets pharmacologiques et application cliniqueEffets indésirables
StreptomycineStreptomycesC21H39N7O12Toutes les formes de tuberculose, en particulier la méningite tuberculeuse et la tuberculose invasive aiguë 6-8 tularémie pestis endocardite causée par le streptocoque hémolytique, le streptocoque vert et l'entérocoque 9 Toxicité rénale et ototoxicité, vertiges, vomissements, engourdissement du visage, fièvre et éruption cutanée 10-12
GentamycineMicromonosporaC1:C21H43N5O7
C2:C20H41N5O7
Antibiotiques à large spectre. Sepsis infections respiratoires infections des voies urinaires 13 méningites 9 infections intestinales infections de la peau et des muqueuses infections des yeux, des oreilles et du nezFaible numération globulaire, réactions allergiques, problèmes neuromusculaires, lésions nerveuses, néphrotoxicité, ototoxicité 14,15
KanamycineStreptomycesC18H36N4O11·H2DONC4Antibiotiques à large spectre. Infection intestinale Préparation intestinale préopératoire coma hépatique chez les patients atteints de cirrhose et d'hémorragie du tube digestif infections graves, telles que septicémie, infection abdominale infection bactérienne oculaire tuberculoseOtotoxicité, 16 néphrotoxicité, 17 réaction allergique, effets gastro-intestinaux, effets musculo-squelettiques, effets neurologiques, effets métaboliques
TobramycineDésoxygénation de Streptomyces Niger ou de la kanamycine BC18H37N5O9Diverses infections causées par des bactéries sensibles, telles que septicémie néonatale, infection pulmonaire, 18,19 kératouvéite bactérienne 20 souvent en association avec des pénicillines ou des céphalosporinesOtotoxicité et néphrotoxicité 21
RibostamycineStreptomyces ou bactéries butamine d'hydrolyseC17H34N4O10·nH2DONC4Les infections des voies respiratoires, de la cavité abdominale, de la cavité thoracique, des voies urinaires, de la peau et des tissus mous, du tissu osseux, des yeux, des oreilles et du nez causées par des bacilles à Gram négatif sensiblesSimilaire à la kanamycine, mais plus doux
ParomomycineStreptomyces rimosusC23H45N5O14·nH2DONC4Infections intestinales locales 23 en particulier téniase avec infection mixte amibienne et dysenterie bacillaire préparation avant opération du côlon coma hépatique otomastoïdite 24 infections bronchopulmonaires et urinaires 25,26 Symptômes gastro-intestinaux, brûlures d'estomac, myasthénie grave, lésions rénales, éosinophilie, pancréatite
AmikacineDérivés semi-synthétiques de la kanamycineC22H43N5O13·nH2DONC4Infections sévères, notamment causées par des bacilles à Gram négatif résistants à la kanamycine, à la gentamycine ou à la tobramycine 27 Lésions rénales, ototoxicité, bloc neuromusculaire, réaction allergique 7,28–31

2 . Structures chimiques des antibiotiques représentatifs à base d'aminosides.

3 . Structures chimiques des imino monosaccharides que l'on trouve couramment dans les antibiotiques à base d'aminosides.

L'aminoglycoside est un composé glycoside formé en liant des sucres aminés avec de l'amino cyclohexanol par un pont oxygène, qui présente une activité bactéricide contre les aérobies à Gram négatif et certains bacilles anaérobies et certaines mycobactéries telles que Mycobacterium tuberculosis, mais n'ont généralement pas d'effet sur les bactéries gram-positives, les champignons et les virus. Cliniquement, il est principalement utilisé pour traiter les infections systémiques causées par des bacilles aérobies à Gram négatif. Le mécanisme d'action antibactérien des antibiotiques aminosides consiste principalement à inhiber la synthèse des protéines bactériennes. Cette famille est capable de se lier directement au site A de la région de décodage de l'ARNr 16S de la sous-unité ribosomique 30S pour exercer de larges activités comprenant une cytotoxicité antibactérienne, antivirale, antipaludique et générale. 32 La fraction C-30-1,3-diméthylurée du pactamycinsat C-30 a été notée comme étant importante pour l'activité tandis que l'ester 6-méthylsalicylique C-90 est considéré comme superflu. Variation de l'activité antipaludique favorisée par la ramification C-30 du pseudo-sucre avec une cytotoxicité globale réduite des lignées cellulaires de mammifères.

Les caractéristiques bactéricides des antibiotiques aminosides sont les suivantes : premièrement, forte activité bactéricide sur les bactéries quiescentes et effet bactéricide dépendant de la concentration deuxièmement, efficace uniquement pour les bactéries aérobies, en particulier pour les bacilles aérobies à Gram négatif troisièmement, effet post-antibiotique évident (PAE) enfin, renforcé activité antibactérienne en milieu alcalin. 33 Cependant, certaines bactéries à Gram négatif peuvent produire des enzymes inactivant les aminosides en catalysant l'acétylation d'amino ou d'hydroxyle, ou la phosphorylation, ou la liaison d'acides nucléiques à des positions spécifiques dans les aminosides. Par conséquent, les modifications structurelles des aminosides sont responsables de la réduction de l'activité antibiotique.

L'intérêt pour l'utilisation des aminosides a déjà conduit à un débat sur les deux questions principales : la sensibilité aux antimicrobiens et les profils de toxicité. Les mécanismes de résistance bactérienne aux aminosides sont divers. Le mécanisme le plus courant est réalisé par une famille d'enzymes appelées AME. De plus, la résistance aux aminosides peut être obtenue par des mutations de la cible du ribosome et par la modification du ribosome par une famille de méthyl méthyltransférase ribosomique. 34 La paroi cellulaire bactérienne sert de barrière intrinsèque, et son imperméabilité peut être augmentée par des modifications lipidiques acquises qui provoquent la répulsion des aminosides. De plus, même si les aminosides pénètrent dans la cellule bactérienne, les concentrations intercellulaires peuvent rester faibles en raison de la décharge active des aminosides hors de la cellule par les pompes d'efflux. 35 Il est bien connu que les aminosides peuvent provoquer une toxicité de l'oreille interne et une perte auditive neuronale du capteur. 36,37 L'incidence de l'ototoxicité dans l'oreille interne varie de 7 % à 90 %, selon le type d'antibiotiques utilisés, la sensibilité du patient à ces antibiotiques et la durée d'administration des antibiotiques. 38 La toxicité des antibiotiques aminosides limite leur application clinique ultérieure. Cependant, étant donné que les aminosides sont des bactéricides quiescents, le PAE est courant pour les bacilles à Gram négatif, et l'effet bactéricide complet, synergique, associé à des médicaments, peut traiter les infections graves causées par les bacilles à Gram négatif aérobies et les bactéries positives, ont toujours un statut irremplaçable dans la pratique clinique. . 39,40


Spectinomycine

La spectinomycine ressemble aux aminosides "classiques" en ce qu'elle est techniquement un aminocyclitol. Il est dérivé de Streptomyces spectabilis. Il inhibe la synthèse protéique des bactéries gram-négatives en se liant à la sous-unité ribosomique 30S, mais ne provoque pas de mauvaise lecture des codes d'ARNm, par conséquent, il n'est pas cidal. La résistance se développe facilement par mutation. C'est l'un des principaux problèmes de la spectinomycine et cela limite son utilité clinique.

Le spectre de la spécytinomycine comprend certaines bactéries à Gram négatif, mais il est inférieur à celui d'autres médicaments. Sa seule utilisation approuvée en médecine humaine concerne les organismes Neisseria gonococcus résistants aux pénicillines. Il est efficace contre ceux-ci à des concentrations de 7 à 20 ug/ml, concentration produite par les doses recommandées.

Il est beaucoup moins toxique que les aminosides jusqu'à 400 mg/kg IV peuvent être tolérés. Il y a peu d'effets secondaires importants, y compris l'absence d'otoxocité ou de néphrotoxicité. Il existe cependant des douleurs au site d'injection, des vertiges, des nausées, de l'insomnie et de l'urticaire, des frissons et de la fièvre.

Il est utilisé uniquement par voie IM chez l'homme, mais il existe des préparations à base d'aliments pour animaux. Il est rapidement absorbé par injection IM. Une dose IM de 2 grammes (environ 30 mg/kg) produit une concentration sérique maximale à 1 heure de 100 ug/ml. Huit heures plus tard, la concentration est de 15 ug/ml. Le médicament actif est éliminé dans l'urine.

En médecine vétérinaire, la spectinomycine est utilisée comme additif alimentaire et pour les pneumonies. Le plus couramment utilisé avec Lincosin (L-550) - pour fournir une couverture à large spectre pour les infections à Gram +/-. Approuvé pour une utilisation dans l'eau chez les dindes. La spectinomycine a été utilisée pour traiter les diarrhées coliformes chez les porcelets, bien qu'elle ne soit pas aussi efficace que la gentamicine orale ou le MecadoxR.


Compréhension moléculaire de l'action et de la résistance aux aminosides

Les aminosides sont de puissants antibiotiques bactéricides ciblant le ribosome bactérien, où ils se lient au site A et perturbent la synthèse des protéines. Ils sont particulièrement actifs contre les bactéries aérobies Gram-négatives et agissent en synergie contre certains organismes Gram-positifs. Les aminosides sont utilisés dans le traitement des infections sévères de l'abdomen et des voies urinaires, de la bactériémie et de l'endocardite. Ils sont également utilisés en prophylaxie, notamment contre l'endocardite. La résistance bactérienne aux aminosides continue de s'intensifier et est largement reconnue comme une menace sérieuse pour la santé. C'est peut-être la raison de l'intérêt pour la compréhension des mécanismes de résistance. Il est maintenant clair que la résistance se produit par différents mécanismes tels que la prévention de l'entrée de médicaments, l'extrusion active de médicaments, l'altération de la cible du médicament (modification mutationnelle de l'ARNr 16S et modification mutationnelle des protéines ribosomiques) et l'inactivation enzymatique par l'expression d'enzymes. , qui modifient de manière covalente ces antibiotiques. L'inactivation enzymatique est normalement due aux acétyltransférases, nucléotidyltransférases et phosphotransférases. Dans cette revue, nous nous concentrons sur le concept récent de compréhension moléculaire de l'action et de la résistance aux aminosides.

Ceci est un aperçu du contenu de l'abonnement, accessible via votre institution.


Effets secondaires

Bien que ce médicament soit efficace contre certains types de bactéries, celles-ci sont contre-indiquées dans certaines circonstances :

  • Ceux-ci sont contre-indiqués pour les personnes qui y sont allergiques. Tenez vos médecins au courant et informez-les si vous avez eu une réaction allergique à ces médicaments.
  • Des précautions doivent être prises en cas de maladie rénale préexistante. La néphrotoxicité est l'une des préoccupations en raison de l'accumulation du médicament dans les cellules tubulaires proximales du rein. Bien que la toxicité soit réversible dans la plupart des cas, une surveillance constante est nécessaire. Si des problèmes apparaissent, le médicament doit être arrêté ou la posologie doit être ajustée. L'une des indications de problèmes rénaux est une modification de la diurèse.
  • Ce médicament est placé dans la catégorie de grossesse D, et il existe des preuves qui suggèrent qu'il peut causer des dommages à l'enfant à naître.
  • Les enfants et les personnes âgées sont plus sensibles aux effets secondaires. S'il est pris à fortes doses pendant de longues périodes, il existe un risque d'ototoxicité, ce qui peut entraîner une perte auditive. Une vestibulotoxicité, qui entraîne une perte d'équilibre, peut survenir chez certaines personnes qui prennent le médicament depuis longtemps.
  • Ils sont utilisés avec des antibiotiques à large spectre β-lactames pour les infections à bacilles gram-négatifs. Ils peuvent être utilisés seuls ou en association avec d'autres médicaments pour traiter les infections bactériennes.
  • Ils sont dérivés des bactéries de la Streptomyces et Micromonospora genre, et ont un large spectre antimicrobien.
  • Ils provoquent une mauvaise lecture de la séquence d'ARNm et inhibent la synthèse des protéines. Cela les rend efficaces dans la lutte contre la plupart des bactéries gram-négatives comme E. coli, Salmonelle, et Pseudomanes. L'efficacité des aminosides contre les bacilles aérobies à Gram négatif et Mycobacterium tuberculosis est bien connu.
  • Certaines expériences ont montré leur efficacité dans le traitement de la mucoviscidose.
  • Bien qu'il soit principalement administré par voie intraveineuse, la méthode d'inhalation ou d'irrigation peut parfois être utilisée.

Étant un antibiotique, ce médicament ne fonctionnera pas contre les infections virales telles que le rhume et la grippe. Les effets secondaires peuvent survenir s'ils sont pris à fortes doses. Les médecins décident de la posologie après avoir pris en considération l'âge, le poids et les antécédents médicaux du patient.

Clause de non-responsabilité: Les informations fournies dans cet article sont uniquement destinées à éduquer le lecteur. Il n'est pas destiné à se substituer à l'avis d'un expert médical.


Mécanismes d'ototoxicité des aminosides et cibles de protection des cellules ciliées

Les aminosides sont des antibiotiques couramment prescrits avec des effets secondaires délétères pour l'oreille interne. En raison de leur application populaire en raison de leurs puissantes activités antimicrobiennes, de nombreux efforts ont été entrepris pour empêcher l'ototoxicité des aminosides. Au fil des ans, la compréhension des mécanismes antimicrobiens et ototoxiques des aminosides s'est améliorée. Ces mécanismes sont passés en revue au regard des cibles établies et potentielles futures de la protection des cellules ciliées.

1. Introduction

Les aminosides (AG) sont une classe d'antibiotiques bien connue et efficace. L'isolement initial de la streptomycine à partir de Streptomyces griseus a fourni le traitement longtemps recherché pour la tuberculose et un antibiotique efficace contre les bactéries gram-négatives [1, 2]. Au cours des années suivantes, d'autres AG ont été isolés de Streptomyces spp., intégrant couramment la terminaison « -mycine » dans leur nomenclature [3, 4].Avec l'isolement de la gentamicine à partir de Micromonospora purpurea [5], la terminaison "-micine" a été mise en œuvre pour spécifier l'origine bactérienne de l'AG individuel. Contrairement à ces dérivés organiques de bactéries du sol, des AG synthétiques tels que l'amikacine pourraient être développés in vitro [6]. Actuellement, neuf AG (streptomycine, néomycine, tobramycine, kanamycine, paromomycine, spectinomycine, gentamicine, nétilmicine et amikacine) sont approuvées par la Food and Drug Administration (FDA) [7].

En plus de leur puissante efficacité antimicrobienne, tous les AG peuvent provoquer des effets secondaires toxiques pour les reins et l'oreille interne. Alors que les dommages infligés par AG sur le rein sont généralement réversibles [8, 9], les dommages à l'oreille interne sont permanents [10]. Cette néphro- et ototoxicité a été initialement découverte dans les premiers essais cliniques de la streptomycine [11, 12]. Dans l'oreille interne, la streptomycine endommage de préférence l'organe vestibulaire [12]. Cependant, la modification de la streptomycine en dihydrostreptomycine a entraîné un déplacement des lésions ototoxiques de l'organe vestibulaire vers la cochlée [13]. Généralement, chaque AG est capable d'endommager de manière irréversible à la fois les organes auditifs et vestibulaires, mais « affecte généralement l'un plus que l'autre » [14]. La gentamicine et la tobramycine sont majoritairement vestibulotoxiques, tandis que la néomycine, la kanamycine et l'amikacine sont majoritairement cochléotoxiques [15]. Les effets secondaires ototoxiques surviennent quelques jours ou semaines après l'application systémique et sont souvent de présentation bilatérale [16]. Une vestibulotoxicité survient chez jusqu'à 15 % des patients après administration d'AG [17], alors qu'une cochléotoxicité chez 2 à 25 % des patients [17, 18]. Différents régimes d'administration d'AG et différentes définitions des dommages ototoxiques peuvent avoir contribué à la variation de l'incidence [19].

Les symptômes de la cochléotoxicité comprennent une perte auditive et/ou des acouphènes, tandis que ceux de la vestibulotoxicité consistent en un déséquilibre et des étourdissements. Malheureusement, ces symptômes peuvent ne pas être détectés avant la phase aiguë de l'infection sévère et le diagnostic est donc retardé. La cochléotoxicité AG affecte généralement d'abord la fréquence élevée, puis s'étend vers la fréquence inférieure et varie dans le temps de manière dose-dépendante [20, 21]. Étant donné que les fréquences auditives ultra-hautes ne sont pas testées en routine (>8 kHz), l'incidence réelle de la perte auditive induite par l'AG est souvent sous-estimée. En effet, lors des tests ultra-hautes fréquences, une perte auditive a été rapportée chez 47 % des patients ayant des antécédents de traitement par AG [22].

Malgré les effets secondaires néphro- et ototoxiques, les AG restent les antibiotiques les plus couramment prescrits [23, 24]. Dans le monde industrialisé, l'utilisation des GA est généralement limitée aux infections graves, y compris celles causées par la tuberculose multirésistante [25, 26]. Les nouveau-nés reçoivent fréquemment des AG pour une infection à Gram négatif suspectée ou prouvée, car le sepsis est associé à une mortalité élevée [27]. Dans le monde en développement, cependant, l'utilisation des AG a été populaire en raison de leur faible coût et de leurs puissantes activités antibactériennes, surpassant les antibiotiques plus chers avec des effets secondaires moins graves. Là, les AG sont même prescrits comme traitement de première intention pour des affections moins sévères telles que la bronchite ou l'otite moyenne [28]. Les précautions de sécurité supplémentaires telles que la surveillance du taux sanguin ou les tests auditifs sont également limitées [19]. En conséquence, l'incidence de l'ototoxicité AG dans les pays en développement peut augmenter par rapport au monde industrialisé.

2. Pharmacocinétique et mécanisme antimicrobien des aminosides

La classe de composés AG consiste en une fraction aminocyclitol avec deux ou plusieurs cycles de sucres aminés [29]. Un groupe ammonium quaternaire caractéristique rend les AG polycationiques (charge positive) et hautement polaires [30, 31]. En conséquence, l'absorption entérale est faible et les AG sont généralement administrés par voie parentérale ou topique [32]. Après administration parentérale, les taux plasmatiques d'AG atteignent un pic entre 30 et 90 minutes [7, 33]. Le métabolisme du médicament est minime car environ 99 % des AG administrés sont éliminés sans modification par filtration glomérulaire dans le tubule proximal [34, 35]. La demi-vie plasmatique des GA varie de 1,5 à 3,5 heures [7, 36], mais est prolongée chez les nouveau-nés, les nourrissons et les affections présentant une diminution de la fonction rénale [7, 37].

L'indication la plus courante d'administrer des AG est le traitement empirique des patients atteints d'infections graves telles que la septicémie, les infections nosocomiales des voies respiratoires, les infections compliquées des voies urinaires et les infections intra-abdominales compliquées [25], en partie parce que les AG se sont révélés efficaces contre les bactéries aérobies, gram -bactéries négatives [38]. Les AG démontrent une activité antimicrobienne sélective accrue dans un environnement alcalin [39]. Il a été suggéré qu'un pH alcalin compromet la membrane bactérienne [40, 41], ce qui pourrait faciliter la pénétration de l'AG dans les bactéries. De plus, les AG ont jusqu'à 6 amines avec des pK variant de plus de deux ordres de grandeur, ce qui rend les molécules beaucoup moins chargées à pH alcalin et donc plus aptes à interagir avec un environnement lipidique. Normalement, la nature chargée positivement de la molécule AG empêche le libre passage à travers les barrières lipidiques telles que les membranes cellulaires, mais favorise l'absorption bactérienne et la liaison rapide aux lipopolysaccharides chargés négativement (LPS) dans la membrane externe des bactéries à Gram négatif [42]. En déplaçant de manière compétitive les cations divalents pontants tels que Mg 2+ ou Ca 2+ , les AG peuvent perturber les liaisons croisées entre les LPS adjacents [43]. Une telle perturbation endommage l'intégrité de la membrane et conduit à la formation de bulles de la membrane externe, entraînant finalement des trous transitoires de la paroi cellulaire à Gram négatif [44, 45]. Cette formation de trous dans la paroi cellulaire facilite l'absorption des AG et semble contribuer de manière significative à l'effet bactéricide des AG [46]. Avec cette première étape, les AG pénètrent dans l'espace périplasmique des bactéries gram-négatives de manière passive et non dépendante de l'énergie [47]. Dans une deuxième étape (également appelée phase I dépendante de l'énergie), les AG sont transportés plus loin à travers la membrane bactérienne interne dans un processus nécessitant de l'oxygène [47]. Par conséquent, l'absorption est facilitée chez les bactéries aérobies [47]. Une fois dans le cytosol, les AG interagissent avec la sous-unité 30S des ribosomes bactériens [48, 49] dans une troisième étape dépendante de l'énergie (phase II dépendante de l'énergie) [47, 50]. Au niveau de la sous-unité 30S, les AG se lient au site de décodage situé au site A de l'ARNr 16S [51, 52]. La liaison des AG à ce site perturbe la reconnaissance et la sélection de l'ARNt pendant la traduction et augmente les erreurs de lecture [52, 53]. De plus, la liaison des AG inhibe la translocation ribosomique [54-56]. La perturbation à la fois de la traduction ribosomique et de la translocation inhibe finalement la synthèse des protéines. Fait intéressant, l'affinité pour différents sites de liaison d'ARNr varie selon les différentes classes d'AG [57-59]. Cette interaction AG-ribosome légèrement différente semble donc être bénéfique contre la résistance bactérienne [19].

3. Ototoxicité et mécanisme des dommages aux cellules ciliées

3.1. Susceptibilité et prédisposition génétique à l'ototoxicité des aminosides

Alors que les AG ciblent préférentiellement le ribosome bactérien, l'oreille interne et le rein sont connus pour subir des dommages collatéraux chez de nombreux patients recevant un traitement [11, 12]. Cependant, une méta-analyse comparant les régimes une fois par jour et plusieurs fois par jour de différents AG n'a pas pu déterminer une corrélation statistiquement significative entre l'ototoxicité et les régimes de traitement [60]. L'un des principaux facteurs de susceptibilité (17 % à 33 % des patients présentant des lésions ototoxiques signalées [61]) est la prédisposition génétique à l'ototoxicité des AG [62]. Le fait que cette susceptibilité accrue soit héritée de la mère suggère une implication mitochondriale [62]. Ceci est convaincant à la lumière de la théorie endosymbiotique, car les ribosomes mitochondriaux présentent plus de similitudes avec les ribosomes procaryotes que les ribosomes cytosoliques [63, 64]. Par conséquent, la petite sous-unité du ribosome mitochondrial est l'un des principaux sites de ciblage des AG [48, 49].

Plusieurs mutations de l'ADN mitochondrial sont liées à une susceptibilité accrue à l'ototoxicité des AG [61, 65, 66]. L'exposition à l'AG entraîne une altération de la traduction de l'ARN dans les mitochondries par interaction avec les sites de liaison sur l'ARNr 12S mitochondrial [65]. Cette interaction a été mappée à une mutation adénine en guanine au niveau du nucléotide 1555 dans le gène de l'ARNr 12S [65]. De plus, des mutations de résistance bactérienne sont décrites à ce locus [67, 68]. Cette mutation augmente la similarité structurelle de l'ARNr mitochondrial avec l'ARNr bactérien [65], ce qui favorise la liaison de l'AG à l'ARNr 12S mitochondrial muté [69, 70]. En conséquence, des dommages peuvent résulter d'une diminution de la synthèse des protéines [69]. Bien qu'aucune preuve directe n'existe pour lier l'ototoxicité à une inhibition de la synthèse des protéines mitochondriales, l'inhibition de la synthèse des protéines mitochondriales potentialise la toxicité des AG [71]. De plus, la microscopie électronique révèle une perturbation mitochondriale après traitement par AG [72].

Cette mutation de susceptibilité a été rapportée chez 17 % à 33 % des patients avec une ototoxicité AG rapportée [61] dans la population générale de l'Union européenne, elle est estimée à 1 : 500 [73, 74]. D'autres mutations conduisant à une susceptibilité accrue aux AG ont également été décrites, dont C1494T [66]. Les mutations C1494T ont des degrés de pénétrance variables [75], sont moins fréquentes que la mutation A1555G [76], et sont sporadiques avec des origines multiples [77]. En somme, la prévalence des mutations les plus courantes dans diverses origines ethniques est de 0,9 % à 1,8 % [76, 78], dont 5 à 6 % sont sporadiques [63, 79, 80].

Bien que cette susceptibilité génétique soit présente dans tous les organes, les mutations mitochondriales ciblent la cochlée mais pas les organes vestibulaires ou les reins [81]. Ceci est intrigant car cette cochléotoxicité sélective se produit également avec des AG de préférence vestibulotoxiques tels que la streptomycine [81]. Une explication proposée pour ce phénomène est que les AG provoquent une mauvaise lecture de la synthèse des protéines mitochondriales plutôt qu'une inhibition directe de la synthèse des protéines [82], de sorte que les tissus riches en mitochondries seraient principalement affectés [81]. L'exposition aux AG réduirait la synthèse d'ATP mitochondrial, entraînant une activité de pompe à ions compromise [81, 82]. Une activité réduite de la pompe à ions dans les cellules intermédiaires striales pourrait finalement conduire à une diminution progressive du potentiel endocochléaire [81]. Ce scénario explique vraisemblablement la lente progression de la perte auditive après exposition aux AG observée chez les patients présentant une susceptibilité génétique accrue [81]. L'atteinte striale expliquerait par ailleurs le peu d'effet sur la fonction vestibulaire chez ces patients [81]. Fait intéressant, la strie vasculaire montre une dégénérescence étendue dans les maladies mitochondriales syndromiques [83]. Cela soutient en outre l'hypothèse de la strie vasculaire en tant que cellules cochléaires ciblées par les mutations mitochondriales chez les patients présentant une susceptibilité génétique accrue à l'ototoxicité de l'AG. Une autre explication simple est que la susceptibilité à la maladie mitochondriale est fonction de la demande métabolique, de sorte que les cellules ciliées fonctionnant à des fréquences plus élevées seront plus sensibles à une fonction mitochondriale réduite que les cellules de fréquence inférieure, c'est-à-dire cochlée contre vestibulaire, basale contre apicale, et le type I contre le type II. De même, les cellules striales hautement métaboliquement actives auraient également une sensibilité accrue.

Chez les individus génétiquement prédisposés, il est postulé qu'une seule injection d'AG peut causer des dommages ototoxiques [84], ce qui implique que les facteurs génétiques peuvent réduire la concentration seuil à laquelle les AG causent des dommages [61]. À des concentrations plus élevées ou à des doses plus fréquentes d'AG, l'incidence des dommages ototoxiques dépasse la prévalence des prédispositions génétiques [76, 81, 85]. Même si in vitro, une relation claire entre les dommages et la concentration en AG est observée, l'étendue des dommages ototoxiques in vivo ne semble pas être en corrélation avec la concentration d'AG dans les tissus ciblés [86]. Cet écart nécessite une évaluation plus approfondie.

3.2. Voie des aminosides dans les cellules ciliées

Après administration systémique, les AG sont détectés dans la cochlée en quelques minutes. De la gentamicine marquée par fluorescence a été détectée dans la strie vasculaire 10 minutes après l'injection chez la souris [87]. Dans la strie vasculaire, la gentamicine marquée par fluorescence a augmenté au cours du temps principalement dans les cellules marginales, mais aussi dans les cellules intermédiaires et basales ainsi que les fibrocytes, atteignant un plateau après 3 heures [87]. Ces observations suggèrent que la gentamicine pénètre dans les fluides de l'oreille interne des capillaires strial par les cellules marginales strial [87]. Dans l'organe de Corti, la fluorescence de la gentamicine marquée commence à augmenter 1 heure après l'injection systémique. Les cellules ciliées présentent une gentamicine fluorescente intracellulaire après 3 heures [87]. Des études antérieures ont démontré une pharmacocinétique similaire chez le rat et le cobaye [88, 89]. Dans les tissus cochléaires du rat, les concentrations de gentamicine ont été mesurées par un dosage radio-immunologique et ont culminé 3 heures après l'application systémique [89]. Chez le cobaye, la gentamicine est apparue dans la strie vasculaire 30 minutes après l'injection systémique. Dans les cellules ciliées externes (CHO), la gentamicine a été détectée après 30 minutes et a culminé 6 heures après l'injection systémique [88]. Bien que ces études aient eu des moments spécifiques différents pour les mesures, elles sont à peu près en accord quant à l'évolution dans le temps de l'absorption dans les tissus cochléaires [87-89]. Sur la base des structures cochléaires, où se trouvent les AG, l'entrée dans diverses structures cochléaires suggère un mécanisme d'absorption complexe (Figure 1).


Mécanismes proposés de transport des aminosides dans l'oreille interne. Les sites d'entrée possibles des aminosides dans la scala media comprennent (1) la membrane de Reissner, (2) la strie vasculaire et (3) la membrane basilaire. Les travaux publiés soutiennent la notion d'entrée via la membrane de Reissner et la strie vasculaire à travers et entre les cellules marginales. Au niveau des cellules ciliées, les aminosides peuvent potentiellement entrer via les canaux mécanotransducteurs situés sur les stéréocils des cellules ciliées (A), l'endocytose sur les membranes apicales ou basolatérales (A, B ou C), les canaux TRP (A, B ou C), ou Récepteurs ATP (A).

L'endocytose et le transport à travers les canaux ioniques sont proposés pour médier l'absorption des AG dans les cellules ciliées sensorielles. Alors que certaines publications décrivent l'endocytose comme le mécanisme d'entrée dans les cellules ciliées [90, 91], d'autres préconisent le canal transducteur mécanoélectrique (MET) situé au sommet des stéréocils des cellules ciliées [92-94]. Le mécanisme endocytaire de l'entrée de l'AG est né parce que les chercheurs ont observé l'apparition de vésicules dans la région sous-cutanée des cellules ciliées après injection systémique chez le cobaye [95]. Hashino et Shero ont observé la kanamycine dans les vésicules intracellulaires 27 heures après l'injection systémique chez le poulet [90]. Ces résultats ont été interprétés comme une preuve de l'endocytose en tant que mécanisme d'absorption d'AG car les membranes des vésicules contenaient de la ferritine cationique, un marqueur lié à la membrane [90]. Cependant, aucune différence dans l'AG intravésiculaire, par rapport à un groupe témoin, n'a été observée jusqu'à 12 heures après l'injection [90].

On a émis l'hypothèse que la myosine7a jouerait un rôle dans l'absorption d'AG médiée par l'endocytose en raison de son expression concentrée dans la partie apicale des cellules ciliées dans une région avec de grandes quantités de vésicules connue sous le nom de collier péricuticulaire [91, 96]. Le manque d'absorption d'AG chez les souris mutantes Myosin7a 6j a été considéré comme une preuve soutenant la toxicité d'AG médiée par l'endocytose [91]. Une enquête plus approfondie a révélé que les cellules ciliées déficientes en Myosin7a présentent des canaux MET fermés au repos, ce qui confond les interprétations initiales [97].

De plus, le taux d'endocytose est corrélé avec la température et, par conséquent, est diminué dans des conditions d'hypothermie [98]. L'absorption d'AG démontre peu de cinétique dépendante de la température, indiquant une pertinence mineure de l'endocytose dans le processus [99]. Au lieu de cela, il existe des preuves solides que les AG pénètrent dans les cellules ciliées par le canal MET situé au sommet des stéréocils. Les AG agissent comme des bloqueurs de canal ouvert du canal MET [100, 101]. Initialement, les AG n'étaient pas considérés comme perméables car les estimations de diamètre du pore du canal MET étaient faibles (0,6 nm) [102]. Cependant, les travaux de Gale et de ses collègues ont suggéré que des molécules plus grosses pourraient passer par le canal MET [103]. Ceci a été quantifié par Farris et al. avec une nouvelle estimation de la taille des pores de 1,25 nm [104], ce qui est assez grand pour passer les AG. Marcotti et al. ont démontré directement que les AG pouvaient passer par le canal [92]. Fait intéressant, ce bloc a été diminué de manière significative pour AG approchant le canal de la face interne par opposition à la face externe [92]. Comme cette différence entre le blocage interne et externe des AG fait fonctionner le canal MET comme une valve unidirectionnelle, l'accumulation intracellulaire des AG est favorisée et pourrait expliquer la susceptibilité accrue des cellules ciliées par rapport aux autres types de cellules [94]. L'importance du canal MET comme voie majeure d'entrée d'AG est en outre confirmée par l'exacerbation des dommages ototoxiques avec l'exposition au bruit [105]. Les stimuli acoustiques augmentent la probabilité d'ouverture du canal MET et, par conséquent, augmentent l'absorption d'AG [106]. De plus, la distribution des dommages ototoxiques avec une susceptibilité croissante des cellules ciliées de l'apex à la base correspond aux courants de transduction dans la cochlée, qui sont plus importants dans les CCE basales que dans les CCE apicales et, en général, plus diminués dans les cellules ciliées internes (IHC) [107 –109]. De plus, la gentamicine marquée par fluorescence a d'abord été observée dans les extrémités des stéréocils des cellules ciliées avant que le signal fluorescent n'augmente dans le corps des cellules ciliées [87].

Plusieurs autres canaux ioniques pourraient également contribuer à l'absorption d'AG dans les cellules ciliées. Les canaux de la classe des potentiels récepteurs transitoires (TRP) tels que TRPC3, TRPV4, TRPA1 et TRPML3 sont exprimés dans la cochlée [110–112] et sont permissifs aux AG dans les cellules rénales [113, 114]. On ne sait pas à ce stade dans quelles conditions les canaux TRP pourraient être ouverts et si ces canaux sont exprimés dans la membrane plasmique ou dans d'autres compartiments cytosoliques. La glycoprotéine mégaline est un autre médiateur potentiel pour l'absorption d'AG. La mégaline est principalement exprimée dans les tubules proximaux du rein. La mégaline est capable de lier les AG et est également exprimée dans l'oreille interne [115]. Par conséquent, il a été considéré comme une protéine candidate pour l'absorption d'AG dans les cellules ciliées. Cependant, la mégaline est un récepteur médicamenteux impliqué dans l'endocytose et n'est pas exprimée dans l'organe de Corti et les cellules ciliées sensorielles [115–117]. Néanmoins, la mégaline a été détectée dans les cellules marginales de la strie vasculaire, suggérant un rôle dans le transport des AG dans les fluides de l'oreille interne [116, 117].

3.3. Voies apoptotiques de la mort des cellules ciliées ototoxiques

À l'intérieur de la cellule ciliée, les AG causent des dommages, directement ou indirectement, en induisant d'abord un désordre des stéréocils et en finissant par la mort cellulaire par apoptose [118-121]. La présence d'AG dans les cellules ciliées entraîne une formation accrue d'espèces réactives de l'oxygène (ROS) ou de radicaux libres [122-125]. Un mécanisme commun pour la formation de ROS est la réaction de Fenton :

Ici, la présence de sels de fer est requise [126]. Lorsque la gentamicine se combine avec des sels de fer, le complexe gentamicine-fer améliore les oxydations catalysées par le fer et, ainsi, favorise directement la formation de ROS [122]. Cela nécessite des électrons pour lesquels les acides gras insaturés peuvent agir comme donneurs d'électrons. En retour, ces acides gras, principalement l'acide arachidonique, sont oxydés en peroxydes lipidiques [125, 127]. L'acide arachidonique étant un acide gras essentiel présent dans les membranes cellulaires, les ROS peuvent affecter la fluidité et la perméabilité des membranes [128, 129]. Via la peroxydation lipidique, les ROS peuvent également affecter les protéines et les acides nucléiques, perturbant ainsi l'activité des enzymes, des canaux ioniques et des récepteurs [128-131]. Les ROS se produisent naturellement dans la cellule en tant que sous-produit régulier du métabolisme cellulaire [130-132]. Normalement, la cellule se protège de l'accumulation mortelle de ROS avec des antioxydants intrinsèques tels que le glutathion [132, 133]. Ce système de protection intrinsèque est capable de neutraliser les ROS dans une certaine mesure [134]. Cependant, lorsque la formation de ROS dépasse la capacité de ces systèmes intrinsèques de protection et de réparation, la cellule subit alors une mort cellulaire apoptotique [135, 136].

Le mécanisme d'implication des mutations mitochondriales dans la mort ototoxique des cellules ciliées n'est pas complètement compris. L'exposition à l'AG entraîne une altération de la traduction de l'ARN et une inhibition de la synthèse des protéines dans les mitochondries [65, 69, 137]. Il est en outre suggéré que l'inhibition de la synthèse des protéines mitochondriales entraîne une diminution de l'ATP [137]. Avec la diminution de la production d'énergie, l'intégrité mitochondriale est compromise et prédispose à une fuite de cytochrome c et à l'activation ultérieure des cascades apoptotiques. De plus, il est émis l'hypothèse que les mutations de l'ARN mitochondrial lorsqu'elles sont exposées à l'AG provoquent une formation accrue de ROS, qui favorisent ensuite la mort cellulaire par apoptose [137].

Des voies apoptotiques extrinsèques et intrinsèques indépendantes existent [138, 139]. La voie extrinsèque est médiée par des récepteurs de la mort, notamment la famille du facteur de nécrose tumorale (TNF). Lorsqu'ils sont stimulés, les récepteurs de la mort activent des protéases spécifiques de l'aspartate dépendantes de la cystéine, également appelées caspases. Le prototype des récepteurs de la mort est le récepteur FAS (CD95/APO-1), qui active la caspase-8 lors de la stimulation. La caspase-8 initie à son tour une cascade impliquant l'activation de la caspase-3, de la caspase-6 et de la caspase-7, qui exécutent finalement la dégénérescence cellulaire [140]. La voie intrinsèque, en revanche, est la principale voie apoptotique initiée par l'ototoxicité des aminosides (Figure 2) [120]. La voie intrinsèque est principalement déclenchée par des stimuli non récepteurs tels que la privation de cytokines, les dommages à l'ADN et le stress cytotoxique [141]. Caractéristique de la voie apoptotique intrinsèque est la perméabilisation de la membrane mitochondriale externe entraînant une fuite de facteurs pro-apoptotiques de l'espace intermembranaire mitochondrial dans le cytoplasme. L'intégrité de la membrane mitochondriale et les composants de la voie intrinsèque sont régulés par des protéines de la famille B-Cell Lymphoma-2 (Bcl-2) [141].


Un schéma simplifié de la cascade de mort cellulaire dans les cellules ciliées endommagées par les aminosides. Les espèces réactives de l'oxygène (ROS), les kinases de stress et la famille des caspases de protéases sont activées et médient la dégénérescence des cellules ciliées causée par l'exposition aux aminosides, tandis que la surexpression de Bcl-2 protège contre l'activation des caspases et la perte des cellules ciliées. Les aminosides endommagent les mitochondries et peuvent entraîner la génération de ROS et l'activation de kinases de stress. Les ROS et les kinases de stress peuvent provoquer directement la mort cellulaire et amplifier les attaques ciblant les mitochondries. L'équilibre entre les membres pro-apoptotiques et anti-apoptotiques de la famille Bcl-2 détermine l'intégrité des mitochondries. Le cytochrome c s'échappant des mitochondries endommagées entraîne l'activation de la caspase-9, qui à son tour active la caspase-3 pour exécuter la mort cellulaire.

Bcl-2 est le prototype de cette famille de protéines du même nom. Des études dans d'autres systèmes rapportent ces molécules comme des médiateurs clés de l'apoptose, agissant en amont de l'activation des caspases [142-144]. Les protéines Bcl-2 fonctionnent comme un point de contrôle pour les signaux de mort cellulaire et de survie dans les mitochondries (Figure 2). La famille de protéines Bcl-2 peut être anti- ou pro-apoptotique [136, 145, 146] Les protéines anti-apoptotiques Bcl-2 comprennent Bcl-2 et Bcl-XL [143, 147], tandis que les protéines pro-apoptotiques Bcl-2 qui favorisent la mort cellulaire comprennent Bax, Bak, Bcl-Xs, Bid, Bad et Bim [143, 147]. Les protéines Bcl-2 forment des hétéro- et homodimères dans la cellule. Lorsqu'une cellule est provoquée, l'équilibre entre les protéines Bcl-2 anti- et pro-apoptotiques régule le déclenchement ou non de la mort cellulaire par apoptose [148]. Les protéines anti-apoptotiques Bcl-2 sont capables de se lier aux protéines pro-apoptotiques Bcl-2, neutralisant ainsi le signal pro-apoptotique [149]. Lorsque la balance penche en faveur de l'apoptose, le membre cytoplasmique pro-apoptotique Bcl-2 Bax se déplace vers les mitochondries, provoquant des pores dans la membrane mitochondriale [143, 144]. Cela conduit à la perte du potentiel transmembranaire mitochondrial, à la génération de ROS et à la fuite du cytochrome c dans le cytoplasme [143, 144, 150-154], activant ainsi la voie des caspases en amont comme mentionné ci-dessus. Soutenant un rôle de cette voie dans l'oreille interne, la perte de cellules ciliées et l'activation de la caspase-9 ont été empêchées dans les utricules de souris surexprimant Bcl-2 lorsqu'elles ont été traitées avec de la néomycine [155]. Cela suggère un rôle pour Bcl-2 dans la cascade de caspases en amont dans la mort des cellules ciliées induite par les aminosides.

Un autre groupe de médiateurs de la mort apoptotique des cellules ciliées est constitué par les protéines kinases activées par le stress, y compris les protéines kinases activées par les mitogènes (MAP) (Figure 2) [120]. Un groupe particulier de MAP kinases sont les kinases N-terminales c-jun (JNK). Ces JNK sont situées dans le cytoplasme et régulées par la protéine 1 interagissant avec c-Jun (JIP-1) [156, 157]. En réponse aux agressions cellulaires, JIP-1 facilite la phosphorylation et donc l'activation de JNK [158-161]. La JNK activée phosphoryle à son tour et active ainsi les facteurs de transcription c-Jun, c-Fos, ELK-1 et le facteur de transcription activé 2 (ATF-2) dans le noyau et Bcl-2 dans les mitochondries [120]. Après traitement par AG, des augmentations de JNK, c-Jun, c-FOS et Bcl-2 ont été rapportées dans les cellules ciliées [120, 152, 161, 162]. L'activation de la voie de signalisation JNK semble précéder la libération du cytochrome c mitochondrial, qui active alors les caspases [152, 163].

Les caspases exécutent la mort cellulaire en apoptose [141]. La famille des caspases se compose de 14 membres chez les mammifères, avec seulement un sous-ensemble impliqué dans l'apoptose [142, 164]. Les caspases peuvent ainsi être séparées en enzymes amont et aval, qui sont normalement inactives [136, 164]. Les caspases existent dans le cytoplasme normalement inactivées par les protéines inhibitrices de l'apoptose (IAP) [136, 141]. L'activation des caspases en amont se produit par des signaux induisant l'apoptose tels que p53, qui s'est avéré activer les caspases après l'administration de cisplatine. Les caspases en aval sont activées par les caspases en amont par clivage d'un prodomaine inactivant pour produire l'enzyme mature [136].

La caspase-8 est un membre en amont qui est étroitement lié aux récepteurs contenant le domaine de mort associé à la membrane. Lorsque des ligands tels que le ligand Fas ou le facteur de nécrose tumorale alpha se lient à ce récepteur, la caspase-8 est recrutée de manière intracellulaire, conduisant au regroupement et à l'autoactivation d'autres molécules de caspase-8 [165]. Cela provoque ensuite l'activation des caspases en aval telles que les caspases-3, -6 et -7. Bien que la caspase-8 soit détectée dans l'HC après l'administration d'AG [166, 167], elle ne joue pas un rôle clé dans la mort de l'HC, car l'inhibition de cette voie n'empêche pas la mort de l'HC ni l'activation de la caspase-3 [166, 168, 169 ].

La caspase-9 est une caspase en amont activée par les signaux apoptotiques des mitochondries. Cette voie est initiée par la libération du cytochrome c par les mitochondries, qui se lie ensuite au facteur d'activation de la protéase de l'apoptose, dATP, dans le cytoplasme et à la procaspase-9 [164, 170]. Cette liaison provoque le clivage et l'activation de la caspase-9, qui par la suite clive et active les caspases en aval, entraînant finalement la mort cellulaire par apoptose (figure 2). La caspase-9 activée est détectée dans les cellules ciliées cochléaires et utriculaires après un traitement par AG in vitro [151, 166, 167].

La caspase-3 est une caspase primaire en aval qui exécute le programme apoptotique par clivage des protéines nécessaires à la survie cellulaire, notamment Bcl-2, les inhibiteurs des désoxyribonucléases et les protéines du cytosquelette (Figure 2) [171-174]. Cette activation enzymatique a été détectée dans l'HC en raison des ROS après l'administration d'AG [150, 151, 166, 167, 175].

D'autres mécanismes de mort apoptotique des cellules ciliées après l'administration d'AG impliquent l'activation de NF-?? ainsi que des protéases dépendantes du calcium telles que les calpaïnes. Inhibition de la NF-?? dans des explants cochléaires de rat après exposition à la gentamicine, le rapport des facteurs pro-apoptotiques activés sur inactivés tels que c-Jun et p38 ainsi que des facteurs anti-apoptotiques tels que akt [176] a été modifié. L'exposition de cultures cochléaires de souris à la néomycine a entraîné une fragmentation apoptotique de l'ADN, qui pourrait être évitée par un inhibiteur de la calpaïne [177].

Dans l'ensemble, la mort apoptotique des cellules ciliées due à l'exposition à l'AG est complexe et notre compréhension s'est améliorée ces dernières années. Un modèle simplifié de la cascade apoptotique dans les cellules ciliées endommagées par les aminosides est présenté à la figure 2, mais il est important de souligner que de nombreux composants de la cascade globale et les interactions entre ces composants sont encore mal compris. Cette complexité est en partie reflétée par les diaphonies entre les voies. La stimulation des récepteurs de la mort, par exemple, est également capable d'activer la voie intrinsèque malgré une implication primaire dans la voie extrinsèque [141].

4. Efforts de protection des cellules ciliées

Avec une compréhension croissante de la mort cellulaire ototoxique, une myriade d'efforts thérapeutiques ont été proposés pour cibler diverses étapes des cascades complexes menant à la mort des cellules ciliées. Ces stratégies comprennent l'inhibition de l'apoptose, la neutralisation des ROS et l'administration de facteurs neurotrophiques. Un aperçu détaillé des études pertinentes, y compris les médicaments appliqués, la posologie et les résultats, est présenté dans un tableau à la fin de chaque sous-chapitre.

4.1. Inhibition des enzymes apoptotiques

Inhibiteurs de caspase perméables tels que z-Val-Ala-Asp(O-Moi)-CH2La F-fluorométhyl cétone (zVAD) a été appliquée contre différents AG dans une variété d'espèces. zVAD inhibe en se liant de manière irréversible au site actif d'un large spectre de caspases [167]. Les inhibiteurs de caspase ont conféré une protection significative contre les dommages causés aux cellules ciliées par l'AG, préservant la morphologie des cellules ciliées ainsi que leur fonction in vitro et in vivo [167, 178-182] (Tableau 1).

Les agents ciblant les kinases de stress en amont dans les cascades apoptotiques ont également empêché la mort des cellules ciliées induite par AG. D-JNKI-1 est un peptide perméable aux cellules qui se lie aux trois isoformes de JNK, bloquant ainsi l'activation médiée par JNK du facteur de transcription apoptotique c-Jun [156]. L'inhibition de la voie MAP-JNK par l'application de D-JNKI-1 avant le traitement à la néomycine a entraîné une protection significative contre la perte de cellules ciliées in vitro et perte auditive in vivo [161]. Les autres inhibiteurs de JNK qui ont réussi à empêcher l'ototoxicité des AG sont le CEP-1347, le CEP 11004 et le 17.??-Estradiol [152, 183-186] (Tableau 1).

Le ciblage de la famille Bcl-2 en tant que médiateur clé en amont de l'apoptose a également empêché la perte de cellules ciliées induite par AG. La surexpression de l'anti-apoptotique Bcl-2 chez les souris transgéniques a significativement diminué la perte de cellules ciliées et préservé la fonction auditive après une exposition à l'AG in vitro et in vivo [155, 187]. Inoculation de cochlée de souris avec un vecteur adénoviral exprimant l'anti-apoptotique Bcl-XL avant le traitement par la kanamycine, elle protégeait également de la perte des cellules ciliées et préservait la fonction auditive [188] (tableau 1).

Une autre classe de protéines activées par le stress est la famille des protéines de choc thermique (HSP), qui sont régulées à la hausse dans les cellules stressées de plusieurs systèmes organiques. Les HSP peuvent non seulement empêcher l'agrégation des protéines en favorisant le repliement correct des polypeptides naissants ou dénaturés [189], mais également inhiber l'apoptose. L'induction de l'expression de HSP dans l'utricule de souris en culture a conduit à une régulation positive de HSP-70, HSP-90 et HSP-27 [190]. Surexpression de HSP-70 chez des souris transgéniques significativement protégées de la perte de cellules ciliées due au traitement à la néomycine in vitro, mais également significativement protégés contre la perte auditive et la mort des cellules ciliées chez les souris injectées avec de la kanamycine au cours de 14 jours [191, 192].

L'application d'agents anti-apoptotiques soulève plusieurs préoccupations. Les résultats protecteurs des médicaments anti-apoptotiques sont principalement basés sur des études aiguës. Par conséquent, la durabilité du potentiel thérapeutique et la sécurité restent à évaluer dans les scénarios d'exposition chronique. Il existe des preuves que les effets protecteurs des inhibiteurs de caspases sur l'oreille interne sont à court terme [167]. Étant donné que les AG ne sont pas métabolisés [7, 34, 73] et restent dans les cellules ciliées pendant des mois [88, 194], des schémas thérapeutiques potentiels durables nécessiteraient vraisemblablement un traitement à long terme. Malheureusement, le traitement à long terme avec des médicaments anti-apoptotiques comporte un risque cancérigène potentiel, car l'apoptose a une fonction primaire cruciale dans la prévention de la prolifération cellulaire incontrôlée [195]. Ce risque cancérigène interdit donc une application potentielle chez les patients otologiques humains. Il reste à étudier si ce risque est diminué sur une longue période par application locale à l'oreille interne. L'application thérapeutique d'agents anti-apoptotiques pour sauver les cellules ciliées après une exposition à l'AG n'a pas été rapportée, mais présente un intérêt translationnel supplémentaire.

4.2. Neutralisation des espèces réactives de l'oxygène

Les aminosides forment des complexes avec le fer, catalysant ainsi la formation de ROS [122]. Le blocage compétitif de la réaction de Fenton impliquée par les chélateurs du fer est donc une approche raisonnable pour éviter les dommages oxydatifs dès le début. Par conséquent, de nombreux efforts visant à prévenir la mort des cellules ciliées induite par AG se sont concentrés sur le fer. L'administration des chélateurs du fer déféroxamine et 2,3-dihydroxybenzoate avant l'exposition à l'AG a considérablement atténué les changements de seuil auditif et protégé de la perte de cellules ciliées in vivo [196–198].

L'acétylsalicylate (AAS) est un autre chélateur du fer avec des propriétés antioxydantes directes supplémentaires. L'AAS empêche le clivage de la PKC zeta, un régulateur clé de la NF?? activé par exposition à l'amikacine [199]. L'administration systémique d'AAS protège efficacement les cobayes de la perte auditive induite par la gentamicine [200]. Comme l'AAS est un médicament approuvé de longue date et couramment prescrit, l'application chez les patients humains est la prochaine étape logique. Dans des études randomisées en double aveugle contre placebo, l'AAS a considérablement protégé les patients humains contre les dommages ototoxiques sans compromettre l'efficacité antimicrobienne de la gentamicine [201-203]. Cependant, l'AAS lui-même est ototoxique et provoque potentiellement des acouphènes, des vertiges et une perte auditive [204]. Bien que ces symptômes soient connus pour être réversibles [204], les AG restent dans les cellules ciliées pendant des mois [88, 194] et des dommages ototoxiques peuvent survenir après de nombreuses années [81]. Ainsi, un traitement chronique par l'AAS apparaît nécessaire et les effets ototoxiques des AG et de l'AAS doivent être évalués sur une longue période. Dans ce contexte, des études récentes ont découvert une diminution de l'activité des neurones auditifs en traitement au long cours [205]. Une autre préoccupation est que les AG sont fréquemment prescrits chez les enfants et les nouveau-nés. L'AAS, cependant, est strictement contre-indiqué chez les enfants car il est associé au syndrome de Reye, qui est une maladie grave et souvent mortelle affectant principalement le cerveau et le foie [206-208].

La N-acétylcystéine (NAC) est un autre médicament couramment utilisé chez les patients. Outre son effet mucolytique, la NAC est également un antioxydant connu. Dans les cultures à court terme de cochlée de cobaye, AG seul a causé moins de 30 % de la survie de l'OHC basale, mais 90 % de l'OHC apicale a survécu. Cette observation était corrélée avec des niveaux inférieurs du glutathion antioxydant intrinsèque dans l'OHC basal. Cependant, la survie de l'OHC basal a été significativement améliorée par le cotraitement avec la NAC ainsi que le glutathion et le salicylate [209]. Chez les patients hémodialysés qui ont reçu un traitement à la gentamicine pour une bactériémie, l'application de NAC a entraîné des décalages du seuil auditif à haute fréquence significativement moins élevés par rapport à un groupe témoin recevant de la gentamicine seule. Le traitement par NAC a été poursuivi pendant une semaine après l'arrêt du traitement à la gentamicine et les effets protecteurs ont persisté après six semaines supplémentaires [210]. Comparé à l'AAS, le NAC ne présente pas d'effets secondaires ototoxiques intrinsèques.

Une myriade d'autres agents dotés d'une capacité antioxydante connue ont été testés pour la protection et le traitement de l'ototoxicité de l'AG. Ces agents sont principalement des antioxydants tels que la D-méthionine (D-Met) [211-213] et ??-l'acide lipoïque (??-LA) [214], des vitamines telles que ??-tocophérol (vitamine E) [215-217] et vitamine C [218] ainsi que les extraits de plantes Gingko biloba [219] et Danshen [220]. L'hormone mélatonine, normalement excrétée par la glande pinéale, a également une capacité antioxydante et est protégée avec succès contre l'ototoxicité de l'AG [175, 221-223]. Une stratégie alternative de protection contre l'ototoxicité de l'AG est la régulation à la hausse des mécanismes antioxydants intrinsèques tels que la superoxyde dismutase (SOD) [209, 224, 225] (tableau 2).

Thérapie (dose)Aminoglycoside (dose)EspèceRésultatRéférence
Dihydroxybenzoate (100 mg/kg, 1 ou 2 x/j, i.p., 21 ou 26 j)Gentamicine (120 mg/kg, 1 x/d, s.c., 19 j ou 135 mg/kg, 1 x/d, s.c., 14 j)GPPP [196]
Déféroxamine (100 mg/kg, 2 x/j, s.c., 28 j)
Dihydroxybenzoate (100 mg/kg, 1 x/j, p.o.)
Gentamicine (120 mg/kg, 1 x/j, s.c., 19 j)GPPP
PP
[197]
Dihydroxybenzoate (300 mg/kg, 2 x/j, 14-15 j)Kanamycine (400-900 mg/kg, 2 x/j, s.c., 15 j)MAPP [198]
Aspirine (0,1 ou 1,0 mg/mL dans l'eau potable, 8 jours)Amikacine (500 mg/kg, 1 x/j, i.p., 5 j)R, OPP [199]
Aspirine (

Dans l'ensemble, les antioxydants atténuent les dommages ototoxiques des AG. Cependant, la majorité des antioxydants n'ont pas démontré une protection complète contre l'ototoxicité des AG [211-213, 215-217, 227, 229] et les effets d'un traitement à long terme restent à étudier.

4.3. Stratégies Otoprotectrices Alternatives

Il existe un certain nombre d'approches alternatives pour se protéger contre l'ototoxicité des AG. Une approche intéressante est l'exposition modérée à des stimuli ototoxiques dans le but d'augmenter les mécanismes antioxydants intrinsèques dans l'oreille. L'exposition à de faibles doses d'amikacine ou de gentamicine pendant 30 jours et un traitement consécutif à fortes doses pendant 10 à 12 jours supplémentaires ont entraîné une diminution significative des dommages morphologiques et fonctionnels des cellules ciliées [230, 231] (tableau 3).Cependant, cela comporte le risque indésirable d'une résistance bactérienne accrue et, par conséquent, compromet l'objectif antimicrobien principal de l'application AG. L'exposition à un bruit modéré protège également de l'ototoxicité de la gentamicine chez les gerbilles [232] (tableau 3). Comme cela ne permet pas une application immédiate d'AG à des doses thérapeutiques, l'applicabilité chez les patients humains semble difficile.

Thérapie (dose)Aminoglycoside (dose)EspèceRésultatRéférence
BDNF (10 ng/mL, 4 h)Gentamicine (2 mg/mL, 4 h)GP, XPP[213]
Dizocilpine (1 mg/kg/j, pompe osmotique, 14 j)
Ifenprodil (10 mg/kg/j, pompe osmotique, 14 j)
Néomycine (50 mg/kg, 1 x/j, s.c., 14 j) ou
Kanamycine (250 mg/kg, 1 x/j, s.c., 21 j)
GP, OuiPP
PP
[233]
Dizocilpine (1 mg/kg, 1 x/j, s.c., 10 j)Streptomycine (400 mg/kg, 1 x/j, s.c., 10 j)R, OPP[234]
CTNF (0,44 g/kg, 1 x/j, s.c., 30 j)Gentamicine (80 mg/kg, 1 x/j, i.m., 30 j)GP, OuiPP[249]
BDNF (1

D'autres études ciblent avec succès les récepteurs NMDA pour protéger les nerfs auditifs [233, 234]. Cependant, les antagonistes des récepteurs NMDA, la dizocilpine et l'ifenprodil, existent sous forme de sels de maléate et de tartrate, qui possèdent des propriétés intrinsèques de chélation des métaux [235]. Leur véhicule, le diméthylsulfoxyde (DMSO), peut également agir comme piégeur de radicaux [236]. Par conséquent, les résultats de Basile et de ses collègues [233, 234] ont été contestés par Sha et Schacht [237]. Néanmoins, les antagonistes NMDA interagissent avec les récepteurs des fibres nerveuses auditives afférentes [238]. Ainsi, cibler le nerf auditif semble raisonnable car les AG interagissent avec certaines synapses nerveuses. Les GA peuvent aggraver la myasthénie grave et provoquer une suppression respiratoire postopératoire suggérant un blocage neuromusculaire direct [239–242] (Tableau 3). Au niveau présynaptique, les AG interfèrent avec l'internalisation du calcium indispensable à la libération d'acétylcholine [243]. Au niveau postsynaptique, la streptomycine bloque directement le récepteur de l'acétylcholine principalement, tandis que la néomycine affecte la probabilité d'ouverture du canal ionique du récepteur de l'acétylcholine [244]. De plus, dans les cultures cochléaires de rat et de souris, la gentamicine marquée par fluorescence s'accumule dans les fibres nerveuses auditives afférentes en plus des cellules ciliées [245].

Cette interaction directe avec le nerf auditif pourrait également expliquer les effets thérapeutiques des facteurs de croissance neurotrophiques. Le facteur neurotrophique ciliaire (CDNF), le facteur neurotrophique dérivé de la lignée cellulaire gliale (GDNF), le facteur neurotrophique dérivé du cerveau (BDNF) et la neurotrophine 3 (NT-3) ont démontré des effets protecteurs partiels contre l'ototoxicité de l'AG [213, 246-250 ] (Tableau 3). La contribution des facteurs de croissance neurotrophiques dans la prévention de l'ototoxicité des AG suggère une implication du nerf auditif. Cependant, il existe des preuves que les effets des facteurs de croissance neurotrophiques sont à court terme. Application locale du BDNF (62,5 ??g/mL, 0,25 ??L/h sur 28 jours) à des cobayes exposés à la kanamycine (400 mg/kg, dose unique, s.c.) et au furosémide (100 mg/kg, dose unique, i.v.) a démontré une protection initiale contre l'ototoxicité. L'arrêt du traitement a cependant entraîné une dégénérescence neuronale accélérée et après 14 jours supplémentaires, la survie des neurones auditifs traités au BDNF ne différait pas de celle des animaux témoins devenus sourds et non traités [251].

L'acide éthacrynique (AE) est un diurétique qui augmente l'ototoxicité de l'AG lorsqu'il est administré simultanément [252]. Un co-traitement retardé avec application d'EA 12 à 18 heures après les injections de gentamicine chez des cobayes a permis de protéger significativement la fonction et la morphologie des cellules ciliées [253]. Les auteurs suggèrent que l'EA perturbe la barrière hémato-labyrinthe, créant ainsi un gradient favorisant l'efflux d'AG des fluides de l'oreille interne dans la circulation sanguine. Cependant, les effets protecteurs dépendent du temps et n'ont pas pu être trouvés lorsque l'EA a été injecté 20 heures après l'AG [253]. De plus, l'AG et l'EA simultanés chez les patients ont entraîné des dommages ototoxiques après un seul traitement [254], excluant ainsi l'EA comme option de traitement.

Dans l'ensemble, la prévention de la mort apoptotique des cellules ciliées à la suite d'une exposition aux AG a été ciblée efficacement à différents niveaux. L'inhibition directe des cascades apoptotiques a entraîné une préservation fonctionnelle et morphologique des cellules ciliées. La neutralisation des radicaux libres par les antioxydants a empêché l'activation des enzymes apoptotiques. De plus, l'application d'antagonistes des récepteurs NMDA, de facteurs de croissance neurotrophiques et d'un conditionnement sonore a empêché les dommages ototoxiques des cellules ciliées d'AG. Cependant, ces résultats protecteurs reposent principalement sur des études aiguës et la pérennité du potentiel thérapeutique et de la sécurité reste à évaluer dans des scénarios d'exposition chronique ou dans des essais cliniques.

5. Cibles potentielles pour la protection des cellules ciliées

À la lumière des connaissances récentes et de la compréhension croissante des mécanismes impliqués dans l'ototoxicité des AG, des cibles plus récentes et plus efficaces pourraient être révélées dans un proche avenir. Ces sites cibles impliquent l'ARNr mitochondrial ainsi que l'entrée d'AG dans les fluides de l'oreille interne et les cellules ciliées. Considérant la fonction de valve unidirectionnelle du canal MET comme site d'entrée de l'AG dans les cellules ciliées [92, 94], la persistance prolongée de l'AG dans les cellules ciliées constitue un autre obstacle à surmonter [194]. Par conséquent, éviter l'entrée d'AG dans les cellules ciliées est potentiellement prometteur. Au niveau du canal MET, il existe au moins deux possibilités d'empêcher l'entrée d'AG. Le premier concerne un bloc réversible du canal MET. Le processus d'audition nécessite une dépolarisation de la cellule ciliée interne à travers le canal MET [101, 260, 261]. Le blocage du canal MET empêcherait alors la dépolarisation des cellules ciliées et, par conséquent, la fonction auditive de pause. Ainsi, le bloc de canal MET doit être temporaire. Les bloqueurs de canaux MET ont été testés avec succès in vitro [104]. Pourtant leur in vivo les effets sont en grande partie inconnus. La deuxième possibilité d'empêcher l'entrée des AG par le canal MET implique la modification stérique de la structure chimique des AG. À partir de mesures électrophysiologiques, la partie la plus étroite du pore du canal MET a été estimée à 1,25 nm [104]. La dihydrostreptomycine étant capable de bloquer le canal MET [92], la différence de dimensions du canal MET et de certains AG semble faible. Par conséquent, l'élargissement du diamètre AG par la liaison de molécules inertes sur des sites non pertinents pour l'activité antimicrobienne semble une stratégie prometteuse pour interdire le passage des AG à travers le canal MET dans les cellules ciliées. Comme le passage à travers la membrane bactérienne est auto-promotionnel et dépend de la charge positive relative de l'AG [42-47, 262-264], l'augmentation de taille prévue ne devrait pas affecter l'absorption bactérienne de l'AG tant que la polarité et la charge de la nouvelle molécule AG reste la même. Cependant, l'interférence avec l'activité antimicrobienne due à une altération stérique de la liaison au ribosome bactérien doit être testée.

Un autre objectif consiste à empêcher AG de pénétrer dans les fluides de l'oreille interne. Les AG pénètrent dans les fluides de l'oreille interne par la strie vasculaire [87]. Le blocage du passage de l'AG nécessite l'identification du mécanisme de transport dans la barrière hémato-labyrinthe.

Les AG sont des antibiotiques puissants dont l'application est limitée en raison de leurs effets secondaires. Tant que le problème de l'ototoxicité des AG n'est pas résolu, il est crucial d'être judicieux dans la prescription des AG pour des indications cliniques définies. De plus, il est important que les cliniciens se souviennent des mutations génétiques comme cause d'une susceptibilité accrue aux dommages ototoxiques. Cependant, le dépistage génétique aveugle n'est pas rentable à l'heure actuelle. Au lieu de cela, une histoire complète du patient et de sa famille concernant les symptômes ototoxiques des antibiotiques aide à évaluer le risque individuel. Indépendamment des mutations génétiques, les patients doivent subir un test auditif de base comprenant des fréquences ultra-élevées avant l'administration d'AG pour permettre une évaluation précoce et sans ambiguïté des dommages ototoxiques potentiels.

Remerciements

M. E. Huth est soutenu par le Fonds national suisse de la recherche scientifique (Bourses pour futurs chercheurs PBSKP3_130635/1). A. J. Ricci et A. G. Cheng sont soutenus par les National Institutes of Health, NIDCD RO1 DC003896, R21 DC012183, K08 DC011043, et un financement interne via le programme Stanford SPARK.

Les références

  1. A. Schatz, E. Bugie et S. A. Waksman, "Streptomycine, une substance présentant une activité antibiotique contre les bactéries gram-positives et gram-négatives," Actes de la Société de biologie expérimentale et de médecine, vol. 55, pp. 66-69, 1944. Voir sur : Google Scholar
  2. S. Waksman, « Streptomycine : contexte, isolement, propriétés et utilisation », conférence du prix Nobel, Organisation Nobel, 1952, http://nobelprize.org/nobel_prizes/medicine/laureates/1952/waksman-lecture.pdf. Voir sur : Google Scholar
  3. H. Umezawa et al., « Production et isolement d'un nouvel antibiotique : la kanamycine », Le Journal des Antibiotiques, vol. 10, non. 5, pp. 181-188, 1957. Voir sur : Google Scholar
  4. S. A. Waksman et H. A. Lechevalier, « Néomycine, un nouvel antibiotique actif contre les bactéries résistantes à la streptomycine, y compris les organismes tuberculeux », Science, vol. 109, non. 2830, pp. 305-307, 1949. Voir sur : Google Scholar
  5. M. J. Weinstein, G. M. Luedemann, E. M. Oden et al., "Gentamicin, un nouveau complexe antibiotique de Micromonospora," Journal de chimie médicinale, vol. 6, non. 4, pp. 463-464, 1963. Voir sur : Google Scholar
  6. H. Kawaguchi, « Découverte, chimie et activité de l'amikacine », Journal des maladies infectieuses, vol. 134, supplément, pp. S242–S248, 1976. Voir sur : Google Scholar
  7. R. H. Drew, « Aminoglycosides », 2011, http://www.uptodate.com. Voir sur : Google Scholar
  8. R. Hock et R. J. Anderson, « Prévention de la néphrotoxicité induite par les médicaments en unité de soins intensifs », Journal des soins intensifs, vol. 10, non. 1, pp. 33-43, 1995. Voir sur : Google Scholar
  9. G. Toubeau, G. Laurent et M. B. Carlier, « Réparation tissulaire dans le cortex rénal du rat après un traitement court avec des aminosides à faibles doses. Une étude biochimique et morphométrique comparative », Enquête en laboratoire, vol. 54, non. 4, pp. 385-393, 1986. Voir sur : Google Scholar
  10. G. J. Greenwood, « Rapport d'ototoxicité de la néomycine d'un cas », A.M.A. Archives d'oto-rhino-laryngologie, vol. 69, non. 4, pp. 390-397, 1959. Voir sur : Google Scholar
  11. R. A. Hettig et J. D. Adcock, « Etudes sur la toxicité de la streptomycine pour l'homme : un rapport préliminaire », Science, vol. 103, non. 2673, pp. 355-357, 1946. Voir sur : Google Scholar
  12. H. C. Hinshaw, W. H. Feldman et K. H. Pfuetze, « Traitement de la tuberculose avec la streptomycine, résumé des observations sur cent cas », Journal de l'Association médicale américaine, vol. 132, non. 13, pp. 778-782, 1946. Voir sur : Google Scholar
  13. G. Matz, L. Rybak, P. S. Roland et al., « Ototoxicité des gouttes d'antibiotiques ototopiques chez l'homme », Oto-rhino-laryngologie—Chirurgie de la tête et du cou, vol. 130, non. 3, pp. S79–S82, 2004. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  14. M. D. Rizzi et K. Hirose, « Ototoxicité des aminosides », Opinion actuelle en oto-rhino-laryngologie et chirurgie cervico-faciale, vol. 15, non. 5, pp. 352–357, 2007. Afficher sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  15. G. J. Matz, « ototoxicité cochléaire des aminosides », Cliniques oto-rhino-laryngologiques d'Amérique du Nord, vol. 26, non. 5, pp. 705-712, 1993. Voir sur : Google Scholar
  16. W. E. Heck, H. C. Hinshaw et H. G. Parsons, « Ototoxicité auditive chez les patients tuberculeux traités avec un rapport sur l'incidence de la perte auditive dans une série de 1 150 cas » Journal de l'Association médicale américaine, vol. 86, pp. 18-20, 1963. Voir sur : Google Scholar
  17. W. E. Fee, « Ototoxicité des aminosides chez l'humain », Laryngoscope, vol. 90, non. 10, pp. 1-19, 1980. Voir sur : Google Scholar
  18. M. Mulheran, C. Degg, S. Burr, D. W. Morgan et D. E. Stableforth, « Occurrence et risque de cochléotoxicité chez les patients atteints de mucoviscidose recevant un traitement répété à haute dose d'aminosides » Agents antimicrobiens et chimiothérapie, vol. 45, non. 9, pp. 2502–2509, 2001. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  19. L. P. Rybak et J. Schacht, « Perte auditive due aux médicaments », dans Traumatisme auditif, protection et réparation, P. A. Schacht et R. R. Fay, Eds., pp. 219-256, Springer, New York, NY, USA, 2008. Voir sur : Google Scholar
  20. J. M. Aran et J. Darrouzet, « Observation des réponses nerveuses du composé VIII évoqué par clic avant, pendant et plus de sept mois après le traitement à la kanamycine chez le cobaye » Acta Oto-Laryngologique, vol. 79, non. 1-2, pp. 24-32, 1975. Voir sur : Google Scholar
  21. J.E. Hawkins et L.G. Johnson, « Histopathologie de l'ototoxicité cochléaire et vestibulaire chez les animaux de laboratoire », dans Ototoxicité des aminosides, S. A. Lerner, G. J. Matz et J. E. Hawkins, Eds., pp. 327–339, Little & Brown, Boston, Mass, USA, 1981. Voir sur : Google Scholar
  22. S. A. Fausti, J. A. Henry, H. I. Schaffer, D. J. Olson, R. H. Frey et W. J. McDonald, « Surveillance audiométrique à haute fréquence pour la détection précoce de l'ototoxicité des aminosides » Journal des maladies infectieuses, vol. 165, non. 6, pp. 1026-1032, 1992. Voir sur : Google Scholar
  23. L. A. Grohskopf, W. C. Huskins, R. L. Sinkowitz-Cochran, G. L. Levine, D. A. Goldmann et W. R. Jarvis, « Utilisation d'agents antimicrobiens chez les patients néonatals et pédiatriques en soins intensifs aux États-Unis » Journal des maladies infectieuses pédiatriques, vol. 24, non. 9, pp. 766-773, 2005. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  24. K. E. Price, « Recherche sur les aminosides 1975-1985 : perspectives de développement d'agents améliorés », Agents antimicrobiens et chimiothérapie, vol. 29, non. 4, pp. 543-548, 1986. Voir sur : Google Scholar
  25. E. Durante-Mangoni, A. Grammatikos, R. Utili et M. E. Falagas, « Avons-nous encore besoin des aminosides ? Journal international des agents antimicrobiens, vol. 33, non. 3, pp. 201–205, 2009. Afficher sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  26. J. A. Caminero, G. Sotgiu, A. Zumla et G. B. Migliori, « Meilleur traitement médicamenteux pour la tuberculose multirésistante et ultrarésistante », The Lancet Maladies infectieuses, vol. 10, non. 9, pp. 621–629, 2010. Afficher sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  27. G. M. Pacifici, « Pharcocinétique clinique des aminosides chez le nouveau-né : une revue », Journal Européen de Pharmacologie Clinique, vol. 65, non. 4, pp. 419-427, 2009. Afficher sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  28. J. Schacht, « Base biochimique de l'ototoxicité des aminosides », Cliniques oto-rhino-laryngologiques d'Amérique du Nord, vol. 26, non. 5, pp. 845-856, 1993. Voir sur : Google Scholar
  29. P. J. L. Daniels, A. K. Mallams, J. Weinstein, J. J. Wright et G. W. A. ​​Milne, « Etudes spectrales de masse sur les antibiotiques aminocyclitol-aminoglycoside » Journal de la société chimique, Perkin Transactions 1, non. 10, pp. 1078-1088, 1976. Voir sur : Google Scholar
  30. P. D. Damper et W. Epstein, « Rôle du potentiel membranaire dans la résistance bactérienne aux antibiotiques aminosides », Agents antimicrobiens et chimiothérapie, vol. 20, non. 6, pp. 803-808, 1981. Voir sur : Google Scholar
  31. S. Jana et J. K. Deb, « Compréhension moléculaire de l'action et de la résistance des aminosides », Microbiologie appliquée et biotechnologie, vol. 70, non. 2, pp. 140-150, 2006. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  32. J. G. Silva et I. Carvalho, « Nouvelles perspectives sur les antibiotiques aminosides et leurs dérivés », Chimie médicinale actuelle, vol. 14, non. 10, pp. 1101–1119, 2007. Afficher sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  33. R. Garraffo, H. B. Drugeon, P. Dellamonica, E. Bernard et P. Lapalus, « Détermination du schéma posologique optimal pour l'amikacine chez des volontaires sains par l'étude de la pharmacocinétique et de l'activité bactéricide » Agents antimicrobiens et chimiothérapie, vol. 34, non. 4, pp. 614-621, 1990. Voir sur : Google Scholar
  34. A. I. Al-Amoud, B. J. Clark et H. Chrystyn, « Détermination de la gentamicine dans les échantillons d'urine après inhalation par chromatographie liquide haute performance en phase inversée à l'aide d'une dérivatisation pré-colonne avec de l'o-phtalaldéhyde » Journal de chromatographie B, vol. 769, non. 1, pp. 89-95, 2002. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  35. K. G. Naber, S. R. Westenfelder et P. O. Madsen, « Pharmacocinétique de l'antibiotique aminoglycoside tobramycine chez l'homme », Agents antimicrobiens et chimiothérapie, vol. 3, non. 4, pp. 469-473, 1973. Voir sur : Google Scholar
  36. J. M. Walker, R. Wise et M. Mitchard, « La pharmacocinétique de l'amikacine et de la gentamicine chez des volontaires : une comparaison des différences individuelles » Journal de chimiothérapie antimicrobienne, vol. 5, non. 1, pp. 95-99, 1979. Voir sur : Google Scholar
  37. D. S. Hoff, R. A. Wilcox, L. M. Tollefson, P. G. Lipnik, A. R. Commers et M. Liu, « Résultats pharmacocinétiques d'un protocole de dosage de gentamicine à intervalle prolongé, simplifié et basé sur le poids chez les nouveau-nés gravement malades » Pharmacothérapie, vol. 29, non. 11, p.1297-1305, 2009. Afficher sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  38. C. R. Kumana et K. H. Yuen, « Thérapie parentérale aux aminosides : sélection, administration et surveillance », Médicaments, vol. 47, non. 6, pp. 902-913, 1994. Voir sur : Google Scholar
  39. L. D. Sabath et I. Toftegaard, « Micro-essais rapides pour la clindamycine et la gentamicine lorsqu'ils sont présents ensemble et l'effet du pH et de chacun sur l'activité antibactérienne de l'autre », Agents antimicrobiens et chimiothérapie, vol. 6, non. 1, pp. 54-59, 1974. Voir sur : Google Scholar
  40. A. Hinz et al., « Protéases membranaires et résistance aux antibiotiques aminosides », Le Journal de la bactériologie, vol. 139, non. 18, pp. 4790-4797, 2011. Voir sur : Google Scholar
  41. E. P. Abraham et E. S. Duthie, « Effet du pH du milieu sur l'activité de la streptomycine et de la pénicilline et d'autres substances chimiothérapeutiques » La Lancette, vol. 247, non. 6396, pp. 455-459, 1946. Voir sur : Google Scholar
  42. R. E. W. Hancock, S. W. Farmer, Z. Li et K. Poole, "Interaction des aminoglycosides avec les membranes externes et le lipopolysaccharide purifié et la porine OmpF d'Escherichia coli", Agents antimicrobiens et chimiothérapie, vol. 35, non. 7, pp. 1309-1314, 1991. Voir sur : Google Scholar
  43. A. A. Peterson, R. E. W. Hancock et E. J. McGroarty, « Liaison d'antibiotiques polycationiques et de polyamines aux lipopolysaccharides de Pseudomonas aeruginosa », Journal de bactériologie, vol. 164, non. 3, pp. 1256-1261, 1985. Voir sur : Google Scholar
  44. P. R. G. Schindler et M. Teuber, « Action de la polymyxine B sur les membranes bactériennes : modifications morphologiques du cytoplasme et de la membrane externe de Salmonella typhimurium et Escherichia coli B » Agents antimicrobiens et chimiothérapie, vol. 8, non. 1, pp. 95-104, 1975. Voir sur : Google Scholar
  45. N. L. Martin et T. J. Beveridge, « Interaction de la gentamicine avec l'enveloppe cellulaire de Pseudomonas aeruginosa », Agents antimicrobiens et chimiothérapie, vol. 29, non. 6, pp. 1079-1087, 1986. Voir sur : Google Scholar
  46. J. L. Kadurugamuwa, J. S. Lam et T. J. Beveridge, "Interaction de la gentamicine avec les lipopolysaccharides des bandes A et B de Pseudomonas aeruginosa et son possible effet létal", Agents antimicrobiens et chimiothérapie, vol. 37, non. 4, pp. 715-721, 1993. Voir sur : Google Scholar
  47. L. E. Bryan et H. M. Van Den Elzen, « Effets des mutations de l'énergie membranaire et des cations sur l'accumulation de streptomycine et de gentamicine par les bactéries : un modèle pour l'entrée de la streptomycine et de la gentamicine dans les bactéries sensibles et résistantes » Agents antimicrobiens et chimiothérapie, vol. 12, non. 2, pp. 163-177, 1977. Voir sur : Google Scholar
  48. E. C. Cox, J. R. White et J. G. Flaks, « Action de la streptomycine et le ribosome », Actes de l'Académie nationale des sciences des États-Unis d'Amérique, vol. 51, pp. 703-709, 1964. Voir sur : Google Scholar
  49. J. Davies, P. Anderson et B. D. Davis, « Inhibition de la synthèse des protéines par la spectinomycine », Science, vol. 149, non. 3688, pp. 1096-1098, 1965. Voir sur : Google Scholar
  50. L. E. Bryan et S. Kwan, « Rôles de la liaison ribosomique, du potentiel membranaire et du transport d'électrons dans l'absorption bactérienne de la streptomycine et de la gentamicine », Agents antimicrobiens et chimiothérapie, vol. 23, non. 6, pp. 835-845, 1983. Voir sur : Google Scholar
  51. R. Green et H. F. Noller, « Ribosomes et traduction », Revue annuelle de biochimie, vol. 66, pp. 679-716, 1997. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  52. R. T. Garvin, D. K. Biswas et L. Gorini, « Les effets de la streptomycine ou de la dihydrostreptomycine se liant à l'ARN 16S ou aux sous-unités ribosomiques 30S » Actes de l'Académie nationale des sciences des États-Unis d'Amérique, vol. 71, non. 10, pp. 3814-3818, 1974. Voir sur : Google Scholar
  53. J. Davies et B. D. Davis, « Mauvaise lecture des mots de code de l'acide ribonucléique induite par les antibiotiques aminosides. L'effet de la concentration de drogue », Journal de chimie biologique, vol. 243, n. 12, pp. 3312–3316, 1968. Voir sur : Google Scholar
  54. M. J. Cabanas, D. Vazquez et J. Modolell, « Inhibition de la translocation ribosomique par les antibiotiques aminosides » Communications de recherche biochimique et biophysique, vol. 83, non. 3, pp. 991-997, 1978. Voir sur : Google Scholar
  55. M. Misumi, T. Nishimura, T. Komai et N. Tanaka, « Interaction de la kanamycine et des antibiotiques apparentés avec la grande sous-unité des ribosomes et l'inhibition de la translocation » Communications de recherche biochimique et biophysique, vol. 84, non. 2, pp. 358-365, 1978. Voir sur : Google Scholar
  56. K. Fredrick et H. F. Noller, « Catalyse de la translocation ribosomique par la sparsomycine », Science, vol. 300, non. 5622, pp. 1159-1162, 2003. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  57. M. B. Feldman, D. S. Terry, R. B. Altman et S. C. Blanchard, « Activité des aminosides observée sur des complexes de ribosomes de pré-translocation uniques. » Nature Chimie Biologie, vol. 6, non. 1, pp. 54-62, 2010. Voir sur : Google Scholar
  58. D. Fourmy, M. I. Recht et J. D. Puglisi, « Liaison des antibiotiques aminosides de la classe de la néomycine au site A de l'ARNr 16 S » Journal de biologie moléculaire, vol. 277, non. 2, pp. 347-362, 1998. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  59. H. F. Noller, « ARN ribosomique et traduction », Revue annuelle de biochimie, vol. 60, pp. 191-227, 1991. Voir sur : Google Scholar
  60. A. R. Smyth et J. Bhatt, « Dosage une fois par jour versus multiquotidien avec des aminosides intraveineux pour la mucoviscidose », Base de données Cochrane des revues systématiques (en ligne), vol. 1, article CD002009, 2010. Voir sur : Google Scholar
  61. N. Fischel-Ghodsian, « Facteurs génétiques dans la toxicité des aminosides », Pharmacogénomique, vol. 6, non. 1, pp. 27-36, 2005. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  62. D. N. Hu, W. Q. Qiu, B. T. Wu et al., « Aspects génétiques de la surdité induite par les antibiotiques : héritage mitochondrial » Journal de génétique médicale, vol. 28, non. 2, pp. 79-83, 1991. Voir sur : Google Scholar
  63. T. Hutchin, I. Haworth, K. Higashi et al., "Une base moléculaire pour l'hypersensibilité humaine aux antibiotiques aminosides," Recherche sur les acides nucléiques, vol. 21, non. 18, pp. 4174-4179, 1993. Voir sur : Google Scholar
  64. E. Ruiz-Pesini et D. C. Wallace, « Preuves pour la sélection adaptative agissant sur les gènes ARNt et ARNr de l'ADN mitochondrial humain » Mutation humaine, vol. 27, non. 11, pp. 1072-1081, 2006. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  65. T. R. Prezant, J. V. Agapian, M. C. Bohlman et al., « Mutation de l'ARN ribosomique mitochondrial associée à la surdité induite par des antibiotiques et non syndromique » Génétique de la nature, vol. 4, non. 3, pp. 289-294, 1993. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  66. H. Zhao, R. Li, Q. Wang et al., « La surdité induite par les aminosides et non syndromique d'origine maternelle est associée à la nouvelle mutation C1494T du gène mitochondrial 12S rRNa dans une grande famille chinoise » Journal américain de génétique humaine, vol. 74, non. 1, pp. 139-152, 2004. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  67. M. Li et A. Tzagoloff, "Identification de la mutation de résistance à la paromomycine dans le gène de l'ARNr 15 S des mitochondries de levure," Journal de chimie biologique, vol. 257, non. 10, pp. 5921–5928, 1982. Voir sur : Google Scholar
  68. E. A. Spangler et E. H. Blackburn, « La séquence nucléotidique du gène de l'ARN ribosomique 17 S de Tetrahymena thermophila et l'identification de mutations ponctuelles entraînant une résistance aux antibiotiques paromomycine et hygromycine » Journal de chimie biologique, vol. 260, non. 10, pp. 6334-6340, 1985. Voir sur : Google Scholar
  69. S. N. Hobbie, S. Akshay, S. K. Kalapala, C. M. Bruell, D. Shcherbakov et E. C. Böttger, « L'analyse génétique des interactions avec l'ARNr eucaryote identifie le mitoribosome comme cible de l'ototoxicité des aminosides » Actes de l'Académie nationale des sciences des États-Unis d'Amérique, vol. 105, non. 52, pp. 20888–20893, 2008. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  70. K. Hamasaki et R. R. Rando, « Liaison spécifique des aminosides à une construction d'ARNr humain basée sur un polymorphisme de l'ADN qui provoque une surdité induite par les aminosides » Biochimie, vol. 36, non. 40, pp. 12323–12328, 1997. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  71. G. E. Hyde, « Rôle des mitochondries dans la survie des cellules ciliées après une blessure », Oto-rhino-laryngologie—Chirurgie de la tête et du cou, vol. 113, non. 5, pp. 530-540, 1995. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  72. K. N. Owens, D. E. Cunningham, G. Macdonald, E. W. Rubel, D. W. Raible et R. Pujol, "L'analyse ultrastructurale de la mort des cellules ciliées induite par les aminosides dans la ligne latérale du poisson zèbre révèle une réponse mitochondriale précoce", Journal de neurologie comparée, vol. 502, non. 4, pp. 522-543, 2007. Afficher sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  73. M. L. Avent et al., « Utilisation actuelle des aminosides : indications, pharmacocinétique et surveillance de la toxicité », Journal de médecine interne, vol. 41, non. 6, pp. 441-449, 2011. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  74. M. Bitner-Glindzicz, M. Pembrey, A. Duncan et al., « Prévalence de la mutation mitochondriale 1555A→G chez les enfants européens », Le Journal de médecine de la Nouvelle-Angleterre, vol. 360, non. 6, pp. 640–642, 2009. Voir sur : Google Scholar
  75. J. Chen, L. Yang, A. Yang et al., « La perte auditive induite par les aminosides et non syndromique d'origine maternelle est associée à la mutation de l'ARNr 12S C1494T dans trois pedigrees chinois Han » Gène, vol. 401, non. 1-2, pp. 4–11, 2007. Afficher sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  76. M. Ealy, K.A. Lynch, N.C. Meyer et R.J.H. Smith, "La prévalence des mutations mitochondriales associées à la perte auditive neurosensorielle induite par les aminosides dans une population de l'USIN", Laryngoscope, vol. 121, n. 6, pp. 1184-1186, 2011. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  77. Y. Zhu, Q. Li, Z. Chen et al., "L'haplotype mitochondrial et le phénotype de 13 familles chinoises peuvent suggérer une évolution multi-originale de la mutation mitochondriale C1494T," Mitochondrie, vol. 9, non. 6, pp. 418-428, 2009. Afficher sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  78. R. F. Johnson, A. P. Cohen, Y. Guo, K. Schibler et J. H. Greinwald, « Mutations génétiques et ototoxicité induite par les aminosides chez les nouveau-nés » Oto-rhino-laryngologie—Chirurgie de la tête et du cou, vol. 142, n. 5, pp. 704-707, 2010. Voir sur : Google Scholar
  79. N. Fischel-Ghodsian, T. R. Prezant, X. Bu et S. Oztas, « Mutation du gène de l'ARN ribosomique mitochondrial chez un patient présentant une ototoxicité sporadique des aminosides » American Journal of Otolaryngology—Médecine et chirurgie de la tête et du cou, vol. 14, non. 6, pp. 399-403, 1993. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  80. R. A. M. S. Casano, D. F. Johnson, Y. Bykhovskaya, F. Torricelli, M. Bigozzi et N. Fischel-Ghodsian, « Susceptibilité héréditaire à l'ototoxicité des aminosides : hétérogénéité génétique et implications cliniques » American Journal of Otolaryngology—Médecine et chirurgie de la tête et du cou, vol. 20, non. 3, pp. 151-156, 1999. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  81. T. Tono, K. Kiyomizu, K. Matsuda et al., « Différentes caractéristiques cliniques de la surdité profonde induite par les aminosides avec et sans la mutation mitochondriale 1555 A→G » ORL, vol. 63, non. 1, pp. 25-30, 2001. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  82. G. Cortopassi et T. Hutchin, « Une hypothèse moléculaire et cellulaire de la surdité induite par les aminosides » Recherche auditive, vol. 78, non. 1, pp. 27-30, 1994. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  83. J. R. Lindsay et R. Hinojosa, « Caractéristiques histopathologiques de l'oreille interne associées au syndrome de Kearns Sayre », Archives d'oto-rhino-laryngologie, vol. 102, non. 12, pp. 747-752, 1976. Voir sur : Google Scholar
  84. A. Pandia, Perte auditive non syndromique et surdité, mitochondriale, 1993.
  85. G. Al-Malky et al., « Cochléotoxicité des antibiotiques aminosides chez les patients pédiatriques atteints de mucoviscidose : une étude utilisant une audiométrie haute fréquence étendue et des émissions otoacoustiques du produit de distorsion » Revue internationale d'audiologie, vol. 50, non. 2, pp. 112-122, 2011. Voir sur : Google Scholar
  86. D. Dulon, J. M. Aran, G. Zajic et J. Schacht, « Capture comparative de la gentamicine, de la nétilmicine et de l'amikacine dans la cochlée et le vestibule du cobaye » Agents antimicrobiens et chimiothérapie, vol. 30, non. 1, pp. 96-100, 1986. Voir sur : Google Scholar
  87. Q. Wang et P. S. Steyger, « Trafic de gentamicine fluorescente systémique dans la cochlée et les cellules ciliées » Journal de l'Association pour la recherche en oto-rhino-laryngologie, vol. 10, non. 2, pp. 205–219, 2009. Afficher sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  88. S. Imaimura et J. C. Adams, « Distribution de la gentamicine dans l'oreille interne du cobaye après application locale ou systémique », Journal de l'Association pour la recherche en oto-rhino-laryngologie, vol. 4, non. 2, pp. 176-195, 2003. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  89. P. Tran Ba ​​Huy, P. Bernard et J. Schacht, « Cinétique de l'absorption et de la libération de la gentamicine chez le rat. Comparaison des tissus et des fluides de l'oreille interne avec d'autres organes », Journal d'investigation clinique, vol. 77, non. 5, pp. 1492-1500, 1986. Voir sur : Google Scholar
  90. E. Hashino et M. Shero, « Endocytose des antibiotiques aminosides dans les cellules ciliées sensorielles », Recherche sur le cerveau, vol. 704, non. 1, pp. 135-140, 1995. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  91. G. P. Richardson, A. Forge, C. J. Kros, J. Fleming, S. D. M. Brown et K. P. Steel, « La myosine VIIA est requise pour l'accumulation d'aminosides dans les cellules ciliées cochléaires » Journal des neurosciences, vol. 17, non. 24, pp. 9506–9519, 1997. Voir sur : Google Scholar
  92. W. Marcotti, S. M. van Netten et C. J. Kros, « L'antibiotique aminoglycoside dihydrostreptomycine pénètre rapidement dans les cellules ciliées externes de la souris par les canaux du transducteur mécano-électrique. » Journal de physiologie, vol. 567, non. 2, pp. 505-521, 2005. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  93. P. S. Steyger, S. L. Peters, J. Rehling, A. Hordicchok et C. F. Dai, « Captation de la gentamicine par les cellules ciliées sacculaires de grenouille-taureau in vitro » Journal de l'Association pour la recherche en oto-rhino-laryngologie, vol. 4, non. 4, pp. 565-578, 2003. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  94. J. R. Waguespack et A. J. Ricci, « Ototoxicité des aminosides : les médicaments perméants provoquent une perte permanente des cellules ciliées » Journal de physiologie, vol. 567, non. 2, pp. 359–360, 2005. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  95. J. Darrouzet et A. Guilhaume, « Ototoxicité de la kanamycine au jour le jour. Étude expérimentale en microscopie électronique », Revue de Laryngologie Otologie Rhinologie, vol. 95, non. 9-10, pp. 601-621, 1974. Voir sur : Google Scholar
  96. T. Hasson, P. G. Gillespie, J. A. Garcia et al., « Myosines non conventionnelles dans l'épithélium sensoriel de l'oreille interne », Journal de biologie cellulaire, vol. 137, non. 6, pp. 1287-1307, 1997. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  97. C. J. Kros, W. Marcotti, S. M. Van Netten et al., « Escalade réduite et adaptation accrue au glissement dans les cellules ciliées cochléaires de souris avec des mutations Myo7a » Neurosciences de la nature, vol. 5, non. 1, pp. 41-47, 2002. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  98. Z. Mamdouh, M. C. Giocondi, R. Laprade et C. Le Grimellec, « Dépendance à la température de l'endocytose dans les cellules épithéliales rénales en culture », Biochimica et Biophysica Acta, vol. 1282, non. 2, pp. 171-173, 1996. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  99. S. E. Myrdal, K. C. Johnson et P. S. Steyger, « La liaison cytoplasmique et intranucléaire de la gentamicine ne nécessite pas d'endocytose » Recherche auditive, vol. 204, non. 1-2, pp. 156-169, 2005. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  100. A. B. A. Kroese, A. Das et A. J. Hudspeth, « Blocage des canaux de transduction des cellules ciliées dans le sacculus du ouaouaron par des antibiotiques aminosides » Recherche auditive, vol. 37, non. 3, pp. 203-218, 1989. Voir sur : Google Scholar
  101. A. Ricci, "Les différences dans la cinétique des canaux mécano-transducteurs sous-tendent la distribution tonotopique de l'adaptation rapide dans les cellules ciliées auditives," Journal de neurophysiologie, vol. 87, non. 4, pp. 1738-1748, 2002. Voir sur : Google Scholar
  102. D. P. Corey et A. J. Hudspeth, « Base ionique du potentiel de récepteur dans une cellule ciliée de vertébré », La nature, vol. 281, n. 5733, pp. 675-677, 1979. Voir sur : Google Scholar
  103. J. E. Gale, W. Marcotti, H. J. Kennedy, C. J. Kros et G. P. Richardson, « Le colorant FM1-43 se comporte comme un bloqueur permanent du canal du mécanotransducteur des cellules ciliées » Journal des neurosciences, vol. 21, non. 18, pp. 7013–7025, 2001. Voir sur : Google Scholar
  104. H. E. Farris, C. L. LeBlanc, J. Goswami et A. J. Ricci, « Sonder le pore du canal mécanotransducteur des cellules ciliées chez la tortue », Journal de physiologie, vol.558, non. 3, pp. 769-792, 2004. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  105. T. Hayashida, H. Hiel, D. Dulon, J. P. Erre, A. Guilhaume et J. M. Aran, « Changements dynamiques suite à un traitement combiné avec de la gentamicine et de l'acide éthacrynique avec et sans stimulation acoustique. Absorption cellulaire et corrélats fonctionnels », Acta Oto-Laryngologique, vol. 108, non. 5-6, pp. 404-413, 1989. Voir sur : Google Scholar
  106. A. J. Ricci, H. J. Kennedy, A. C. Crawford et R. Fettiplace, « Le filtre du canal de transduction dans les cellules ciliées auditives » Journal des neurosciences, vol. 25, non. 34, pp. 7831–7839, 2005. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  107. C. J. Kros, A. Rusch et G. P. Richardson, « Courants de transducteur mécano-électrique dans les cellules ciliées de la cochlée de souris néonatale cultivée », Actes de la Royal Society B, vol. 249, non. 1325, pp. 185-193, 1992. Voir sur : Google Scholar
  108. D. Z. Z. He, S. Jia et P. Dallas, "Transduction mécanoélectrique des cellules ciliées externes adultes étudiées chez une gerbille hemicochlea," La nature, vol. 429, non. 6993, pp. 766-770, 2004. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  109. A. J. Ricci, A. C. Crawford et R. Fettiplace, « Variation tonotopique de la conductance du canal du mécanotransducteur des cellules ciliées », Neurone, vol. 40, non. 5, pp. 983-990, 2003. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  110. J. Garcia-Anoveros et A. Duggan, TRPA1 dans les organes auditifs et nociceptifs, 2007.
  111. Y. Asai, J. R. Holt et G. S.G. Géléoc, « Une analyse quantitative du modèle spatio-temporel de l'expression des gènes potentiels des récepteurs transitoires dans la cochlée de souris en développement » Journal de l'Association pour la recherche en oto-rhino-laryngologie, vol. 11, non. 1, pp. 27-37, 2010. Afficher sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  112. M. P. Cuajungco, C. Grimm et S. Heller, « Canaux TRP en tant que candidats aux anomalies de l'audition et de l'équilibre chez les vertébrés » Biochimica et Biophysica Acta, vol. 1772, non. 8, pp. 1022-1027, 2007. Afficher sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  113. P. S. Steyger, « Captation cellulaire des aminosides », Avis sur Volta, vol. 105, non. 3, pp. 299-324, 2005. Voir sur : Google Scholar
  114. S. E. Myrdal et P. S. Steyger, « Les régulateurs TRPV1 médient la pénétration de la gentamicine dans les cellules rénales en culture », Recherche auditive, vol. 204, non. 1-2, pp. 170–182, 2005. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  115. S. K. Moestrup, S. Cui, H. Vorum et al., « Preuve que la glycoprotéine épithéliale 330/mégaline médie l'absorption de médicaments polybasiques » Journal d'investigation clinique, vol. 96, non. 3, pp. 1404-1413, 1995. Voir sur : Google Scholar
  116. K. Mizuta, A. Saito, T. Watanabe et al., « Localisation ultrastructurale de la mégaline dans le canal cochléaire du rat », Recherche auditive, vol. 129, non. 1-2, pp. 83-91, 1999. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  117. J. Tauris, E. I. Christensen, A. Nykjær, C. Jacobsen, C. M. Petersen et T. Ovesen, « Cubilin et megalin Co-localize in the neonatal inner ear » Audiologie et Neurotologie, vol. 14, non. 4, pp. 267-278, 2009. Afficher sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  118. M. Lenoir et J. L. Puel, « Modifications dose-dépendantes dans la cochlée du rat suite à l'intoxydation des aminosides. II. Étude histologique », Recherche auditive, vol. 26, non. 2, pp. 199-209, 1987. Voir sur : Google Scholar
  119. A. Forge, « Perte des cellules ciliées externes et soutien de l'expansion des cellules après un traitement chronique à la gentamicine » Recherche auditive, vol. 19, non. 2, pp. 171-182, 1985. Voir sur : Google Scholar
  120. L.P. Rybak et C.A. Whitworth, « Ototoxicité : opportunités thérapeutiques », La découverte de médicaments aujourd'hui, vol. 10, non. 19, pp. 1313-1321, 2005. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  121. R. N. Abi-Hachem, A. Zine et T. R. Van de Water, « La cochlée blessée en tant que cible des processus inflammatoires, de l'initiation des voies de mort cellulaire et de l'application de stratégies otoprotectrices associées » Brevets récents sur la découverte de médicaments dans le SNC, vol. 5, non. 2, pp. 147-163, 2010. Afficher sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  122. E. M. Priuska et J. Schacht, « Formation de radicaux libres par la gentamicine et le fer et preuve d'un complexe fer/gentamicine », Pharmacologie biochimique, vol. 50, non. 11, pp. 1749-1752, 1995. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  123. W. J. Clerici, K. Hensley, D. L. DiMartino et D. A. Butterfield, « Détection directe de la génération d'espèces réactives de l'oxygène induites par des ototoxiques dans les explants cochléaires » Recherche auditive, vol. 98, non. 1-2, pp. 116–124, 1996. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  124. K. Hirose, D. M. Hockenbery et E. W. Rubel, « Espèces réactives de l'oxygène dans les cellules ciliées des poussins après exposition à la gentamicine in vitro » Recherche auditive, vol. 104, non. 1-2, pp. 1-14, 1997. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  125. S. H. Sha et J. Schacht, « Stimulation de la formation de radicaux libres par les antibiotiques aminosides », Recherche auditive, vol. 128, non. 1-2, pp. 112-118, 1999. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  126. C. Thomas, M. M. Mackey, A. A. Diaz et D. P. Cox, « Le radical hydroxyle est produit via la réaction de Fenton dans les particules submitochondriales sous stress oxydatif : implications pour les maladies associées à l'accumulation de fer » Rapport d'oxydoréduction, vol. 14, non. 3, pp. 102–108, 2009. Afficher sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  127. S. H. Sha et J. Schacht, « Formation d'espèces réactives de l'oxygène après la bioactivation de la gentamicine », Biologie et médecine radicales libres, vol. 26, non. 3-4, pp. 341-347, 1999. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  128. P.-W. Cheng, S.-H. Liu, Y.-H. Young, et S.-Y. Lin-Shiau, « La D-méthionine a atténué la vestibulotoxicité induite par le cisplatine en modifiant les activités ATPase et le stress oxydatif chez les cobayes », Toxicologie et pharmacologie appliquée, vol. 215, non. 2, pp. 228-236, 2006. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  129. P. W. Cheng, S. H. Liu, C. J. Hsu et S. Y. Lin-Shiau, « Corrélation des activités accrues de Na+, K+-ATPase et Ca2+-ATPase avec l'inversion de l'ototoxicité du cisplatine induite par la D-méthionine chez les cobayes » Recherche auditive, vol. 205, non. 1-2, pp. 102-109, 2005. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  130. J. M. C. Gutteridge et B. Halliwell, « La mesure et le mécanisme de la peroxydation lipidique dans les systèmes biologiques », Tendances en sciences biochimiques, vol. 15, non. 4, pp. 129-135, 1990. Voir sur : Google Scholar
  131. B. Halliwell et J. M. C. Gutteridge, « Rôle des radicaux libres et des ions métalliques catalytiques dans les maladies humaines : un aperçu » Méthodes en enzymologie, vol. 186, pp. 1–85, 1990. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  132. J. M. C. Gutteridge et B. Halliwell, « Les radicaux libres et les antioxydants en l'an 2000. Un regard historique vers l'avenir », Annales de l'Académie des sciences de New York, vol. 899, pp. 136-147, 2000. Voir sur : Google Scholar
  133. T. Yamasoba, A. L. Nuttall, C. Harris, Y. Raphael et J. M. Miller, « Rôle du glutathion dans la protection contre la perte auditive induite par le bruit », Recherche sur le cerveau, vol. 784, non. 1-2, pp. 82-90, 1998. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  134. T. Yamasoba, C. Harris, F. Shoji, R. J. Lee, A. L. Nuttall et J. M. Miller, « Influence of intense sound Exposure on glutathion lysis in the cochlea » Recherche sur le cerveau, vol. 804, non. 1, pp. 72-78, 1998. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  135. S. W. Jeong, L. S. Kim, D. Hur, W. Y. Bae, J. R. Kim et J. H. Lee, « La mort des cellules du ganglion spiral induite par la gentamicine : apoptose médiée par ROS et la voie de signalisation JNK » Acta Oto-Laryngologique, vol. 130, non. 6, pp. 670–678, 2010. Afficher sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  136. A. G. Cheng, L. L. Cunningham et E. W. Rubel, « Mécanismes de mort et de protection des cellules ciliées » Opinion actuelle en oto-rhino-laryngologie et chirurgie cervico-faciale, vol. 13, non. 6, pp. 343-348, 2005. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  137. M. X. Guan, « Mutations de l'ARNr 12S mitochondrial associées à l'ototoxicité des aminosides », Mitochondrie, vol. 11, non. 2, pp. 237-245, 2011. Voir sur : Google Scholar
  138. P. H. Krammer, « La mission mortelle du CD95 dans le système immunitaire », La nature, vol. 407, non. 6805, pp. 789-795, 2000. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  139. D. F. Suen, K. L. Norris et R. J. Youle, « Dynamique mitochondriale et apoptose », Gènes et développement, vol. 22, non. 12, pp. 1577-1590, 2008. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  140. M. E. Peter et P. H. Krammer, « Le disque CD95 (APO-1/Fas) et au-delà » Mort cellulaire et différenciation, vol. 10, non. 1, pp. 26-35, 2003. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  141. D. Brenner et T. W. Mak, « effecteurs de la mort des cellules mitochondriales », Opinion actuelle en biologie cellulaire, vol. 21, non. 6, pp. 871-877, 2009. Afficher sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  142. A. Strasser, L. O'Connor et V. M. Dixit, « signalisation de l'apoptose », Revue annuelle de biochimie, vol. 69, pp. 217-245, 2000. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  143. C. Borner, « La famille de protéines Bcl-2 : capteurs et points de contrôle pour les décisions de vie ou de mort », Immunologie moléculaire, vol. 39, non. 11, pp. 615-647, 2003. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  144. A. Gross, J. Jockel, M. C. Wei et S. J. Korsmeyer, « La dimérisation forcée de BAX entraîne sa translocation, son dysfonctionnement mitochondrial et son apoptose » Journal de l'EMBO, vol. 17, non. 14, pp. 3878–3885, 1998. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  145. H. Harada et S. Grant, « Les régulateurs de l'apoptose », Avis en Hématologie Clinique et Expérimentale, vol. 7, non. 2, pp. 117-138, 2003. Voir sur : Google Scholar
  146. L. Lalier, P. F. Cartron, P. Juin et al., « Activation Bax et insertion mitochondriale pendant l'apoptose », Apoptose, vol. 12, non. 5, pp. 887-896, 2007. Afficher sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  147. T. Lindsten, W. X. Zong et C. B. Thompson, « Définition du rôle de la famille de protéines Bcl-2 dans le système nerveux » Neuroscientifique, vol. 11, non. 1, pp. 10-15, 2005. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  148. Z. N. Oltvai, C. L. Milliman et S. J. Korsmeyer, « Bcl-2 hétérodimérise in vivo avec un homologue conservé, Bax, qui accélère la mort cellulaire programmée » Cellule, vol. 74, non. 4, pp. 609-619, 1993. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  149. H. Xiang, Y. Kinoshita, C. M. Knudson, S. J. Korsmeyer, P. A. Schwartzkroin et R. S. Morrison, « implication de Bax dans la mort cellulaire neuronale médiée par p53 » Journal des neurosciences, vol. 18, non. 4, pp. 1363-1373, 1998. Voir sur : Google Scholar
  150. D. A. Mangiardi, K. McLaughlin-Williamson, K. E. May, E. P. Messana, D. C. Mountain et D. A. Cotanche, « Progression de l'éjection des cellules ciliées et des marqueurs moléculaires de l'apoptose dans la cochlée aviaire après un traitement à la gentamicine » Journal de neurologie comparée, vol. 475, non. 1, pp. 1–18, 2004. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  151. J. E. Lee, T. Nakagawa, T. S. Kim et al., « Voie de signalisation pour l'apoptose des cellules ciliées vestibulaires des souris en raison des aminosides » Acta Oto-Laryngologique, vol. 124, supplément 551, pp. 69-74, 2004. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  152. J. I. Matsui, J. E. Gale et M. E. Warchol, « Evénements de signalisation critiques lors de la mort induite par les aminosides des cellules ciliées sensorielles in vitro » Journal de neurobiologie, vol. 61, non. 2, pp. 250-266, 2004. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  153. N. Dehne, U. Rauen, H. de Groot et J. Lautermann, « Implication de la transition de perméabilité mitochondriale dans l'ototoxicité de la gentamicine » Recherche auditive, vol. 169, non. 1-2, pp. 47-55, 2002. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  154. T. Nakagawa et H. Yamane, « Redistribution du cytochrome c dans l'apoptose des cellules ciliées vestibulaires du cobaye », Recherche sur le cerveau, vol. 847, non. 2, pp. 357-359, 1999. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  155. L. L. Cunningham, J. I. Matsui, M. E. Warchol et E. W. Rubel, « La surexpression de Bcl-2 empêche la mort des cellules ciliées induite par la néomycine et l'activation de la caspase-9 dans l'utricule de souris adulte in vitro » Journal de neurobiologie, vol. 60, non. 1, pp. 89-100, 2004. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  156. C. Bonny, A. Oberson, S. Negri, C. Sauser et D. F. Schorderet, « Inhibiteurs peptidiques perméables aux cellules de JNK. Nouveaux bloqueurs de ??-mort cellulaire, " Diabète, vol. 50, non. 1, pp. 77-82, 2001. Voir sur : Google Scholar
  157. M. Dickens, J. S. Rogers, J. Cavanagh et al., "Un inhibiteur cytoplasmique de la voie de transduction du signal JNK," Science, vol. 277, non. 5326, pp. 693-696, 1997. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  158. Y. T. Ip et R. J. Davis, "Transduction du signal par la kinase c-Jun N-terminale (JNK) - De l'inflammation au développement", Opinion actuelle en biologie cellulaire, vol. 10, non. 2, pp. 205–219, 1998. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  159. A. Zine et T. R. Van De Water, « Les voies de signalisation MAPK/JNK offrent des cibles thérapeutiques potentielles pour la prévention de la surdité acquise » Cibles médicamenteuses actuelles : troubles du SNC et troubles neurologiques, vol. 3, non. 4, pp. 325-332, 2004. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  160. J. Liu et A. Lin, « Rôle de l'activation de JNK dans l'apoptose : une épée à double tranchant », Recherche cellulaire, vol. 15, non. 1, pp. 36-42, 2005. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  161. J. Wang, TR Van De Water, C. Bonny, F. De Ribaupierre, JL Puel et A. Zine, "Un inhibiteur peptidique de la kinase c-Jun N-terminal protège à la fois contre les aminosides et les cellules ciliées induites par un traumatisme acoustique la mort et la perte auditive », Journal des neurosciences, vol. 23, non. 24, pp. 8596-8607, 2003. Voir sur : Google Scholar
  162. U. Pirvola, L. Xing-Qun, J. Virkkala et al., "Sauvetage de l'audition, des cellules ciliées auditives et des neurones par CEP-1347/KT7 un inhibiteur de l'activation de la kinase c-Jun N-terminale," Journal des neurosciences, vol. 20, non. 1, pp. 43-50, 2000. Voir sur : Google Scholar
  163. X. Liu, C. N. Kim, J. Yang, R. Jemmerson et X. Wang, « Induction du programme apoptotique dans les extraits apoptotiques : exigence de dATP et de cytochrome c » Cellule, vol. 86, non. 1, pp. 147-157, 1996. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  164. H. R. Stennicke et G. S. Salvesen, "Caspases—contrôler les signaux intracellulaires par l'activation du zymogène de la protéase," Biochimica et Biophysica Acta, vol. 1477, n. 1-2, pp. 299–306, 2000. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  165. M. Muzio, B. R. Stockwell, H. R. Stennicke, G. S. Salvesen et V. M. Dixit, « Un modèle de proximité induit pour l'activation de la caspase-8 » Journal de chimie biologique, vol. 273, non. 5, pp. 2926–2930, 1998. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  166. L. L. Cunningham, A. G. Cheng et E. W. Rubel, « Activation de la caspase dans les cellules ciliées de l'utricule de la souris exposée à la néomycine » Journal des neurosciences, vol. 22, non. 19, pp. 8532-8540, 2002. Voir sur : Google Scholar
  167. A. G. Cheng, L. L. Cunningham et E. W. Rubel, « La mort des cellules capillaires dans la papille basilaire aviaire : caractérisation du modèle in vitro et activation de la caspase » Journal de l'Association pour la recherche en oto-rhino-laryngologie, vol. 4, non. 1, pp. 91-105, 2003. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  168. J. Wang, S. Ladrech, R. Pujol, P. Brabet, T. R. Van De Water et J. L. Puel, « Les inhibiteurs de la caspase, mais pas le traitement par inhibiteur de la kinase c-Jun NH2-terminal, préviennent la perte auditive induite par le cisplatine » Recherche contre le cancer, vol. 64, non. 24, pp. 9217-9224, 2004. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  169. D. Bodmer, D. Brors, K. Pak, M. Bodmer et A. F. Ryan, « La mort des cellules ciliées induite par la gentamicine ne dépend pas du récepteur de l'apoptose Fas », Laryngoscope, vol. 113, non. 3, pp. 452-455, 2003. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  170. J. Yuan et B. A. Yankner, « L'activité de la caspase sème les graines de la mort neuronale » Nature Biologie Cellulaire, vol. 1, non. 2, pp. E44-45, 1999. Voir sur : Google Scholar
  171. E. H. Y. Cheng, D. G. Kirsch, R. J. Clem et al., "Conversion of Bcl-2 to a bax-like death effector by caspases," Science, vol. 278, non. 5345, pp. 1966–1968, 1997. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  172. Y. A. Lazebnik, S. H. Kaufmann, S. Desnoyers, G. G. Poirier et W. C. Earnshaw, "Clivage de la poly(ADP-ribose) polymérase par une protéinase avec des propriétés comme ICE," La nature, vol. 371, non. 6495, pp. 346-347, 1994. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  173. D. G. Kirsch, A. Doseff, B. N. Chau et al., "Le clivage dépendant de la caspase-3 de Bcl-2 favorise la libération du cytochrome c," Journal de chimie biologique, vol. 274, non. 30, pp. 21155–21161, 1999. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  174. S. Kothakota, T. Azuma, C. Reinhard et al., « Fragment de gelsoline généré par la caspase-3 : effecteur du changement morphologique de l'apoptose », Science, vol. 278, non. 5336, pp. 294-298, 1997. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  175. J.B. Kim, J.Y. Jung, J.C.Ahn, C. K. Rhee et H. J. Hwang, « Effet antioxydant et anti-apoptotique de la mélatonine sur les cellules ciliées vestibulaires des utricules de rat » Otorhinolaryngologie Clinique et Expérimentale, vol. 2, non. 1, pp. 6-12, 2009. Afficher sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  176. A. Caelers, V. Radojevic, J. Traenkle, Y. Brand et D. Bodmer, « Stress et voies de survie dans la cochlée des mammifères », Audiologie et Neurotologie, vol. 15, non. 5, pp. 282–290, 2010. Afficher sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  177. J. Momiyama, T. Hashimoto, A. Matsubara, K. Futai, A. Namba et H. Shinkawa, « La leupeptine, un inhibiteur de la calpaïne, protège les cellules ciliées de l'oreille interne de l'ototoxicité des aminosides » Journal de médecine expérimentale de Tohoku, vol. 209, non. 2, pp. 89-97, 2006. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  178. A. Forge et L. Li, « Mort apoptotique des cellules ciliées dans l'épithélium sensoriel vestibulaire des mammifères », Recherche auditive, vol. 139, non. 1-2, pp. 97–115, 2000. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  179. J. A. Williams et N. Holder, « Renouvellement cellulaire dans les neuromastes des larves de poisson zèbre », Recherche auditive, vol. 143, non. 1-2, pp. 171-181, 2000. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  180. J. I. Matsui, A. Haque, D. Huss et al., "Les inhibiteurs de caspase favorisent la survie et la fonction des cellules ciliées vestibulaires après un traitement aux aminosides in vivo", Journal des neurosciences, vol. 23, non. 14, pp. 6111-6122, 2003. Voir sur : Google Scholar
  181. T. Nakagawa, T. S. Kim, N. Murai et al., "Une nouvelle technique pour induire des dommages locaux de l'oreille interne," Recherche auditive, vol. 176, non. 1-2, pp. 122-127, 2003. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  182. T. Okuda, K. Sugahara, T. Takemoto, H. Shimogori et H. Yamashita, « L'inhibition des caspases atténue les dommages cochléaires induits par la gentamicine chez les cobayes » Auris Nasus Larynx, vol. 32, non. 1, pp. 33-37, 2005. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  183. K. Sugahara, E. W. Rubel et L. L. Cunningham, « Signalisation JNK dans la mort des cellules ciliées vestibulaires induite par la néomycine » Recherche auditive, vol. 221, non. 1-2, pp. 128–135, 2006. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  184. D. Bodmer, D. Brors, M. Bodmer et A. F. Ryan, "Sauvetage des cellules ciliées auditives de l'ototoxicité par CEP-11 004, un inhibiteur de la voie de signalisation JNK," Laryngo - Rhino - Otologie, vol. 81, non. 12, pp. 853-856, 2002. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  185. M. Nakamagoe, K. Tabuchi, I. Uemaetomari, B. Nishimura et A. Hara, « L'estradiol protège la cochlée contre l'ototoxicité de la gentamicine en inhibant la voie JNK » Recherche auditive, vol. 261, non. 1-2, pp. 67–74, 2010. Afficher sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  186. J. Ylikoski, L. Xing-Qun, J. Virkkala et U. Pirvola, « Le blocage de la voie de la kinase c-Jun N-terminal atténue la mort des cellules ciliées cochléaires et vestibulaires induite par la gentamicine » Recherche auditive, vol. 166, non. 1-2, pp. 33-43, 2002. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  187. S. C. Pfannenstiel, M. Praetorius, P. K. Plinkert, D. E. Brough et H. Staecker, « La thérapie génique Bcl-2 prévient la dégénérescence induite par les aminosides des cellules ciliées auditives et vestibulaires » Audiologie et Neurotologie, vol. 14, non. 4, pp. 254-266, 2009. Afficher sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  188. Y. H. Liu, X. M. Ke, Y. Qin, Z. P. Gu et S. F. Xiao, « Bcl-xL à médiation virale adéno-associée prévient la perte auditive induite par les aminosides chez la souris » Journal Médical Chinois, vol. 120, non. 14, pp. 1236-1240, 2007. Voir sur : Google Scholar
  189. R. I. Morimoto, « Stress protéotoxiques et réseaux de chaperons inductibles dans les maladies neurodégénératives et le vieillissement », Gènes et développement, vol. 22, non. 11, pp. 1427-1438, 2008. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  190. L. L. Cunningham et C. S. Brandon, « Le choc thermique inhibe à la fois la mort sensorielle des cellules ciliées induite par les aminosides et le cisplatine » Journal de l'Association pour la recherche en oto-rhino-laryngologie, vol. 7, non. 3, pp. 299–307, 2006. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  191. M. Taleb, C.S. Brandon, F.-S. Lee, M. I. Lomax, W. H. Dillmann et L. L. Cunningham, « Hsp70 inhibe la mort des cellules ciliées induite par les aminosides et est nécessaire pour l'effet protecteur du choc thermique » Journal de l'Association pour la recherche en oto-rhino-laryngologie, vol. 9, non. 3, pp. 277-289, 2008. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  192. M. Taleb, C. S. Brandon, F. S. Lee, K. C. Harris, W. H. Dillmann et L. L. Cunningham, « Hsp70 inhibe la perte auditive induite par les aminosides et la mort des cellules ciliées cochléaires » Stress cellulaire et chaperons, vol. 14, non. 4, pp. 427–437, 2009. Afficher sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  193. K. Tabuchi, K. Pak, E. Chavez et A. F. Ryan, « Rôle de l'inhibiteur de la protéine d'apoptose dans les lésions des cellules ciliées cochléaires induites par la gentamicine » Neurosciences, vol. 149, non. 1, pp. 213-222, 2007. Afficher sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  194. D. Dulon, H. Hiel, C. Aurousseau, J. P. Erre et J. M. Aran, « Pharmacocinétique de la gentamicine dans les cellules ciliées sensorielles de l'organe de Corti : absorption rapide et persistance à long terme » Comptes Rendus de l'Académie des Sciences Série III, vol. 316, non. 7, pp. 682-687, 1993. Voir sur : Google Scholar
  195. M. Olsson et B. Zhivotovsky, « Caspases et cancer », Mort cellulaire et différenciation, vol. 18, non. 9, pp. 1441-1449, 2011. Voir sur : Google Scholar
  196. P. Sinswat, W. J. Wu, S. H. Sha et J. Schacht, « Protection contre l'ototoxicité de la gentamicine intrapéritonéale chez le cobaye », International du rein, vol. 58, non. 6, pp. 2525-2532, 2000. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  197. B. B. Song et J. Schacht, « Efficacité variable des piégeurs de radicaux et des chélateurs du fer pour atténuer l'ototoxicité de la gentamicine chez le cobaye in vivo » Recherche auditive, vol. 94, non. 1-2, pp. 87-93, 1996. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  198. W. J. Wu, S. H. Sha, J. D. McLaren, K. Kawamoto, Y. Raphael et J. Schacht, « Ototoxicité des aminosides chez les souris adultes CBA, C57BL et BALB et le rat Sprague-Dawley » Recherche auditive, vol. 158, non. 1-2, pp. 165–178, 2001. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  199. E. Lecain, B. Omri, F. Behar-Cohen, P. T. B. Huy et P. Crisanti, « Le rôle de PKC?? dans l'apoptose induite par l'amikacine dans la cochlée : prévention par l'aspirine », Apoptose, vol. 12, non. 2, pp. 333-342, 2007. Afficher sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  200. S. H. Sha et J. Schacht, « Le salicylate atténue l'ototoxicité induite par la gentamicine », Enquête en laboratoire, vol. 79, non. 7, pp. 807-813, 1999. Voir sur : Google Scholar
  201. F. Behnoud, K. Davoudpur et M. T. Goodarzi, « L'aspirine peut-elle protéger ou au moins atténuer l'ototoxicité de la gentamicine chez l'homme ? » Journal médical saoudien, vol. 30, non. 9, pp. 1165-1169, 2009. Voir sur : Google Scholar
  202. Y. Chen, W. G. Huang, D. J. Zha et al., « L'aspirine atténue l'ototoxicité de la gentamicine : du laboratoire à la clinique » Recherche auditive, vol. 226, non. 1-2, pp. 178–182, 2007. Afficher sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  203. S. H. Sha, J. H. Qiu et J. Schacht, « Aspirine pour prévenir la perte auditive induite par la gentamicine » Le Journal de médecine de la Nouvelle-Angleterre, vol. 354, non. 17, pp. 1856–1857, 2006. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  204. E. N. Myers et J. M. Bernstein, « L'ototoxicité du salicylate, une étude clinique et expérimentale », Archives d'oto-rhino-laryngologie, vol. 82, non. 5, pp. 483-493, 1965. Voir sur : Google Scholar
  205. G. D. Chen, M. H. Kermany, A. D'Elia et al., « Trop d'une bonne chose : un traitement à long terme avec du salicylate renforce la fonction des cellules ciliées externes mais altère l'activité neuronale auditive » Recherche auditive, vol. 265, non. 1-2, pp. 63-69, 2010. Afficher sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  206. M. D. Hilty, C. A. Romshe et P. V. Delamer, « Syndrome de Reye et hyperaminoacidémie », Journal de pédiatrie, vol. 84, non. 3, pp. 362–365, 1974. Voir sur : Google Scholar
  207. R. D. K. Reye, G. Morgan et J. Baral, « Encéphalopathie et dégénérescence graisseuse des viscères. Une entité pathologique dans l'enfance », La Lancette, vol. 282, n. 7311, pp. 749–752, 1963. Voir sur : Google Scholar
  208. I. Tanret et D. Duh, « Le syndrome de Reye », Journal de Pharmacie de Belgique, vol. 1, pp. 13-15, 2011. Voir sur : Google Scholar
  209. S. H. Sha, G. Zajic, C. J. Epstein et J. Schacht, « La surexpression du cuivre/zinc-superoxyde dismutase protège de la perte auditive induite par la kanamycine » Audiologie et Neuro-Otologie, vol. 6, non. 3, pp. 117–123, 2001. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  210. L. Feldman, S. Efrati, E. Eviatar et al., « L'ototoxicité induite par la gentamicine chez les patients hémodialysés est améliorée par la N-acétylcystéine » International du rein, vol. 72, non. 3, pp. 359-363, 2007. Afficher sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  211. K. C. M. Campbell, R. P. Meech, J. J. Klemens et al., « Prévention de la perte auditive induite par le bruit et les médicaments avec la d-méthionine » Recherche auditive, vol. 226, non. 1-2, pp. 92-103, 2007. Afficher sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  212. S. H. Sha et J. Schacht, « Les antioxydants atténuent la formation de radicaux libres induite par la gentamicine in vitro et l'ototoxicité in vivo : la D-méthionine est un protecteur potentiel » Recherche auditive, vol. 142, n. 1-2, pp. 34-40, 2000. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  213. M. Takumida, M. Anniko, A. Shimizu et H. Watanabe, « La neuroprotection des cellules sensorielles vestibulaires contre l'ototoxicité de la gentamicine obtenue à l'aide d'inhibiteurs de l'oxyde nitrique synthase, de piégeurs d'espèces réactives de l'oxygène, de facteurs neurotrophiques dérivés du cerveau et d'inhibiteurs de calpaïne » Acta Oto-Laryngologique, vol. 123, non. 1, pp. 8-13, 2003. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  214. B. J. Conlon, J. M. Aran, J. P. Erre et D. W. Smith, "Atténuation des dommages cochléaires induits par les aminosides avec l'antioxydant métabolique ??-l'acide lipoïque," Recherche auditive, vol. 128, non. 1-2, pp. 40-44, 1999. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  215. A. R. Fetoni, B. Sergi, A. Ferraresi, G. Paludetti et D. Troiani, «??-Effets protecteurs du tocophérol sur l'ototoxicité de la gentamicine : une étude expérimentale », Revue internationale d'audiologie, vol. 43, non. 3, pp. 166-171, 2004. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  216. A. R. Fetoni, B. Sergi, E. Scarano, G. Paludetti, A. Ferraresi et D. Troiani, « Effets protecteurs de ??-tocophérol contre la toxicité oto-vestibulo induite par la gentamicine : une étude expérimentale », Acta Oto-Laryngologique, vol. 123, non. 2, pp. 192-197, 2003. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  217. B. Sergi, A. R. Fetoni, A. Ferraresi et al., « Le rôle des antioxydants dans la protection contre les médicaments ototoxiques », Acta Oto-Laryngologique, vol. 124, non. 552, supplément, pp. 42-45, 2004. Voir sur : Google Scholar
  218. S. L. Garetz, D. J. Rhee et J. Schacht, « Les composés sulfhydryles et les antioxydants inhibent la cytotoxicité des cellules ciliées externes d'un métabolite de la gentamicine in vitro » Recherche auditive, vol. 77, non. 1-2, pp. 75-80, 1994. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  219. H. W. Jung, S. O. Chang, C. S. Kim, C. S. Rhee et D. H. Lim, « Effets de l'extrait de Ginkgo biloba sur les dommages cochléaires induits par l'installation locale de gentamicine chez les cobayes » Journal de la science médicale coréenne, vol. 13, non. 5, pp. 525-528, 1998. Voir sur : Google Scholar
  220. A. M. Wang et al., "Les préparations de Tanshinone (extrait de Salviae miltiorrhizae) atténuent la formation de radicaux libres induite par les aminosides in vitro et l'ototoxicité in vivo", Agents antimicrobiens et chimiothérapie, vol. 47, non. 6, pp. 1836-1841, 2003. Voir sur : Google Scholar
  221. T. Erdem, O. Ozturan, M. Iraz, M. C. Miman et E. Olmez, « Double effet dose-dépendant de la mélatonine sur l'ototoxicité induite par l'amikacine chez les rats adultes » Archives européennes d'oto-rhino-laryngologie, vol. 262, non. 4, pp. 314-321, 2005. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  222. L. F. Ye, Z. Z. Tao, Q. Q. Hua et al., « Effet protecteur de la mélatonine contre l'ototoxicité de la gentamicine », Journal de laryngologie et d'otologie, vol. 123, non. 6, pp. 598–602, 2009. Afficher sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  223. M. A. Lopez-Gonzalez, J. M. Guerrero, R. Torronteras, C. Osuna et F. Delgado, « L'ototoxicité causée par les aminosides est améliorée par la mélatonine sans interférer avec la capacité antibiotique des médicaments » Journal de recherche pinéale, vol. 28, non. 1, pp. 26-33, 2000. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  224. K. Kawamoto, S. H. Sha, R. Minoda et al., « La thérapie génique antioxydante peut protéger les cellules auditives et ciliées de l'ototoxicité » Thérapie moléculaire, vol. 9, non. 2, pp. 173-181, 2004. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  225. S. L. McFadden, D. Ding, D. Salvemini et R. J. Salvi, « M40403, un mimétique de la superoxyde dismutase, protège les cellules ciliées cochléaires de la gentamicine, mais pas de la toxicité du cisplatine » Toxicologie et pharmacologie appliquée, vol. 186, non. 1, pp. 46-54, 2003. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  226. M. S. Asplund, A. Lidian, B. Linder, M. Takumida et M. Anniko, « Effet protecteur de l'édaravone contre l'ototoxicité induite par la tobramycine » Acta Oto-Laryngologique, vol. 129, non. 1, pp. 8-13, 2009. Afficher sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  227. S. Bonabi, A. Caelers, A. Monge, A. Huber et D. Bodmer, "Le resvératrol protège les cellules ciliées auditives de la toxicité de la gentamicine", Journal des oreilles, du nez et de la gorge, vol. 87, non. 10, pp. 570-573, 2008. Voir sur : Google Scholar
  228. S. L. Garetz, R. A. Altschuler et J. Schacht, « Atténuation de l'ototoxicité de la gentamicine par le glutathion chez le cobaye in vivo » Recherche auditive, vol. 77, non. 1-2, pp. 81-87, 1994. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  229. B. J. Conlon et D. W. Smith, « ototoxicité des aminosides topiques : tenter de protéger la cochlée », Acta Oto-Laryngologique, vol. 120, non. 5, pp. 596-599, 2000. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  230. E. N. Maudonnet, J. A. A. De Oliveira, M. Rossato et M. A. Hyppolito, « La gentamicine atténue l'ototoxicité induite par la gentamicine - Autoprotection » Toxicologie des médicaments et des produits chimiques, vol. 31, non. 1, pp. 11–25, 2008. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  231. J. A. A. De Oliveira, D. M. Canedo, M. Rossato et M. H. De Andrade, « Autoprotection contre l'ototoxicité des aminosides chez les cobayes » Oto-rhino-laryngologie—Chirurgie de la tête et du cou, vol. 131, non. 3, pp. 271-279, 2004. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  232. A. C. Suryadevara, H. H. Wanamaker et A. Pack, « Les effets du conditionnement sonore sur la toxicité vestibulocochléaire induite par la gentamicine chez les gerbilles » Laryngoscope, vol. 119, non. 6, pp. 1166-1170, 2009. Afficher sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  233. A. S. Basile, J. M. Huang, C. Xie, D. Webster, C. Berlin et P. Skolnick, « Les antagonistes du N-méthyl-D-aspartate limitent la perte auditive induite par les antibiotiques aminoglycosides » Médecine naturelle, vol. 2, non. 12, pp. 1338-1343, 1996. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  234. A. S. Basile, A. M. Brichta, B. D. Harris, D. Morse, D. Coling et P. Skolnick, « ​​La dizocilpine atténue la vestibulotoxicité induite par la streptomycine chez le rat », Lettres de neurosciences, vol. 265, non. 2, pp. 71-74, 1999. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  235. W. J. O'Sullivan, « Constantes de stabilité des complexes métalliques », dans Données pour la recherche biochimique, D.C.E.R.M.C. Dawson et A . K. M. J. W. H. Elliott, Eds., Oxford Clarendon Press, Oxford, Royaume-Uni, 1969. Voir sur : Google Scholar
  236. C. F. Babbs et M. G. Steiner, « Détection et quantification du radical hydroxyle à l'aide de diméthylsulfoxyde comme sonde moléculaire », Méthodes en enzymologie, vol. 186, pp. 137-147, 1990. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  237. S. H. Sha et J. Schacht, « Les antibiotiques aminosides sont-ils excitotoxiques ? » NeuroRapport, vol. 9, non. 17, pp. 3893-3895, 1998. Voir sur : Google Scholar
  238. R. Pujol, « Efférents latéraux et médians : un double mécanisme neurochimique pour protéger et réguler la fonction des cellules ciliées internes et externes de la cochlée », Journal britannique d'audiologie, vol. 28, non. 4-5, pp. 185–191, 1994. Voir sur : Google Scholar
  239. E. Hokkanen, « L'effet aggravant de certains antibiotiques sur le blocage neuromusculaire dans la myasthénie grave », Acta Neurologica Scandinavica, vol. 40, pp. 346-352, 1964. Voir sur : Google Scholar
  240. R. W. Barrons, « Blocage neuromusculaire et myasthénie grave induits par les médicaments », Pharmacothérapie, vol. 17, non. 6, pp. 1220-1232, 1997. Voir sur : Google Scholar
  241. C. Lee et al., « Bloc neuromusculaire par la néomycine chez le chat », Journal de la Société canadienne des anesthésistes, vol. 23, non. 5, pp. 527-533, 1976. Voir sur : Google Scholar
  242. J. S. Kass et W. X. Shandera, « Effets sur le système nerveux de la thérapie antituberculeuse », Médicaments du SNC, vol. 24, non. 8, pp. 655-667, 2010. Afficher sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  243. J. F. Fiekers, « Effets des antibiotiques aminosides, de la streptomycine et de la néomycine, sur la transmission neuromusculaire. I. Considérations présynaptiques », Journal of Pharmacology and Experimental Therapeutics, vol. 225, non. 3, p.487-495, 1983. Voir sur : Google Scholar
  244. J. F. Fiekers, « Effets des antibiotiques aminosides, de la streptomycine et de la néomycine, sur la transmission neuromusculaire. II. Considérations post-synaptiques », Journal of Pharmacology and Experimental Therapeutics, vol. 225, non. 3, pp. 496-502, 1983. Voir sur : Google Scholar
  245. A. Alharazneh, L. Luk, M. Huth et al., « Les canaux fonctionnels des mécanotransducteurs des cellules ciliées sont nécessaires pour l'ototoxicité des aminosides » PLoS UN, vol. 6, non. 7, article e22347, 2011. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  246. I. Lopez, V. Honrubia, S. C. Lee et al., « L'effet protecteur du facteur neurotrophique dérivé du cerveau après l'ototoxicité de la gentamicine » Journal américain d'otologie, vol. 20, non. 3, pp. 317-324, 1999. Voir sur : Google Scholar
  247. M. Takumida et M. Anniko, « Le facteur neurotrophique dérivé du cerveau et l'inhibiteur de l'oxyde nitrique synthase protègent l'organe vestibulaire contre l'ototoxicité de la gentamicine » Acta Oto-Laryngologique, vol. 122, non. 1, pp. 10-15, 2002. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  248. R. S. Ruan, S. K. Leong, I. Mark et K. H. Yeoh, « Effets du BDNF et du NT-3 sur la survie des cellules ciliées dans la cochlée de cobaye endommagée par le traitement à la kanamycine » NeuroRapport, vol. 10, non. 10, pp. 2067-2071, 1999. Voir sur : Google Scholar
  249. C. He, S. J. Kang, Y. Dou et al., « Le facteur neurotrophique ciliaire antagonise les altérations induites par la gentamicine des potentiels électriques dans la voie auditive chez les cobayes » Acta Pharmacologica Sinica, vol. 17, non. 6, pp. 493-496, 1996. Voir sur : Google Scholar
  250. R. Kuang, G. Hever, G. Zajic et al., « Facteur neurotrophique dérivé de la lignée cellulaire gliale. Potentiel d'otoprotection », Annales de l'Académie des sciences de New York, vol. 884, pp. 270-291, 1999. Voir sur : Google Scholar
  251. L. N. Gillespie, G. M. Clark, P. F. Bartlett et P. L. Marzella, « Survie induite par le BDNF des neurones auditifs in vivo : l'arrêt du traitement entraîne une perte accélérée des effets de survie » Journal de recherche en neurosciences, vol. 71, non. 6, pp. 785-790, 2003. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  252. D. Ding, H. Jiang et R. J. Salvi, « Mécanismes de mort sensorielle rapide des cellules ciliées après co-administration de gentamicine et d'acide éthacrynique » Recherche auditive, vol. 259, non. 1-2, pp. 16-23, 2010. Afficher sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  253. D. Ding, S. L. McFadden, R. W. Browne et R. J. Salvi, « Un dosage tardif d'acide éthacrynique peut réduire la concentration de gentamicine dans la périlymphe et protéger les cellules ciliées cochléaires. Recherche auditive, vol. 185, non. 1-2, pp. 90-96, 2003. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  254. R. H. Mathog et W. J. Klein, « Ototoxicité de l'acide éthacrynique et des antibiotiques aminosides dans l'urémie », Le Journal de médecine de la Nouvelle-Angleterre, vol. 280, non. 22, pp. 1223-1224, 1969. Voir sur : Google Scholar
  255. M. Takumida et M. Anniko, « L'isosorbide retarde la mort des cellules sensorielles vestibulaires induite par la gentamicine » ORL, vol. 67, non. 5, pp. 276–281, 2005. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  256. M. Duan, K. Agerman, P. Ernfors et B. Canlon, « Rôles complémentaires de la neurotrophine 3 et d'un antagoniste du N-méthyl-D-aspartate dans la protection contre le bruit et l'ototoxicité induite par les aminosides » Actes de l'Académie nationale des sciences des États-Unis d'Amérique, vol. 97, non. 13, pp. 7597–7602, 2000. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  257. K. Kawamoto, M. Yagi, T. Stöver, S. Kanzaki et Y. Raphael, « L'audition et les cellules ciliées sont protégées par la thérapie génique adénovirale avec TGF-??1 et GDNF », Thérapie moléculaire, vol. 7, non. 4, pp. 484-492, 2003. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  258. M. Suzuki, M. Yagi, J. N. Brown, A. L. Miller, J. M. Miller et Y. Raphael, « Effet de l'expression du GDNF transgénique sur la toxicité cochléaire et vestibulaire induite par la gentamicine » Thérapie génique, vol. 7, non. 12, pp. 1046-1054, 2000. Voir sur : Google Scholar
  259. M. Yagi, E. Magal, Z. Sheng, K. A. Ang et Y. Raphael, « Protection des cellules capillaires contre l'ototoxicité des aminosides par la surexpression à médiation adénovirale du facteur neurotrophique dérivé de la lignée cellulaire gliale » Thérapie génique humaine, vol. 10, non. 5, pp. 813-823, 1999. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  260. R. Fettiplace, A. J. Ricci et C. M. Hackney, « Clues to the cochlear amplifier from the Turtle ear » Tendances en neurosciences, vol. 24, non. 3, pp. 169-175, 2001. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  261. A. J. Hudspeth, Y. Choe, A. D. Mehta et P. Martin, « Mettre les canaux ioniques au travail : transduction mécanoélectrique, adaptation et amplification par les cellules ciliées » Actes de l'Académie nationale des sciences des États-Unis d'Amérique, vol. 97, non. 22, pp. 11765-11772, 2000. Voir sur : Site de l'éditeur | Google Scholar
  262. K. McQuillen, « La surface bactérienne IV. Effet de la streptomycine sur la mobilité électrophorétique d'escherichia coli et de Staphylococcus aureus », Biochimica et Biophysica Acta, vol. 7, non. 1, pp. 54-60, 1951. Voir sur : Google Scholar
  263. R. E.W. Hancock et A. Bell, « L'absorption d'antibiotiques dans les bactéries gram-négatives » Journal européen de microbiologie clinique et des maladies infectieuses, vol. 7, non. 6, pp. 713-720, 1988. Voir sur : Google Scholar
  264. G. G. Jackson, V. T. Lolans et G. L. Daikos, « Le rôle inducteur de la liaison ionique dans les effets bactéricides et post-exposition des antibiotiques aminosides avec des implications pour le dosage » Journal des maladies infectieuses, vol. 162, non. 2, pp. 408-413, 1990. Voir sur : Google Scholar

Droits d'auteur

Copyright © 2011 M. E. Huth et al. Il s'agit d'un article en libre accès distribué sous la licence Creative Commons Attribution, qui permet une utilisation, une distribution et une reproduction sans restriction sur n'importe quel support, à condition que l'œuvre originale soit correctement citée.


Plasmides dans Francisella

Francisella est différent de nombreux organismes Gram-négatifs en ce sens qu'il ne semble pas porter de gènes d'AMR ou de virulence sur les plasmides. Francisella n'acquiert pas facilement les plasmides car très peu de plasmides sont identifiés dans les isolats (Challacombe et al., 2017). Ainsi, la RAM acquise à médiation plasmidique ne semble pas se produire naturellement (Challacombe et al., 2017). Les quelques plasmides identifiés dans Francisella espèces ne codent pas beaucoup de protéines, et ne semblent pas conférer de RAM (Pomerantsev et al., 2001a, b Frank et Zahrt, 2007 Challacombe et al., 2017). Francisella ne peut pas exprimer exogène Escherichia coli plasmides (McWhinnie et Nano, 2014) et nécessitent l'utilisation de Francisella promoteurs et optimisation de codons spécifiques pour l'expression de protéines à médiation plasmidique de haut niveau (Sjostedt et al., 1990 Golovliov et al., 1997 Brodmann et al., 2018). Ainsi, il est possible d'introduire expérimentalement une résistance aux antibiotiques sur des plasmides pour Francisella espèces pour la sélection pendant le clonage en utilisant des plasmides généralement modifiés à partir de pFNL10 ou d'un autre produit naturel Francisella plasmides comme épine dorsale (Ludu et al., 2008).

Les méthodes d'introduction de plasmides utilisées en laboratoire à des fins de recherche comprennent l'électroporation (Baron et al., 1995) et la cryotransformation (Pavlov et al., 1996 Lai et al., 2010) pour F. tularensis, compétence chimique pour F. novicida (Anthony et al., 1991), et la conjugaison triparentale pour F. tularensis holarctica LVS (Golovliov et al., 2003 Horzempa et al., 2008) et F. novicida (Brodmann et al., 2018).

Les antibiotiques utilisés pour le clonage doivent être ceux qui ne sont pas cliniquement utiles pour le traitement de la tularémie, comme la kanamycine (Frank et Zahrt, 2007). Les raisons en sont doubles : premièrement, dans le cas improbable où un chercheur Francisella en laboratoire, que l'infection peut être traitée par des méthodes standard et établies et deuxièmement, en raison du développement historique de Francisella en tant qu'arme biologique, la création d'une souche résistante aux antibiotiques cliniquement utiles pourrait constituer une violation de l'interdiction de développer des armes biologiques. Récemment, un nouveau plasmide a été construit pour permettre un système d'expression de protéine inductible par la tétracycline pour Francisella en modifiant le promoteur pour être un fort Francisellapromoteur spécifique parmi d'autres changements (Sheshko et al., 2021) bien que la tétracycline soit toujours un antibiotique cliniquement utile pour la tularémie.


Quels médicaments sont des aminosides ?

Le principal aminoside les antibiotiques utilisés en clinique dans le monde entier comprennent la gentamicine, la tobramycine, l'amikacine, la nétilmicine, la néomycine, l'isépamicine et l'arbékacine. Un autre attribut utile de aminosides est leur synergie avec des antibiotiques qui inhibent la biosynthèse de la paroi cellulaire bactérienne, tels que les &bêta-lactamines et vancomycine.

La clindamycine est-elle un antibiotique aminoside ? Lincomycine et clindamycine sont un groupe divers d'inhibiteurs de la synthèse des protéines avec une activité similaire aux macrolides. La lincomycine a une activité contre les bactéries Gram-positives et certaines bactéries Gram-négatives (Neisseria, H. influenzae). Clindamycine est un lincosamide antibiotique.

Sachez également, quel aminoside peut être pris par voie orale ?

Les aminosides actuellement utilisés aux États-Unis comprennent streptomycine, gentamicine, tobramycine, amikacine, plazomicine et néomycine. Les aminosides sont faiblement absorbés par voie orale et sont typiquement administrés par voie parentérale, soit par injection intraveineuse soit intramusculaire.

Quelles bactéries recouvrent les aminosides ?

Les aminosides sont utiles principalement dans les infections impliquant des aérobies, Bactéries à Gram négatif, tels que Pseudomonas, Acinetobacter et Enterobacter. De plus, certains Mycobactéries, y compris les bactéries qui causent la tuberculose, sont sensibles aux aminosides.