Informations

Que veulent dire les biologistes lorsqu'ils utilisent le terme « distance biologique » ?

Que veulent dire les biologistes lorsqu'ils utilisent le terme « distance biologique » ?


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Voici son utilisation.

« le contrôle génétique est suffisant pour rendre les traits non métriques utiles dans le travail anthropologique, et de telles variables ont réussi à attribuer des individus de régions géographiques distinctes à leurs groupes corrects (par exemple,… En tant que tels, les traits non métriques sont un moyen approprié pour étudier les distances biologiques »

Source : https://www.academia.edu/5201951/Sahara_Barrier_or_corridor_Nonmetric_cranial_traits_and_biological_affinities_of_North_African_Late_Holocene_populations


Distance biologique est à peu près ce que vous devinez : comment étroitement sont liés X et oui sur la base d'études génétiques (phénotype ou génotype) ?

Il y a zéro distance biologique entre jumeaux identiques. Il y a extrêmement peu distance biologique entre les membres de la famille (à toutes fins utiles, aucune, peu importe où ils vivent). Cela continue encore et encore de cette manière.

La distance biologique, ou degré de parenté génétique, sera évaluée par une comparaison des fréquences des traits dentaires non métriques.1

L'expression est utilisée en biologie théorique des populations depuis des décennies. À l'époque, ils avaient des phénotypes pour mesurer le degré de distance biologique.2 Aujourd'hui, la détermination génétique réelle de la parenté est possible.

La distance biologique, ou biodistance, est la mesure de la parenté biologique (ou divergence) entre et au sein des groupes humains, vivants et passés, basée sur la variation squelettique et dentaire humaine.3

1 Variation dentaire des populations amérindiennes préhistoriques de l'est du Tennessee
2 Parenté, information et distance biologique
3 Distance biologique en bioarchéologie et ostéologie humaine


Je pense qu'il s'agit plus d'une question d'anthropologie biologique, et je suppose que la question pourrait être reformulée comme "Que veulent dire les anthropologues lorsqu'ils utilisent le terme « distance biologique ?

L'anthropologie Ce site est encore en construction, c'est donc une impasse pour le moment.

Pietrusewsky (2014) donne la définition suivante, et je cite :

Distance biologique, ou biodistance, est une mesure de parenté ou de divergence entre des groupes séparés par le temps et/ou la géographie en fonction de la variation morphologique (Buikstra et al. 1990).

Pietrusewsky continue d'élaborer sur la recherche en biodistance :

Les études biologiques à distance, qui sont entreprises pour reconstruire l'histoire de la population et évaluer l'ascendance, ont dominé la recherche bioarchéologique au cours du XIXe et du début du XXe siècle. [… ] Ces premières tentatives étaient erronées en raison des limites de l'approche, qui incluaient la croyance erronée que l'humanité pouvait être divisée en un nombre fini de races pures, et le manque de méthodes quantitatives adéquates. Les progrès de la théorie de l'évolution, y compris la génétique quantitative et des populations, et les améliorations des procédures informatiques et statistiques au début du 20e siècle ont fourni une base beaucoup plus solide pour mesurer et interpréter la variation morphologique au sein et entre les groupes humains.

Ces élaborations peuvent expliquer la stature plutôt défensive que les auteurs adoptent dans votre article cité pour étayer leurs méthodes, et je cite :

Dans tous les cas, il existe un contrôle génétique suffisant pour rendre les traits non métriques utiles dans le travail anthropologique, et ces variables ont réussi à affecter des individus de régions géographiques distinctes à leurs groupes corrects (par exemple, Winder, 1981 ; Prowse et Lovell, 1995 ; Blom et al. ., 1998; Christensen, 1998; Donlon, 2000; Hanihara et al., 2003). En tant que tels, les traits non métriques sont un moyen approprié pour étudier les distances biologiques entre les populations d'Afrique du Nord et les implications de la structuration de ces distances dans l'évaluation du rôle relatif du désert du Sahara comme barrière au flux génétique.



Commentaires:

  1. Ammitai

    Faire des erreurs. Écrivez moi en MP, ça vous parle.

  2. Halbart

    la phrase est loin

  3. Auriville

    Donc ce n'est pas loin de l'infini :)

  4. Lorineus

    Bravo, this excellent phrase has to be precisely on purpose

  5. Alard

    hmm simple))

  6. Gerry

    Merci, le post m'a beaucoup aidé.



Écrire un message