Informations

Peroxyde d'hydrogène sur les plaies ouvertes

Peroxyde d'hydrogène sur les plaies ouvertes


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Je sais que H2O2 est un produit chimique à fort potentiel oxydant. Il peut fournir de l'oxygène naissant qui peut détruire les bactéries.

Je comprends que les plaies ouvertes ont des cellules qui se divisent à un rythme rapide pour effectuer la guérison. Est-il bon d'ajouter une substance qui peut endommager la membrane cellulaire et éventuellement provoquer une mutation dans l'ADN de ces tissus à croissance rapide ?

Peut H2O2 être utilisé en toute sécurité pour stériliser les plaies ?


Il y aura peu de cellules à division rapide dans une nouvelle plaie (qui est la plaie à laquelle H2O2 est appliqué). En général, c'est une bonne idée d'éviter d'appliquer des irritants sur les tissus qui se divisent rapidement.

Le peroxyde d'hydrogène est un mutagène faible. Il est produit dans de nombreux tissus corporels, ingéré dans les boissons, produit par les bactéries buccales, etc. Il peut très bien provoquer certains cancers. Certains documents mandatés par l'OSHA avertissent qu'il s'agit d'un mutagène et qu'il doit être manipulé avec précaution, mais ce sont des avertissements pour les personnes qui travaillent avec des solutions concentrées.

Cependant, une solution de peroxyde d'hydrogène relativement faible, même si elle est mutagène, devrait être laissée en place et active (ou renouvelée) pendant une longue période pour produire un cancer de la peau. Comme il s'agit d'un aliment de base des trousses de premiers soins depuis des décennies et que cette association n'a jamais été établie cliniquement, je suppose que le bénéfice (en tant qu'agent bactéricide) dépasse de loin le risque dans le traitement des plaies mineures. Comme en toutes choses, cependant, la prudence est de mise. (Je ne l'utilise pas moi-même car le savon et beaucoup d'eau sont assez efficaces. Il n'est pas non plus utilisé dans les soins des plaies dans les salles d'urgence où il est considéré comme nuisible à la cicatrisation. Si j'étais dans un pays où la propreté l'eau et le savon manquaient, je pourrais bien l'utiliser si nécessaire.)

Parce que c'est un irritant (et de nombreux irritants peuvent être considérés comme mutagènes), il est en fait utilisé pour traiter les lésions cutanées précancéreuses, la découverte étant qu'il affecte les cellules précancéreuses à division plus rapide que le reste de l'épithélium.

Des peroxydes beaucoup plus puissants ont été utilisés localement, ce qui peut augmenter le risque de cancer de la peau.

Fait intéressant, l'une des réponses des cellules de la peau à H2O2 est la génération d'une oxygénase pour combattre les effets.

Sulindac topique associé au peroxyde d'hydrogène dans le traitement des kératoses actiniques
Effets des peroxydes sur la peau des rongeurs : hyperplasie épidermique et promotion des tumeurs
L'hème oxygénase est la principale protéine de stress de 32 kDa induite dans les fibroblastes cutanés humains par les rayons UVA, le peroxyde d'hydrogène et l'arsénite de sodium
Avancées récentes dans le soin des plaies, Michael K. Abraham, MD, MS, et Jason S. Oh, MD


Le peroxyde d'hydrogène : une cible thérapeutique potentielle pour les plaies ?

Le peroxyde d'hydrogène (H2O2) est un antiseptique topique utilisé dans le nettoyage des plaies qui tue les agents pathogènes par explosion d'oxydation et production locale d'oxygène. Il a été rapporté que H2O2 est une molécule biochimique réactive synthétisée par diverses cellules qui influence le comportement biologique par le biais de plusieurs mécanismes : altérations du potentiel membranaire, génération de nouvelles molécules et modification de l'équilibre redox intracellulaire, ce qui entraîne l'activation ou l'inactivation de différentes voies de transduction de signalisation. Contrairement au point de vue traditionnel selon lequel le H2O2 altère probablement les tissus en raison de sa propriété oxydante élevée, un niveau approprié de H2O2 est considéré comme une exigence importante pour la cicatrisation normale des plaies. Bien que l'utilisation clinique actuelle de H2O2 soit encore limitée à l'élimination de la contamination microbienne et parfois de l'hémostase, une meilleure compréhension de la capacité de stérilisation et de la fonction de régulation du comportement cellulaire de H2O2 dans les plaies améliorera le potentiel d'augmenter et de manipuler de manière exogène la guérison.

Mots clés: Peroxyde d'hydrogène Cible thérapeutique Cicatrisation.

Les figures

Les rôles du peroxyde d'hydrogène…

Les rôles du peroxyde d'hydrogène (H 2 O 2 ) dans la cicatrisation…


Démystifier les mythes sur le soin des plaies

Il existe une variété de contes de vieilles femmes quand il s'agit de les soins des plaies. Qu'il s'agisse d'un blog médical préconisant de laisser votre blessure découverte la nuit ou d'un vieux remède familial générationnel qui insiste sur le fait que le beurre de cacahuète peut prévenir infection de la plaie, des allégations de guérison erronées peuvent être trouvées partout. Pour éviter de se laisser entraîner dans tout ce battage, voici quelques les soins des plaies mythes à connaître et quelles sont réellement les sources de traitement recommandées :

Peroxyde d'hydrogène

Le peroxyde d'hydrogène est l'une des sources les plus controversées d'antiseptiques pour plaies, principalement parce que son efficacité dans l'utilisation continue d'être débattue aujourd'hui. C'est également l'une des solutions les plus couramment utilisées pour l'irrigation des plaies et pour essayer de débarrasser les nouvelles blessures de l'infection. Cependant, de plus en plus d'études continuent de s'accumuler, indiquant que le peroxyde d'hydrogène n'est pas seulement inefficace lorsqu'il s'agit d'aider l'ensemble étapes de cicatrisation, mais peut également ralentir l'ensemble du processus. Beaucoup pensent que le bouillonnement à la surface de la plaie, courant lors de l'application de peroxyde d'hydrogène, est causé par la solution attaquant les bactéries présentes dans la lésion, alors qu'en fait, il endommage également vos propres cellules au cours du processus. Le simple fait d'utiliser une solution plus sûre, telle qu'une solution saline, peut fournir de l'humidité et aider à nettoyer une blessure sans risque d'endommager les cellules.

De l'alcool

L'alcool à friction est une autre source couramment utilisée pour nettoyer les plaies. S'il est vrai que l'alcool peut réduire l'activité des germes à la surface de la plaie, il brûlera également votre peau immédiatement. Les cellules de la peau peuvent être endommagées lorsqu'elles sont mises en contact avec de l'alcool à friction et un gonflement ou des démangeaisons qui en résultent peuvent être interprétés à tort comme des symptômes inflammatoires. Votre premier choix pour nettoyer une plaie devrait être de frotter de l'eau sur la blessure pour minimiser initialement l'infection. Si un excès de débris est visible, contactez votre clinicien.

Croûtes

Il est facile de voir comment les gens peuvent interpréter à tort la formation d'une croûte comme un signe sain de cicatrisation. Une fois la blessure encroûtée au-dessus de l'élimination de l'accès à l'air libre, il est concevable de penser que le travail est fait. Cependant, cette progression de fluide durci et de débris qui se forment sur votre coupure ou votre éraflure interfère en fait avec l'ensemble du processus de guérison, débarrassant la zone blessée de l'humidité essentielle et la laissant plus vulnérable aux infections. Garder la plaie humide en utilisant des types et des niveaux appropriés de pommade ou de crème aidera à maintenir un niveau d'hydratation équilibré pour la blessure et à éviter la formation de croûtes, ce qui entraîne généralement des cicatrices. Si une croûte se forme, ne la grattez pas, car vous risquez alors de développer une infection de la plaie.

Démangeaison

Vivre des sensations de démangeaisons peut signifier beaucoup de choses, comme une réaction allergique à un pansement ou à une pommade antibiotique, plutôt que de faire naturellement partie du processus de cicatrisation. Si les démangeaisons continuent de s'aggraver ou ne disparaissent pas après quelques semaines, il est certainement temps de consulter un clinicien pour déterminer si une infection s'est développée. Même si les démangeaisons sont causées par une inflammation, mieux vaut prévenir que guérir lorsqu'il s'agit d'éviter des problèmes de santé à long terme.

Advanced Tissue est le leader national de la livraison de fournitures spécialisées pour le soin des plaies aux patients, à la fois à domicile et dans les établissements de soins de longue durée.

Remarque : les articles de blog sont rarement mis à jour après l'article d'origine. Étant donné que l'industrie médicale est en constante évolution, veuillez vous assurer de référencer la liste de produits actuelle ainsi que des informations à jour sur l'industrie lorsque vous envisagez de sélectionner un produit ou un traitement. Consultez toujours un médecin pour discuter de préoccupations ou de questions spécifiques liées à votre santé.


Appliquer sur les plaies

Tout comme la façon dont les humains anciens utilisaient le miel, les scientifiques se sont principalement concentrés sur l'utilisation du miel pour traiter les plaies. « De nombreuses preuves scientifiques montrent que le miel permet aux plaies complexes de cicatriser », explique Edwar Fuentes Pérez, biochimiste à l'Université du Chili.

C'est une bonne nouvelle, car les bactéries peuvent se déchaîner dans les plaies complexes comme les ulcères. Carter dit que ces plaies sont plus susceptibles d'avoir plusieurs souches bactériennes vivant ensemble à l'intérieur de ce qu'on appelle un biofilm, qui est une matrice auto-produite de boue bactérienne. Ces types de plaies nécessitent des antibiotiques topiques puissants pour être traités. Les chercheurs découvrent que le miel est l'une des meilleures options.

"La plupart des antibiotiques ralentiront la cicatrisation des plaies et causeront également des dommages cellulaires, tandis que le miel semble en fait tuer les bactéries et favoriser la guérison", explique Carter.

En ce qui concerne les coupes plus petites et ordinaires ? Carter dit que le miel a toujours un avantage sur des choses comme Neosporin et le spray de peroxyde d'hydrogène. Neosporin a trois antibiotiques, il est donc efficace contre une gamme de bactéries - mais pas si les bactéries sont résistantes à un ou plusieurs des antibiotiques. Et le peroxyde d'hydrogène seul (pas dans le miel) peut endommager les tissus tout en tuant les bactéries.

"Le miel n'a aucun de ces problèmes - vous pouvez l'utiliser autant que vous le souhaitez sans aucun effet secondaire", dit Carter. Elle utilise du miel elle-même, plus récemment après une petite intervention sur son visage. Mais, avant de faire de même, Carter met l'accent sur l'achat de miel de qualité médicale, car il a été stérilisé et approuvé par la FDA.

En outre, les études montrent que la consommation de miel a des effets antibactériens dans le corps, dit Carter. Cela signifie que le jury ne sait toujours pas si le miel de votre thé est capable de faire autre chose que d'apaiser un mal de gorge.


Le problème avec le peroxyde d'hydrogène : pourquoi vous ne devriez pas l'utiliser pour le soin des plaies

Les enfants ont le don de se gratter les genoux et de ramasser les coupures, et dans la première étape de la défense contre les infections, les parents ont tendance à chercher une bouteille brune dans l'armoire à pharmacie. Le peroxyde d'hydrogène est l'antiseptique connu pour les bulles et les pétillants qu'il produit lorsqu'il frappe la surface d'une plaie ouverte. Mais à un niveau microscopique, qu'est-ce que ça fait vraiment ? Les gars de SciShow décomposent la science pour les téléspectateurs. Le peroxyde tue les bactéries en attirant les électrons hors des cellules, ce qui déchire les membranes ouvertes. Le pétillement est une réaction qui se produit lorsque le peroxyde entre en contact avec la catalase, qui forme de l'eau et de l'oxygène gazeux. Mais comme il déchire les membranes bactériennes ouvertes, il attaque également les cellules saines qui sont également remplies de catalase. Le peroxyde d'hydrogène est trop efficace pour nettoyer une éraflure du genou, mais parce qu'il détruit également les cellules saines dans leur sillage, même les cellules garder la plaie propre en premier lieu. Un simple nettoyage à l'eau et au savon devrait faire l'affaire, et si c'est plus grave, une visite chez le médecin peut être de mise. Pour plus d'informations sur le fonctionnement interne du peroxyde d'hydrogène pétillant et avare, regardez la vidéo pour une analyse scientifique. Youtube

Le peroxyde d'hydrogène est l'antiseptique en bouteille brune que les parents utilisent chaque fois que leur enfant tombe et se gratte les genoux. Il bouillonne et pétille une fois qu'il atteint la surface d'une plaie ouverte, mais à un niveau microscopique, que fait-il vraiment ? Et est-ce vraiment la meilleure façon de nettoyer une coupure ?

L'animateur du SciShow de YouTube, Hank Green, a abordé le sujet dans une vidéo récente. Green a expliqué que le peroxyde tue les "bactéries du genou écorché" en attirant les électrons de leurs membranes cellulaires, déchirant essentiellement ces membranes. Le pétillement se produit lorsque le peroxyde entre en contact avec une enzyme appelée catalase, qui forme de l'eau et de l'oxygène gazeux. Mais comme l'antiseptique déchire les membranes bactériennes ouvertes, il attaque également les cellules saines également remplies de catalase.

Les cellules produisent du peroxyde d'hydrogène en tant que déchets lorsque le corps traite le sucre, a déclaré Green, "les cellules sont donc stockées en catalase pour aider à transformer le peroxyde en eau et en oxygène avant qu'il ne puisse faire de mal". Le peroxyde d'une bouteille, cependant, ne peut pas faire la différence entre les cellules blessées et saines ensemble. Comme alternative, les parents devraient envisager un simple nettoyage à l'eau et au savon.

Pour plus d'informations sur le fonctionnement interne du peroxyde d'hydrogène, regardez la vidéo ci-dessus.


Quels sont les avantages et les inconvénients de l'utilisation de peroxyde sur les plaies ?

On pense que le peroxyde d'hydrogène est un moyen efficace de nettoyer les plaies, car c'est un antiseptique qui n'est pas douloureux lorsqu'il est appliqué sur la chair ouverte. Certaines études, cependant, ont indiqué que le peroxyde d'hydrogène pourrait ne pas être utile pour le traitement des plaies, car il endommage les nouveaux tissus, entraînant un retard de cicatrisation. De nombreux experts pensent que le peroxyde d'hydrogène est utile pour nettoyer la saleté de surface et les débris des plaies mineures lorsque le savon et l'eau ne sont pas disponibles, mais l'utilisation à long terme du peroxyde sur les plaies est déconseillée en raison de la nature abrasive du peroxyde.

L'application de peroxyde sur les plaies produit un bouillonnement effervescent qui donne l'impression que la plaie est en train d'être nettoyée en profondeur. Les chercheurs qui découragent l'utilisation du peroxyde comme traitement des plaies ne nient pas que le peroxyde tue la saleté et les bactéries. Un inconvénient majeur du peroxyde est que la solution est si abrasive - même lorsqu'elle est diluée avec de l'eau - que le processus naturel de guérison qui se déroule dans les cellules de la peau est interrompu après l'application. Les dommages causés par le peroxyde à la peau peuvent se manifester par une sécheresse, des démangeaisons et une décoloration autour et à l'intérieur de la plaie. Les plaies qui ont été traitées au peroxyde prennent généralement plus de temps à guérir que les plaies qui ont été traitées à l'eau et au savon, et une plaie ouverte plus longtemps présente un plus grand risque d'infection.

Bien que le peroxyde d'hydrogène ne soit pas recommandé comme traitement primaire des plaies, il peut aider à garder une plaie propre en cas d'urgence. Lorsque le savon et l'eau ne sont pas disponibles, le peroxyde peut nettoyer la plaie en dissolvant la saleté et les débris ou en la poussant avec ses bulles de mousse. Le peroxyde est peu coûteux et portable, et il est souvent utilisé sur des plaies mineures contractées lors d'accidents en plein air lorsque d'autres méthodes de traitement ne sont pas accessibles. Lorsqu'il y a du sang séché à la surface de la plaie, le peroxyde peut être très efficace, car il dissoudra le sang et laissera la plaie dégagée pour d'autres traitements.

Les experts recommandent de rincer une plaie à l'eau et de la nettoyer avec du savon au lieu d'utiliser régulièrement du peroxyde sur les plaies. Une pommade antibiotique peut être appliquée pour prévenir l'infection ou traiter les infections existantes. Un professionnel de la santé doit être contacté lorsqu'une plaie est grave ou qu'une infection persiste depuis plusieurs jours. La pommade antibiotique est préférable à l'utilisation de peroxyde sur les plaies, car la pommade antibiotique est douce et hydratante, favorisant la guérison au lieu de l'entraver. La plaie doit être nettoyée à l'eau et au savon au moins deux fois par jour, et toutes les instructions sur l'emballage doivent être suivies lors de l'application d'une pommade antibiotique, jusqu'à ce que la plaie soit cicatrisée.


Guérir les virus avec du peroxyde d'hydrogène Une simple thérapie peut-elle arrêter la pandémie ?

(OMNS 21 août 2020) Dans un article précédent de l'OMNS, un certain nombre de thérapies très efficaces pour COVID-19 ont été détaillées et brièvement discutées, ainsi que des références scientifiques à l'appui des faits qui ont été présentés. [1] Beaucoup de ces thérapies, seules ou en combinaison avec d'autres approches, ont systématiquement été vues pour guérir les cas de COVID-19, y compris de nombreux cas qui étaient très avancés et même dépendants du ventilateur. Pourtant, malgré toutes ces informations, la plupart des médecins, des chercheurs et la littérature médicale qu'ils génèrent en abondance continuent d'ignorer ces informations. Et il est désormais clair que certains centres médicaux et les médecins qui les représentent vont activement supprimer la diffusion de ces informations. Les médecins consciencieux qui disent le contraire risquent de perdre leur emploi en milieu hospitalier, et beaucoup sont également confrontés à des défis pour leurs licences auprès des commissions médicales des États. Quelle que soit votre position ou celle de votre médecin sur la validité d'une thérapie, le fait principal qui détermine si une thérapie est adoptée dépend presque entièrement de la somme d'argent qui peut être générée pour le médecin, l'hôpital et la société pharmaceutique.

En plus des différences évidentes entre l'argent généré pour les thérapies naturelles et les médicaments sur ordonnance, il y a des médecins qui réclament continuellement que toutes les thérapies cliniques soient validées par des « essais cliniques à grande échelle, prospectifs, en double aveugle et contrôlés par placebo ». À vrai dire, très peu de médicaments sur ordonnance répondent à cette norme. Il est important de noter que de tels essais ne peuvent être effectués que par des sociétés pharmaceutiques aux poches profondes ou des instituts de recherche bien dotés capables de dépenser d'énormes sommes d'argent (souvent des millions de dollars). Et ni l'institut de recherche ni la société pharmaceutique n'ont le moindre intérêt à établir que des médicaments coûteux peuvent être réduits à néant par l'un des nombreux remèdes naturels efficaces. Enfin, il faut comprendre que l'inscription de patients très malades dans des essais comportant un groupe placebo est hautement contraire à l'éthique lorsque la thérapie a déjà été clairement établie pour avoir un impact clinique positif sans toxicité significative. Ces grands essais cliniques ne sont vraiment appropriés que pour établir l'efficacité avec laquelle un médicament soulage les symptômes de la maladie ainsi que pour déterminer l'incidence et le degré de toxicité qu'il peut produire.

Arrêter la pandémie : médecine par inhalation

La seule façon d'arrêter la pandémie de COVID-19, ainsi que de prévenir ou de faire face à de telles catastrophes futures, est d'appliquer une thérapie hautement efficace, complètement non toxique, facilement disponible, et peu coûteux. L'absence de l'un de ces quatre aspects d'une thérapie potentielle peut paralyser la façon dont une pandémie peut être rapidement et facilement résolue.

La médecine par inhalation est une branche croissante de la médecine qui propose un large éventail de nouvelles approches de la maladie via l'inhalation d'agents thérapeutiques dans les poumons. Bien que l'application d'agents par inhalation existe depuis l'Antiquité, la technologie actuelle et largement disponible des dispositifs de nébulisation peu coûteux et très efficaces étend rapidement cette forme d'application médicale.

La nébulisation est une procédure bien établie utilisée pour administrer n'importe lequel d'une grande variété d'agents thérapeutiques dans les poumons pour combattre l'infection et/ou améliorer la fonction pulmonaire dans différentes conditions médicales. [2-4] Les patients atteints de maladie pulmonaire chronique et d'asthme sont régulièrement traités avec cette procédure. Les agents thérapeutiques sont dissous dans un soluté (souvent de l'eau ou une solution saline) et convertis en une fine brume d'une taille de particule si petite qu'elle peut pénétrer profondément dans les poumons. Dans le même temps, un tel agent nébulisé atteint également l'intérieur des sinus, ainsi que toutes les surfaces muqueuses du nasopharynx et de l'oropharynx. La thérapie par nébulisation est utilisée efficacement pour la prévention de la pneumonie chez les patients sous ventilation mécanique. [5] Il est également de plus en plus utilisé comme option supplémentaire pour l'administration de différents médicaments chez les patients sous ventilation mécanique. [6]

Les infections au COVID-19, ainsi que le rhume, la grippe et toute autre infection virale respiratoire, sont idéalement traitées par des agents nébulisants qui inactivent les virus et tuent les cellules déjà riches en virus. Bien qu'une intervention précoce avec un agent tueur d'agents pathogènes correctement prescrit et nébulisé puisse servir de monothérapie efficace, il est préférable de considérer toutes les applications de la médecine par inhalation comme des compléments naturels à d'autres thérapies médicales indiquées pour les affections respiratoires ainsi que pour diverses maladies chroniques. maladies. Alors que les infections respiratoires sont plus accessibles par nébulisation, de nombreuses autres affections des poumons et du reste du corps peuvent être positivement affectées par la nébulisation d'agents appropriés.

Il est important de noter que cet article ne cherche qu'à décrire une thérapie hautement efficace, potentiellement accessible à toute personne sur la planète, exceptionnellement peu coûteuse et facilement disponible sans ordonnance. Je n'essaie pas de convaincre le lecteur de simplement nébuliser HP et de ne rien faire d'autre. Il est vital pour votre santé générale ainsi que pour surmonter le COVID-19 de prendre tous les suppléments de qualité disponibles et abordables pour vous, y compris, mais sans s'y limiter, la vitamine C, le magnésium, la vitamine D, la vitamine K2, l'iode, le zinc , et la quercétine. [1] Cela dit, cependant, on peut s'attendre à ce qu'une nébulisation HP rapide élimine de manière fiable les agents pathogènes respiratoires et pharyngés et facilite la récupération rapide de toute infection pénétrant dans le corps par le nez ou la bouche, y compris COVID-19.

Biochimie et physiologie du peroxyde d'hydrogène (HP)

De nombreuses personnes, y compris des médecins, considèrent simplement la HP comme un désinfectant efficace capable de décontaminer les surfaces des agents pathogènes contaminants. Ils reconnaissent également sa capacité à nettoyer et à désinfecter facilement les plaies ouvertes. En fait, HP a été documenté pour tuer facilement tous les agents pathogènes contre lesquels il a été testé, y compris les virus, les bactéries et les champignons. Certains agents pathogènes nécessitent une concentration plus élevée et un temps d'exposition plus long aux HP pour être tués, mais il a été prouvé qu'ils succombaient tous. [7-10]

Comme tous les autres agents capables de provoquer une oxydation, l'HP est toxique à des concentrations suffisamment élevées. Cependant, aux faibles niveaux de concentration dont il sera question dans cet article, il est complètement non toxique. Même les meilleurs médicaments pharmaceutiques peuvent nuire et tuer. Plus de 100 000 Américains meurent chaque année à cause de la toxicité des médicaments sur ordonnance correctement dosé et administré pour diverses conditions. Personne ne meurt à cause du peroxyde d'hydrogène appliqué à ses concentrations thérapeutiques établies.

Petite molécule non ionique, la HP traverse facilement les membranes des agents pathogènes et des cellules du corps. L'HP est littéralement présente partout dans le corps, à la fois à l'intérieur des cellules et dans les espaces extracellulaires. [11] La physiologie normale du corps implique la génération continue de HP dans tout le corps. De plus, les molécules HP sont en fait assez stables et ne sont pas enclines à oxyder les molécules environnantes, sauf lorsque certaines conditions locales existent, comme c'est le cas dans les infections aiguës et chroniques. [12] Les agents pathogènes ont des niveaux élevés de fer réactif (non lié) à l'intérieur d'eux, et c'est un processus de don d'électrons du fer à HP à l'intérieur des cellules remplies d'agents pathogènes ou à l'intérieur des agents pathogènes envahisseurs eux-mêmes qui forme l'agent oxydant hautement destructeur connu sous le nom d'hydroxyle. radical. Les radicaux hydroxyles tuent rapidement les agents pathogènes et détruisent également facilement les cellules déjà lourdement chargées d'agents pathogènes.

En raison de cette capacité de HP à générer des radicaux hydroxyles dans les agents pathogènes remplis de fer, il constitue le principal moyen par lequel le corps monte une défense naturelle contre les infections. Dans tous les sens du terme, HP est l'antibiotique naturel du corps. Il a été démontré que la génération de HP augmente en présence de degrés plus élevés d'infection et d'inflammation. [13] Les phagocytes activés répondant à un site d'infection et d'inflammation génèrent naturellement des quantités massives de HP dans l'espace extracellulaire pour aider à lutter contre les agents pathogènes. [14,15] De manière très intéressante, les phagocytes ont également des concentrations élevées de vitamine C, qui peuvent aider à fournir les électrons à HP via le fer libre présent pour former des radicaux hydroxyles. En outre, la vitamine C est connue pour aider à générer des quantités accrues de HP extracellulaire pour une meilleure destruction des agents pathogènes. [16.17]

De plus, comme on peut s'y attendre d'un mécanisme de défense naturel, les sous-produits de la HP qui résultent de son métabolisme normal et de ses effets anti-pathogènes sont totalement non toxiques, contrairement à pratiquement tous les agents de prescription utilisés pour traiter les infections. Lorsque HP a été métabolisé, il ne reste que de l'eau et de l'oxygène. On peut en fait considérer HP comme un forme de stockage efficace de l'oxygène, en attendant le bon microenvironnement pour le libérer. Cela signifie que HP peut tuer les agents pathogènes et améliorer la santé du microenvironnement dans lequel les agents pathogènes ont été tués en même temps.

Dans un état normal et non infecté, les cellules épithéliales pulmonaires, les cellules tapissant les voies respiratoires des poumons, excrètent et expriment naturellement HP. [18] Ce processus recouvre finement la HP du côté exposé de ces cellules, protégeant les poumons des nouveaux agents pathogènes contenus dans chaque respiration. Il est à noter que lorsque l'inflammation et l'infection sont déjà présentes, des quantités accrues de HP se trouvent dans l'air expiré. [19] Ceci est cohérent avec un mécanisme compensatoire naturel pour aider à contenir l'infection et l'empêcher de se propager. HP a également été documenté pour être présent dans l'urine humaine, où il peut également fournir ses effets anti-pathogènes. [20] Le rôle omniprésent et essentiel de HP dans le corps se reflète en outre dans son rôle vital en tant que molécule de signalisation dans les espaces intracellulaires et extracellulaires, influençant et modulant directement de multiples processus métaboliques. [21]

En plus de sa présence dans tout le corps, à l'intérieur et à l'extérieur des cellules, l'HP est présente dans l'eau potable, l'eau de pluie et l'eau de mer. Il est également assimilé par l'alimentation. La relation entre la HP et l'eau et l'oxygène en général se reflète également dans le fait qu'elle peut être généré spontanément dans des microgouttelettes d'eau, avec des gouttelettes plus fines entraînant des degrés de production plus élevés. [22,23]

Nébulisation HP pour les infections respiratoires, y compris COVID-19

La recherche d'un efficace, non toxique, disponible et peu coûteux la thérapie virale respiratoire pourrait se terminer avec HP. En particulier, la nébulisation HP serait l'application HP de choix dans cette pandémie. Les perfusions intraveineuses de HP de la concentration correcte et administrées correctement sont également très efficaces contre les virus et autres infections, mais cette application de HP ne satisfera pas aux exigences de disponibilité nécessaires pour réprimer une pandémie.

Comme il ressort maintenant du rôle que joue déjà HP dans le corps dans la protection contre les infections, la nébulisation de HP dans les sinus, les voies nasales, la gorge et les poumons n'est qu'un moyen simple et assez élégant de augmenter l'expression naturelle du corps de HP pour combattre l'infection et l'inflammation. Les sensibilités individuelles à la HP inhalée peuvent varier considérablement, mais une concentration de 3 % ou bien moins (même aussi faible que 0,1 %) tuera de manière fiable les agents pathogènes lorsqu'ils rencontrent la HP. Lorsque les agents pathogènes ont été tués, la sensibilité à l'HP inhalée augmente et elle est alors moins bien tolérée, car les cellules de la muqueuse peuvent être irritées par l'HP lorsqu'elle n'a plus d'agents pathogènes sur lesquels exercer son impact tueur/oxydant. Les seuls effets « toxiques » de la HP inhalée consistent en des degrés mineurs d'irritation du nez et de la gorge qui disparaissent rapidement à la fin de la nébulisation. [24]

De plus, alors que HP est connu pour tuer tous les agents pathogènes, il est particulièrement efficace contre les virus rencontrés par les voies respiratoires, ce qui est le cas de tous les virus du rhume et de la grippe, y compris les coronavirus. De grandes études examinant cet impact clinique de la nébulisation HP restent à faire, mais il est déjà clair que cette thérapie est efficace pour de nombreux patients, extraordinairement sûre et peu coûteuse (moins de dix cents de HP par nébulisation). Il y a tout à gagner et rien à perdre en appliquant HP de cette manière. Il n'a pas besoin de remplacer les thérapies traditionnelles, car il peut augmenter l'impact positif de toute autre intervention clinique. Il n'existe aucune thérapie traditionnelle contre laquelle la HP nébulisée agit de quelque façon que ce soit.

Pour l'apparition et le traitement précoces du coronavirus :

3% HP standard peuvent être utilisés. Des préparations d'une plus grande pureté pharmacologique peuvent être obtenues si désiré (qualité alimentaire). Les HP de qualité alimentaire sont généralement présents en concentrations supérieures à 3 % et doivent être dilués de manière appropriée. HP à une concentration supérieure à 3% ne doit jamais être nébulisé.

Pour la plupart des adultes, la concentration de 3 % peut être utilisée non diluée dans la chambre de nébulisation. Cela optimise le degré et la rapidité de l'effet antiviral et anti-pathogène. Cependant, n'hésitez pas à diluer la solution à 3% si elle n'est pas facilement tolérée. Notez que les premières inhalations partielles peuvent ne pas être bien tolérées, mais ces inhalations initiales « enrobent » efficacement les muqueuses avec le brouillard HP, et les inhalations suivantes sont non seulement bien tolérées mais relaxantes. Cependant, jamais continuer à inhaler tout agent qui rend la respiration plus difficile.

Lorsqu'un nez qui coule ou un léger mal de gorge est déjà présent, il est recommandé d'effectuer des séances de nébulisation de 5 à 15 minutes plusieurs fois par jour ou jusqu'à ce qu'un soulagement symptomatique soit réalisé. De nombreuses personnes rapportent une amélioration significative quelques heures seulement après le premier ou les deux premiers traitements. Cependant, il serait conseillé de persister dans ces traitements plusieurs fois par jour pendant au moins 24 à 48 heures. après vous sentez que tout est complètement normal dans vos sinus, nez et gorge pour assurer une résolution complète de l'infection.

Pour certains, la concentration de 3% entraîne trop de picotements/brûlures dans le nez ou des douleurs dans la gorge. Ces personnes peuvent diluer avec de l'eau jusqu'à ce qu'elles trouvent leur concentration confortable la plus élevée. Tout le monde peut tolérer une dilution suffisamment faible de la solution HP avec de l'eau. De l'eau supplémentaire peut toujours être ajoutée jusqu'à ce que la nébulisation soit complètement confortable. Des concentrations de HP plus faibles peuvent être utilisées avec un effet clairement bénéfique, mais une réponse clinique positive peut être attendue plus rapidement avec des concentrations plus élevées.

Prévention/Entretien

Comme il s'agit d'une thérapie totalement non toxique, la nébulisation HP peut être effectuée aussi souvent que souhaité. Si cela est fait quotidiennement, un impact très positif sur la fonction intestinale et intestinale sera également souvent réalisé, car tuer la colonisation pathogène chronique présente dans la plupart des nez et gorges arrête la déglutition 24h/24 et 7j/7 de ces pathogènes et de leurs toxines associées. Lorsqu'elle est effectuée en l'absence d'infection clinique, seulement 1 à 2 minutes de respiration lente et profonde avec le nébuliseur devraient constituer une excellente mesure préventive.

Si la prévention quotidienne n'est pas une option pratique, soyez prêt à nébuliser chaque fois que vous sentez que vous avez été exposé à un agent pathogène important, comme lorsque quelqu'un vous éternue au visage ou lorsque vous descendez enfin de l'avion après un long vol. N'attendez pas les premiers symptômes. Nébulisez simplement à la première occasion. La prévention est toujours plus facile que la remédiation.

D'une grande importance pratique, on peut également s'attendre à ce que les nébulisations HP résolvent rapidement un test COVID-19 positif après avoir tué le virus dans le nez et le nasophyrynx, et les périodes de quarantaine peuvent alors être raccourcies, souvent de plusieurs jours.


Le peroxyde d'hydrogène ne fonctionne pas

C'était l'un de ces rituels incontestés de l'enfance : après avoir subi une petite égratignure ou une coupure (généralement au niveau du genou ou du coude), votre mère applique consciencieusement du peroxyde d'hydrogène sur la blessure. Le peroxyde brûle, mais la douleur est juste la preuve que le peroxyde fonctionne. La coupe est en train d'être nettoyée. C'était du moins ma compréhension d'enfance de la théorie bactérienne. Seulement, il s'avère que le peroxyde d'hydrogène n'est pas du tout utile. En fait, cela peut en fait aggraver les choses :

Dans une étude publiée dans The Journal of Family Practice en 1987, les scientifiques ont comparé les effets de divers traitements topiques en prenant un groupe de volontaires, en leur administrant plusieurs petites plaies par cloques sur chacun de leurs avant-bras, puis en infectant leurs plaies avec des bactéries. Après avoir appliqué un traitement différent à chaque plaie, ils ont mesuré les quantités bactériennes et les taux de cicatrisation. They found that hydrogen peroxide did not inhibit bacterial growth and that wounds treated with the antibiotic bacitracin healed far more quickly.

Another study, in The American Journal of Surgery, looked at more than 200 people who had appendectomies and found that hydrogen peroxide did not reduce the risk of infection at the site of their incisions.

How long before the empirical facts actually change our habits? My guess is that we won't stop applying hydrogen peroxide to minor cuts any time soon. The burn lets us pretend that we are doing quelque chose, and that's powerful medicine.

Plus comme ça

The benefit of hydrogen peroxide is the bubbling, the creation of all that oxygen drives large things out of a deep wound. I would have suspected that it would not work on a small blister like the researchers used. I would use alcohol or anti-biotic cream on a shallow wound.

I use hydrogen peroxide as a germicide on fresh fruits and vegetables.

It does a nice job of detecting where a citrus rind has began forming fungal spores, as it foams immediately even if the spot is too small for the naked eye to see.

I get 8 pounds of grapefruit a week from a farmers market for $2, and the hydrogen peroxide wash does minimize my losses due to fungus.

Interestingly, such things seem to be cultural. I grew up in the US, but have lived in France for the past two decades. It was common to put hydrogen peroxide on scrapes when I was a kid, but here they simply don't use it. They use "real" disinfectants (generally betadine, which contains iodine, and is what is used here in hospitals).

Never saw it used in the Netherlands either.
But I have been frequently smeared with iodine.

Oddly enough, I've always wondered if such things as hydrogen peroxide don't do more harm than good. I mean, H2O2 is a very strong oxidizer -- shouldn't it contribute to cell breakdown of native tissue as well as foreign bacteria? (Besides which I have an uncle who is a chronic abuser of the stuff -- takes mouthfuls of it straight out of the bottle and uses it as mouthwash. I can't imagine making a regular habit of that is good for mucous tissue.)

. I have an uncle who is a chronic abuser of the stuff -- takes mouthfuls of it straight out of the bottle and uses it as mouthwash.

I'm nearly certain I've seen H2O2 as mouthwash recommended on many an H2O2 bottle. It seems that in recent years the recommendation has been altered to include (further) dilution with water.

Yes, hydrogen peroxide does kill a few cells when used for wound cleaning. However, the strong oxidation does kill anaerobe bacteria, especially tetanus, as well as bubbling dirt, debris and dead cells from the wound. It should only be used for initial cleaning, followed by TAO, betadine, or the like.

H2O2 was not used for skin cleansing, but in diluted mixes to cleanse mucosal surfaces, ie, mouth / lips -- trying to remove clotted blood from injuries in these areas can do more damage.

Betadine / iodine is used on the intact skin surrounding the wound, not on the wound itself as betadine / iodine will destroy the subcutaneous / vascular cells that you need for internal wound repair.

Copious normal saline irrigation is best for cleansing a wound betadine / iodine for the skin around the wound.

Some wounds should not be closed, but left open and packed with a saline gauze. The fine gauze should be packed into the wound cervices so the debris and dying tissue can be removed when the dressing is removed. The wound packing is usually wet to dry (but it can be moistened just before removal so that there is no further damage by pulling the away healthy tissue.)

The skin should be cleansed of the betadine / iodine and then covered with a dry dressing because the skin itself does not like to be wet for too long.

Most likely, more than you want to know.

When the 'non-painful' topical antibiotics came out, people were reluctant to use them because they did not 'sting' when applied and, hence, did not seem to be working!

H2O2 is used to control microbial activity in hydroponics systems.

I just don't agree with this article. Peroxide is cytotoxic to bacteria and fungi. I'd have to see other studies-- 200 patients in one study is hardly conclusive. Peroxide 1% mouthwash kills toothache pain. Peroxide works as a topical remedy for fungus.

All in all, piss poor research here from an otherwise good writer who just isn't equipped to weigh in on the subject of medicine.

Faire un don

ScienceBlogs est l'endroit où les scientifiques communiquent directement avec le public. Nous faisons partie de Science 2.0, une organisation à but non lucratif d'enseignement scientifique opérant en vertu de la section 501(c)(3) de l'Internal Revenue Code. Veuillez faire un don déductible des impôts si vous appréciez la communication scientifique indépendante, la collaboration, la participation et le libre accès.

Vous pouvez également faire vos achats en utilisant Amazon Smile et même si vous ne payez rien de plus, nous obtenons un petit quelque chose.


Hydrogen Peroxide facts

Hydrogen Peroxide is an inorganic chemical found abundantly in nature. Pure H 2 O 2 is a clear liquid that is pale blue in color. It is the simplest known peroxide, the general term for any compound with a single covalent bond between two oxygen atoms.

Hydrogen peroxide structural formula (Photo Credit : Sassospicco/Wikimedia Commons)

Hydrogen peroxide is a strong oxidizing and bleaching agent. Storage of hydrogen peroxide is also notably difficult, as it slowly decomposes in the presence of light. Therefore, it is stored in brown bottles that prevent light penetration, along with the help of some added stabilizers (chemicals that slow down the oxidation of H 2 O 2 ).


22 Comments

You mentioned Hydrogel. Your thoughts on Aquaphor, please

I got in touch with Dr. Keller, the wound care specialist in my blog post. Here is what he says: “Hydrogel (many types and names) basically is Saline .9 % 90-98& and a gel ( a collegan) for open wounds for healing

Aquaphor is a skin treatment for dry skin,cracked skin ,protection of skin but not open wounds.

Aquaphor has 41% Petrolium (like vasaline) mineral oil, Cersin , Lanolin (Fat from sheep) Alcohol, and Glycerin.”
I hope that helps Fran.

I wanted to mention that even if/though peroxide can hinder the healing process, it’s not as if you’re putting it on everytime that it dries. So knowing that, and knowing that the half life of peroxide is something like 2 minutes or what-not than it would only affect the wound that first time.

I’m not being an a**hole, it’s just the way I communicate with people and it doesn’t always offends people especially when they find out why. Anyhow, I’m not a doctor or a bio-chemist or anything in the health related fields, it’s just something I though of when i began reading your article.

Thanks for the info, and if you care to reply then let me know what you think

I poured hydrogen peroxide into my deep wound that I had stitched four days ago and woke up to pain. That’s when I found i should NOT have done that and am likely killing the healing bacteria. Qu'est-ce que je devrais faire maintenant? Leg hurting bad

Shelley, it’s been a few days since you posted your comment. I’m sorry I didn’t get back right away. My advice would have been to check with your doctor. What did you end up doing? How is your leg now?

” ..the healilng bacteria …” . You seem to have a massive misunderstanding of biology .. THERE ARE NO SUCH bacteria! They are ‘foreign’ organisims’ who are tremendously likely to be BAD/Dangerous , and only in extremely rare circumstances could I, a physician, even IMAGINE bacteria presence in any wound to be beneficial !!

I have always used peroxide with the first clean up let fizzle than rinse with water. I dry it well with a hair dryer apply healing antibacterial and band aid or tape. I take the band aid off the next day and have had no problems with wound healing. My husband had a diabetic foot ulcer I discovered when I noticed blood on the floor when he was walking in his socks. I treated it the first time with peroxide dried with a hairdryer and applied healing antibiotic and a gauze pad and tape. I took a picture of it to give to his doctor and every week I took a new one. I cleaned it out believe or not with a make remover pads I used for my face, applied ointment and coved it in gauze and tape. Within three weeks it was a very small ulcer and the doctor told him “whatever your wife is doing keep it up”.

I’m having a terrible time with healing from a removed toenail. Been over a week now, still oozing and sore. Des pensées? Have discontinued peroxide. Doctor suggested oral antibiotics but they upset my stomach and cause hives. S'il vous plaît donnez votre avis.

Thank you out of all of the articles I have readed this one is the one that stands between them all this one is the best.

I am in the beauty industry and you will not believe how many scars could of been prevented if the general public knew this ! Continuez votre bon travail!

Salut,
Just another good use for peroxide. It’s great at getting blood out of clothing if you should accidentally cut your self in the kitchen. This was passed on to me by an wonderful Greek physician many years ago. Just pour some on the fabric, watch it bubble up and presto! Not sure about colored fabrics but I have used it on neutral colors with no issues. Btw, my husband was a patient of Dr. Keller’s a few years ago. Le meilleur

Thanks for that Linda. I wonder it would take out a raspberry stain. I was weeding this weekend and managed to plop down on some raspberries. Got scratched on my legs, too. And let’s not forget attacked by mosquitoes! I was a mess but the raspberry bushes seemed happy!!

DO NOT EVER SOAK A FINGER OR TOE IN PEROXIDE..I did this once after only soaking my infected finger in peroxide for approximetly 4 minutes, and within a few days my nail started to peel off. After a while the entire nail came off and took 4 months to grow back a new nail..

Thank you, It is the best than the other I read out of all of the article. Many scars could have been prevented if the general public knew this! Continue comme ça!

I have been suffering from a infected wound after a breast biopsy. I went through a round of antibiotic and was cleaning every morning and night with peroxide. Everything this article said happened. Scabbed over with infection underneath. When I went back to the doctor she told be to stop using the peroxide and to use MediHoney, it’s a sterile form of honey. Within one week it was all healed.

Big Pharma would love everyone to stop using a simple inexpensive solution as hydrogen peroxide that speeds up wound healing and can make the difference between avoiding infection and dealing with an overly long healing process. I had a burn years ago on my thigh, listened to all the Internet advice don’t use hydrogen peroxide, it destroys tissues, etc and only used ointments. The burn got infected, ointments were acting like all ointments I have used, keeping the wound moist, and PROLONGING the healing process, and ALLOWING all kinds of complications that hydrogen peroxide, when properly used, eliminated. After several days of needless suffering, I got out my hydrogen peroxide that has always quickly taken care of all kinds of tough wounds, including those on dogs who one cannot properly wash, etc, and within a day had a noticeable turnaround, and after that quickly healed, as the hydrogen visibly took care of the infection from the moist ointments, and soon the burn shrank and healed. Afterwards I used vit e oil and had no scarring. Hydrogen peroxide works. It requires knowing it is caustic and works on tissues when used in the length of time it fizzles when applied on cuts, scrapes, blisters etc, but it is not for deep wounds as one person reported here they applied it to. For OTC type of wounds, cuts, it works wonders and prevents needless complications. And there are many OTC treatments to apply on a healed new scar in order to make it disappear, and so the natural healing process is not something we should scoff at. I love to see a scab as it means the open wound vunerability is gone and soon after the healing process, things like arnica gel, etc, take care of eliminating scars. No reason to get paranoid to omit normal scab in order to sidestep scars, as that is putting the cart before the horse. For people as myself who cannot tolerate oral antibiotics, hydrogen peroxide saves the day, over and again. However, don’t soak any body part in it as it WILL burn it. It is meant only for application that is not on more than one minute. Spray, dab, pour, let it fizzle, air dry, that is it.

Vivian, I’m glad that it worked for you. The thing is, I interviewed a doctor who specializes in wound care and has many years of experience. I know him and don’t believe for a second that he would give advice that he couldn’t back up.

Hello Diane – I fell asleep on a heating pad (definitely recommend one that has an automatic shut off) and got a pretty good blister from it. The blister of course was accidentally opened and an infection settled in. After trying to just keep it clean along with using a triple antibiotic ointment for the infection didn’t work, I went to see a doctor. By this time, swelling, pain and redness that extended up to 6 inches from the wound had appeared. He wrote a prescription for silver sulfadiazine cream and told me to wash it with soap and water twice a day, apply the cream afterwards and leave it uncovered during the day, but covered with a gauze bandage at night. He also said about every 3rd day, use peroxide on the scab to open the wound and pick most of the scab off, use the cream afterwards and continue as before. My husband and daughter (retired pharmacist and an RN) said I needed to be put on antibiotics also so I’m doing that too. The doctor said doing the peroxide bit would make the wound get smaller and smaller until gone. Any thoughts on this?

im on blood thinners and when my nose starts to bleed it pours out and it takes me hours to control the bleeding

any ideas how I can control the bleeding sooner

also I will stop taking the blood thinners for a few days is this good or bad

I never knew that healthy skin cells work under the scab to form new tissue. My sister’s daughter had a scrape on her knee and is wondering how to properly treat it. I’ll share this with her so she knows how to deal with it.