Informations

Respirer de l'air contenant 3 % de dioxyde de carbone vous donne-t-il mal à la tête ?

Respirer de l'air contenant 3 % de dioxyde de carbone vous donne-t-il mal à la tête ?


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Pour autant que je sache, respirer de l'air contenant des niveaux relativement élevés de CO2 peut vous donner mal à la tête.

Je sais aussi que CO2 Le niveau dans les corps fructifères des poivrons peut atteindre des niveaux aussi élevés que 3 % à certains stades de développement (Blasiak, 2006). Il est donc clair qu'il est possible dans un cadre naturel d'atteindre ces niveaux élevés de CO2, au moins dans un micro-environnement comme autour des loges de graines de poivre se développant dans son fruit.

Alors je me demandais s'il fallait respirer de l'air contenant 3% de CO2, auriez-vous mal à la tête si nous le respirons ?


http://en.wikipedia.org/wiki/Carbon_dioxide#Toxicity

« À des concentrations allant jusqu'à 1 % (10 000 ppm), certaines personnes se sentiront somnolentes. [83] Des concentrations de 7 à 10 % peuvent provoquer une suffocation, même en présence d'une quantité suffisante d'oxygène, se manifestant par des étourdissements, des maux de tête, des troubles visuels et visuels. dysfonctionnement auditif et perte de conscience en quelques minutes à une heure… Les limites d'exposition professionnelle au CO2 ont été fixées aux États-Unis à 0,5% (5000 ppm) pour une période de 8 heures.[90] À ce niveau de CO2, la Station spatiale internationale l'équipage a souffert de maux de tête, de léthargie, de lenteur mentale, d'irritation émotionnelle et de troubles du sommeil." Donc, d'après cela, oui, vous pouviez le respirer, et oui, vous auriez mal à la tête. »


Gaz carbonique

Fond

Dioxyde de carbone (CO 2) est un gaz naturel incolore et inodore. Il a un point d'ébullition de -70 °C (sublimes), une densité de vapeur de 1,53 et est légèrement soluble dans l'eau. La concentration atmosphérique à l'époque préindustrielle était de 0,028 % et en mai 2013 était de 0,04 % enregistrée à Mauna Loa, Hawaï, États-Unis. Il est essentiel à la survie de la plupart des organismes vivants et des cycles de l'écosystème, par la respiration (aérobie et anaérobie), la photosynthèse et la combustion. Le dioxyde de carbone joue un rôle important dans la régulation de la température de la Terre et fait partie des gaz à effet de serre.


Trop de dioxyde de carbone est toxique

Cependant, si vous respirez de fortes concentrations de dioxyde de carbone ou respirez de l'air (comme celui d'un sac en plastique ou d'une tente), vous risquez une intoxication au dioxyde de carbone ou même une intoxication au dioxyde de carbone. L'intoxication au dioxyde de carbone et l'empoisonnement au dioxyde de carbone sont indépendants de la concentration en oxygène, vous pouvez donc avoir suffisamment d'oxygène pour soutenir la vie, tout en subissant les effets de l'augmentation de la concentration de dioxyde de carbone dans votre sang et vos tissus.

La condition de concentration excessive de dioxyde de carbone dans le sang est appelée hypercapnie ou hypercapnie. Les symptômes de la toxicité du dioxyde de carbone comprennent l'hypertension artérielle, les rougeurs de la peau, les maux de tête et les contractions musculaires. À des niveaux plus élevés, vous pourriez ressentir de la panique, des battements cardiaques irréguliers, des hallucinations, des vomissements et potentiellement une perte de conscience ou même la mort.

Il existe plusieurs causes potentielles d'hypercapnie. Cela peut résulter d'une hypoventilation, d'une diminution de la conscience, d'une maladie pulmonaire, d'une réinhalation d'air ou d'une exposition à un environnement riche en CO2 (par exemple, près d'un volcan ou d'un évent géothermique ou sous certains lieux de travail). Cela peut également se produire lorsqu'un supplément d'oxygène est administré à une personne souffrant d'apnée du sommeil.

Le diagnostic de l'hypercapnie se fait en mesurant la pression ou le pH du gaz carbonique dans le sang. Une concentration de gaz dans le sang supérieure à 45 mmHg de dioxyde de carbone combinée à un faible pH sérique indique une hypercapnie.


Engineering ToolBox - Extension SketchUp - Modélisation 3D en ligne !

Ajoutez des composants paramétriques standard et personnalisés - comme des poutres de semelle, des poutres, des tuyaux, des escaliers et plus encore - à votre modèle Sketchup avec Engineering ToolBox - SketchUp Extension - activé pour une utilisation avec l'incroyable, amusant et gratuit SketchUp Make et SketchUp Pro Extension ToolBox à votre SketchUp à partir de l'entrepôt d'extension SketchUp Pro Sketchup !


Pourquoi le dioxyde de carbone est un gaz à effet de serre

Le mouvement Galileo, basé en Australie, vante une série de "faits de base" sur le dioxyde de carbone qui tentent d'expliquer pourquoi le gaz à effet de serre ne peut pas contribuer au changement climatique.

John Smeed, le co-fondateur du mouvement, affirme que l'argument contre le dioxyde de carbone en tant que responsable du réchauffement climatique est simplement une question de « physique à l'école secondaire ».

"Si vous montrez cela à n'importe quel scientifique et que vous lui dites:" Réfutez-moi l'un de ces points ", ils ne peuvent pas", a-t-il déclaré dans une interview.

Et il a raison : de nombreux faits sont parfaitement vrais.

Mais ils ne sont pas non plus pertinents dans le débat sur le climat. Et de nombreux faits sur le CO2 pertinents pour la science du climat sont omis.

DailyClimate.org a relevé le défi de Smeed et a transmis la fiche d'information à un climatologue et ndash Gavin Schmidt, climatologue au Goddard Institute for Space Science de la NASA. Il publie également le blog RealClimate.org, l'un des blogs de science climatique les plus respectés.

"Vous avez des faits réels", a déclaré Schmidt à propos de la brochure du mouvement Galileo. "Ce ne sont tout simplement pas les faits pertinents."

Les affirmations de la brochure sur la science du climat ne sont pas nouvelles : elles ont été bien affinées au cours de plusieurs années de débat, et il existe une mine d'informations sur le Web démystifiant les arguments du mouvement dit "dénialiste".

Voici un échantillon des faits du mouvement Galileo et une évaluation de leur comparaison avec le corps de la science de la Terre et de l'atmosphère, sur la base d'une enquête de DailyClimate.org sur plusieurs sources scientifiques.

Réclamer: Le CO2 est le gaz incolore, inodore et insipide de la Nature essentiel à toute vie sur Terre. Ce n'est pas toxique. Il ne rend pas la terre, l'eau ou l'air sale ou dangereux à utiliser. Il ne provoque pas de maladie.

Réclamer: Le CO2 comprend moins de 0,04 % de l'air.

Évaluation: Vrai mais hors de propos dans le débat sur le réchauffement climatique.

L'azote, l'oxygène et l'argon constituent ensemble près de 100 pour cent de l'atmosphère. Mais tous les trois sont invisibles au rayonnement "à ondes courtes" entrant du soleil et au rayonnement "à ondes longues" sortant de la surface de la Terre. Ils ne jouent aucun rôle dans la régulation de la température atmosphérique de la planète.

Mais le dioxyde de carbone et d'autres gaz traces dans l'atmosphère absorbent le rayonnement sortant à ondes longues.

Ainsi, bien que leurs concentrations soient minuscules, leur effet est tout sauf : si l'atmosphère n'avait pas ces quantités infimes de gaz à effet de serre, la ville de New York serait recouverte de calottes glaciaires et non étouffantes et non étouffantes un après-midi d'été typique. La température moyenne du globe serait inférieure de près de 60 degrés Fahrenheit.

De même, la toxicité n'est pas un problème dans le débat sur le changement climatique. Oui, les cultures ont besoin de CO2. Respirer un peu plus pendant que vous êtes sur les liens n'affectera pas votre jeu de golf. Mais des découvertes antérieures suggérant que des niveaux plus élevés de CO2 pourraient augmenter les rendements des cultures ont été réfutées par des recherches récentes montrant que d'autres nutriments sont plus souvent le facteur limitant.

Les questions pertinentes pour la science du climat sont de savoir comment le CO2 modifie les températures et la circulation atmosphériques et modifie la chimie et la capacité thermique des océans.

La source: Scott Mandia, Université d'État de New York, Suffolk http://www2.sunysuffolk.edu/mandias/global_warming/

Réclamer: Le CO2 ne reste dans l'air que cinq à sept ans, peut-être moins de 12 mois avant que la nature ne le recycle en plantes, animaux et océans.

Réclamer: De la production annuelle de CO2 de la Terre, les humains n'en produisent que 3 %.

Évaluation: Vrai mais trompeur.

Dans ce cas, l'allégation confond le temps de séjour de molécules individuelles dans l'air avec la perturbation beaucoup plus longue de l'ensemble du système.

Le dioxyde de carbone circule en permanence entre la terre, les plantes et les animaux, l'atmosphère et la surface de l'océan, l'océan profond servant de gigantesque réservoir à long terme.

Jusqu'aux deux derniers siècles, ce cycle du carbone était en équilibre étroit depuis 10 000 ans. Mais la société a fait passer les niveaux de dioxyde de carbone atmosphérique de 278 parties par million au début de la révolution industrielle à 392 parties par million aujourd'hui, soit une augmentation de 40 %.

Qui plus est, la majeure partie d'environ 57 % du carbone émis par les tuyaux d'échappement et les cheminées n'est même pas dans l'atmosphère. Il s'est propagé dans l'océan et les scientifiques s'accordent généralement à dire que la plupart de nos émissions de carbone finiront par s'arrêter dans ses plus grandes profondeurs. Mais cela prendra des siècles. Pendant ce temps, ces molécules de CO2 supplémentaires circuleront de la terre à l'atmosphère jusqu'à l'océan supérieur et vice-versa, absorbant l'énergie, acidifiant les mers et modifiant la planète de manière profonde et potentiellement indésirable. En d'autres termes, le CO2 émis aujourd'hui aura encore un impact sur la planète pendant des centaines d'années.

La source: Fortunat Joos, Université de Berne, Suisse http://www.climate.unibe.ch/

Réclamer: Les mesures révèlent que les niveaux de CO2 sont une conséquence de la température, pas la cause. La température détermine les niveaux de CO2.

Évaluation: Vrai avant 1800. Mais faux aujourd'hui.

Quelque 800 000 ans d'enregistrements de carottes de glace indiquent que les augmentations de température ont entraîné une augmentation des niveaux de CO2. Mais c'était avant que les humains ne commencent à déterrer d'énormes quantités de combustibles fossiles et à transférer tout ce carbone séquestré dans l'atmosphère.

Il convient toutefois de noter que même dans le passé, le CO2 a eu un impact sur les températures, étant donné son rôle de gaz à effet de serre.

Il convient également de noter que les anciens changements de température et de niveau de CO2 se sont produits sur des milliers d'années. La Terre a eu, par exemple, besoin de 5 000 ans pour amener les concentrations de CO2 dans l'atmosphère à 80 ppm après la dernière période glaciaire.

Avec le début de l'industrialisation, les rôles se sont inversés. Les humains ont augmenté les niveaux de CO2 atmosphérique de près de 80 ppm en seulement 60 ans. Maintenant, les humains sont les moteurs du niveau de CO2, pas de la température.

Et ce qui effraie les climatologues, c'est que la température n'a pas encore rattrapé son retard.

La source: Observatoire NOAA Mauna Loa http://www.esrl.noaa.gov/gmd/ccgg/trends/

Réclamer: Sur 85 000 molécules d'air, seulement 33 sont du CO2. Pour 33 molécules de CO2, 32 proviennent de la Nature et sont connues pour être essentielles à toute vie sur Terre. Comment une molécule du même gaz produit par l'homme peut-elle être blâmée pour le réchauffement climatique supposé imminent, irréversible et catastrophique ? Ça ne peut pas.

Évaluation: Faux.

Il y a deux cents ans, seulement 24 de ces molécules auraient été du CO2. Aujourd'hui, 33 molécules représentent une augmentation de 40 % d'un gaz à effet de serre clé.

La référence à « une molécule » est trompeuse : en parlant de ratios, le mouvement Galileo masque la quantité stupéfiante de dioxyde de carbone que la société a pompée dans l'air. Au cours des deux derniers siècles, la société a déversé 220 milliards de tonnes de dioxyde de carbone dans l'atmosphère en brûlant des combustibles fossiles. Il a ajouté 110 milliards de tonnes supplémentaires via la déforestation et les changements d'utilisation des terres.

L'atmosphère pèse environ 5 quadrillions de tonnes, et le dioxyde de carbone, malgré nos émissions, en reste une petite composante. Mais il grandit chaque année. L'Agence internationale de l'énergie s'attend à ce que les émissions mondiales annuelles de CO2 provenant des seuls combustibles fossiles atteignent 40 milliards de tonnes par an d'ici 2030.

Les calculs se compliquent à partir d'ici, mais il y a une énorme quantité de molécules dans ces 330 milliards de tonnes de CO2.

La source: Fortunat Joos, Université de Berne, Suisse http://www.climate.unibe.ch/

Cet article a été initialement publié dans The Daily Climate, la source d'information sur le changement climatique publiée par Environmental Health Sciences, une entreprise médiatique à but non lucratif.


Les concentrations de dioxyde de carbone à l'intérieur sont déterminées par une combinaison de CO extérieur2, la respiration intérieure et le taux de ventilation du bâtiment. À mesure que les bâtiments et les maisons deviennent plus économes en énergie et plus étanches, cela signifie que nous avons moins d'air frais.

Bon nombre des systèmes de ventilation que nous utilisons aujourd'hui recyclent l'air pour économiser l'énergie, essentiellement en déplaçant l'air contaminé plutôt que de faire circuler de l'air neuf. Il en résulte un CO élevé2 concentrations et mauvaise qualité de l'air intérieur.


Les gaz volcaniques peuvent être nocifs pour la santé, la végétation et les infrastructures

Le gaz carbonique peut s'accumuler dans les zones volcaniques de faible altitude, posant un risque mortel pour les humains et les animaux. Une torche allumée abaissée dans un CO2 poche (en haut) provoque l'extinction de la flamme (en bas).

(Crédit : Tuttle, M.. Domaine public.)

Le magma contient des gaz dissous, qui fournissent la force motrice qui provoque la plupart des éruptions volcaniques. Au fur et à mesure que le magma monte vers la surface et que la pression diminue, des gaz sont libérés de la partie liquide du magma (fonte) et continuent de se déplacer vers le haut et sont finalement libérés dans l'atmosphère. Les grandes éruptions peuvent libérer d'énormes quantités de gaz en peu de temps. L'éruption du mont Pinatubo en 1991 aurait injecté plus de 250 mégatonnes de gaz dans la haute atmosphère en une seule journée. Cependant, même si le magma n'atteint jamais la surface, les gaz peuvent souvent s'échapper en continu dans l'atmosphère à partir du sol, des cheminées volcaniques, des fumerolles et des systèmes hydrothermaux.

Le gaz volcanique le plus abondant est de loin la vapeur d'eau, qui est inoffensive. Cependant, des quantités importantes de dioxyde de carbone, de dioxyde de soufre, de sulfure d'hydrogène et d'halogénures d'hydrogène peuvent également être émises par les volcans. Selon leurs concentrations, ces gaz sont tous potentiellement dangereux pour les personnes, les animaux, l'agriculture et les biens.

Dioxyde de carbone (CO2) piégé dans des zones basses peut être mortel pour les humains et les animaux

Le dioxyde de carbone constitue environ 0,04 % de l'air dans l'atmosphère terrestre. Au cours d'une année moyenne, les volcans libèrent entre 180 et 440 millions de tonnes de dioxyde de carbone. Lorsque ce gaz incolore et inodore est émis par les volcans, il se dilue généralement à de faibles concentrations très rapidement et ne met pas la vie en danger. Cependant, comme le dioxyde de carbone froid est plus lourd que l'air, il peut s'écouler dans les zones basses où il peut atteindre des concentrations beaucoup plus élevées dans certaines conditions atmosphériques très stables. Cela peut présenter de graves risques pour les personnes et les animaux. Air respirable avec plus de 3% de CO2 peut rapidement entraîner des maux de tête, des étourdissements, une accélération du rythme cardiaque et des difficultés respiratoires. À des rapports de mélange dépassant environ 15 %, le dioxyde de carbone provoque rapidement l'inconscience et la mort.

Le smog volcanique (vog) est produit à partir de SO2 gaz et est un danger à Hawaï. Les scientifiques surveillent le SO2 taux d'émission du volcan Kīlauea.

(Crédit : Kern, Christoph. Domaine public.)

Dans les zones volcaniques ou autres où le CO2émissions se produisent, il est important d'éviter les petites dépressions et les zones basses qui pourraient être CO2 pièges. La frontière entre l'air sain et le gaz mortel peut être extrêmement nette, même une seule pente ascendante peut suffire pour échapper à la mort. En 2006, trois patrouilleurs de ski ont été tués à la station de ski de Mammoth Mountain après être tombés dans une dépression de neige entourant une fumerolle volcanique et rempli de CO frais2 gaz. Concentrations élevées de CO2 le gaz dans les sols peut également endommager ou détruire la végétation, comme cela est visible dans plusieurs zones de Mammoth Mountain.

En plus de leur danger direct, le CO volcanique2 les émissions ont également la capacité d'affecter le climat mondial, mais des études scientifiques indiquent que la production volcanique mondiale moyenne est insignifiante par rapport aux émissions provenant de l'activité humaine.

Dioxyde de soufre (SO2) est irritant pour les yeux, la peau et le système respiratoire

Le dioxyde de soufre est un gaz incolore à l'odeur âcre qui irrite la peau, les tissus et les muqueuses des yeux, du nez et de la gorge. DONC2 les émissions peuvent provoquer des pluies acides et une pollution de l'air sous le vent d'un volcan. Lors de très grandes éruptions, SO2 peut être injecté à des altitudes supérieures à 10 km dans la stratosphère. Tiens, alors2est converti en aérosols sulfatés qui réfléchissent la lumière du soleil et ont donc un effet rafraîchissant sur le climat de la Terre. Ils jouent également un rôle dans l'appauvrissement de la couche d'ozone, car de nombreuses réactions qui détruisent l'ozone se produisent à la surface de ces aérosols.

Veuillez consulter notre discussion sur les gaz volcaniques et le changement climatique pour plus d'informations.

Sulfure d'hydrogène (H2S) est très toxique à des concentrations élevées

Panache de gaz lors de l'éruption du Mauna Loa en 1984, à Hawaï, bloque le soleil.

Le sulfure d'hydrogène est un gaz incolore et inflammable avec une odeur forte et désagréable. Il est parfois appelé gaz d'égout. Fait intéressant, le nez humain est plus sensible à H2S que tout autre instrument de surveillance des gaz dont nous disposons aujourd'hui : des mélanges d'air contenant aussi peu que 0,000001% de H2S sont associés à une odeur d'œuf pourri. Malheureusement, cependant, notre sens de l'odorat n'est pas une alarme fiable - à des rapports de mélange supérieurs à environ 0,01 %, H2S devient inodore et très toxique, provoquant une irritation des voies respiratoires supérieures et, lors d'une exposition prolongée, un œdème pulmonaire. Une exposition à 500 ppm peut faire perdre connaissance à un être humain en 5 minutes et mourir en une heure ou moins.

Les halogénures d'hydrogène (HF, HCl, HBr) sont des acides toxiques

Lorsque le magma monte près de la surface, les volcans peuvent émettre les halogènes fluor, chlore et brome sous forme d'halogénures d'hydrogène (HF, HCl et HBr). Ces espèces ont une solubilité élevée, elles se dissolvent donc rapidement dans les gouttelettes d'eau des panaches volcaniques ou dans l'atmosphère où elles peuvent potentiellement provoquer des pluies acides. Dans une éruption produisant des cendres, les particules de cendres sont également souvent recouvertes d'halogénures d'hydrogène. Une fois déposées, ces particules de cendres enrobées peuvent empoisonner les réserves d'eau potable, les cultures agricoles et les pâturages.


Effets sur la santé de l'exposition à des niveaux élevés d'exposition au dioxyde de carbone, CO 2

Ce document traite des effets sur la santé de l'exposition à des niveaux élevés de dioxyde de carbone (CO 2 ). Nous donnons des références et des explications concernant la toxicité du dioxyde de carbone, sur la base d'une recherche documentaire et d'une recherche sur le forum de sécurité de Compuserve par Dan Friedman.

Il s'agit d'informations de base, obtenues auprès de sources d'experts. Ce texte peut aider les lecteurs à comprendre ces sujets. Cependant, il ne doit en aucun cas être considéré comme complet ou faisant autorité. Demandez rapidement conseil à votre médecin ou à des experts en santé/sécurité si vous avez des raisons de vous inquiéter de l'exposition à des gaz toxiques.

Nous fournissons également un INDEX D'ARTICLES pour ce sujet, ou vous pouvez essayer la BOÎTE DE RECHERCHE en haut ou en bas de la page comme moyen rapide de trouver les informations dont vous avez besoin.

Quels sont les EFFETS SUR LA SANTÉ de l'exposition au CO 2 ?

Risques potentiels pour la santé de l'exposition aux gaz toxiques

L'évaluation des dangers consiste à comparer les mesures d'exposition (ou de dose) avec des expositions (doses) connues pour être sûres ou connues pour être dangereuses. Pour la plupart, en raison de la variation biologique, les niveaux « sans effet » sont beaucoup plus faciles à estimer que ne le sont le « premier effet » ou d'autres niveaux indiquant une blessure.

SI VOUS SOUPÇONNEZ TOUT EMPOISONNEMENT LIÉ AU GAZ DANS LE BÂTIMENT PASSEZ IMMÉDIATEMENT À L'AIR FRAIS et faites sortir les autres du bâtiment, puis appelez votre service d'incendie ou les services d'urgence pour obtenir de l'aide.

Niveaux toxiques de dioxyde de carbone : Selon les recherches sur l'exposition professionnelle et l'atmosphère contrôlée sur la toxicologie du CO 2 , le CO 2 est dangereux par toxicité directe à des niveaux supérieurs à 5 %, concentrations non rencontrées dans la nature [sauf peut-être au niveau ou à proximité d'un volcan actif sols exploités].

À ces niveaux élevés, il existe un risque de décès par empoisonnement au dioxyde de carbone. À des niveaux inférieurs, il peut y avoir des effets sur la santé et il y a certainement des plaintes d'exposition à des niveaux inférieurs.

Dans la section précédente de cet article, à SYMPTMES D'EMPOISONNEMENT AU CO 2 , nous avons discuté des symptômes de l'exposition au dioxyde de carbone. Sur des individus spécifiques, les effets de l'exposition à des niveaux élevés de dioxyde de carbone (CO 2 ) varient selon l'individu et avec le niveau d'exposition et la durée d'exposition, allant de la somnolence (peut-être à des niveaux supérieurs à 1000 ppm d'exposition continue) aux effets toxiques énumérés juste ci-dessus. .

Comment le CO 2 peut-il s'accumuler à un niveau dangereux dans une propriété résidentielle ?

Le dioxyde de carbone, CO 2 , provenant d'une petite fuite est peu susceptible d'être dangereux, car on peut s'attendre à ce qu'il soit dilué avec de l'air frais mélangé dans un bâtiment. Mais il peut y avoir des exceptions dans lesquelles le dioxyde de carbone peut s'accumuler et atteindre des concentrations plus élevées, voire dangereuses à l'intérieur.

    Déversement de fumées : dans une chaufferie au gaz fermée avec un tirage insuffisant de la cheminée peut produire des niveaux élevés de CO 2 . Dans le cas où il y a suffisamment d'air de combustion, par exemple d'un conduit d'air direct au brûleur à gaz, le système peut ne pas produire de monoxyde de carbone (CO) plus dangereux, mais le système de chauffage peut néanmoins renverser des gaz de combustion avec un niveau élevé de CO 2 dans la pièce à partir d'une cheminée défectueuse.

Le CO 2 étant plus dense que l'air, il peut s'accumuler dans un sous-sol fermé, un vide sanitaire ou une chaufferie. Alternativement, parce que le CO 2 dans ce cas est un échappement du système de chauffage, il peut être plus chaud que l'air ambiant et il peut monter vers le haut dans le bâtiment dans l'espace de vie.

Le Département de la protection de l'environnement de Virginie-Occidentale a détecté des niveaux de dioxyde de carbone jusqu'à 9,5 % dans le sous-sol et des niveaux de CO 2 jusqu'à 11 % dans la tombe du vide sanitaire, avec 12 % dans le drain de plancher du sous-sol (ce qui suggère une source de sol de CO 2 dans une maison en Maison de Virginie-Occidentale, selon un rapport du NIOSH, les niveaux de CO 2 dans le sol entourant la maison ont été mesurés à des niveaux allant jusqu'à 8 pour cent.

Les effets de la respiration du CO 2 sont-ils permanents ?

Tous les effets néfastes d'une faible exposition au CO 2 sont réversibles, y compris la compensation métabolique à long terme requise par une exposition chronique à 3 % de CO 2 . -- "A Review of Human Health and Ecological Risks due to CO 2 Exposure," American Geophysical Union, Spring Meeting 2001, résumé # H31C-13, Hepple, R. P. Benson, S. M., 05/2001.

Recherche en cours sur les effets d'une exposition accrue au CO 2

Discussion avec Esther Cook, une scientifique qui étudie les effets d'une faible exposition au CO 2 . [Édité par Daniel Friedman].

Je suis un scientifique qui s'intéresse aux effets de l'augmentation du CO 2 . Nous savons que les plantes poussent de manière plus luxuriante, et que cela doit en fin de compte soutenir plus de vie animale. J'ai fait une recherche PubMed et Academic et je ne trouve presque aucune étude. J'ai trouvé une affirmation selon laquelle les rongeurs fouisseurs ont généralement 1 à 4% de dioxyde de carbone dans leurs terriers. J'ai également trouvé des recherches sur 7 % de dioxyde de carbone sur les rétines de bébés souris - parce que ce niveau est délibérément utilisé sur les êtres humains - les bébés prématurés pour aider leurs poumons à se développer plus rapidement. Je suis en communication avec les Idsos, qui sont des experts du végétal et des chercheurs en CO 2 . Ils ne trouvent pas grand-chose non plus. Pour l'instant j'ai trouvé :

  • Taylor, Lewis G. et G. Oscar Kreutziger, The Gaseous Environment of the Chick Embryo in Relation to Its Development and Hatchability, 1968 (l'imprimé n'inclut pas le Journal)
  • Holloway et Heath, 1984 Changements ventilatoires chez le hamster doré. Rat de laboratoire. Comp. Biochimie. Physiol., Vol. 77A, n° 2, p. 267-273
  • Bruges et al. 2007 Équilibre acido-basique chez l'embryon de poulet. incubés sous des concentrations élevées de CO 2 . Physiologie respiratoire et neurobiologie 159:147-154
  • De Smit et al, 2006 Plasticité développementale embryonnaire du poussin : Augmentation du CO 2 . Biochimie et physiologie comparées, partie A 145 : 166-175
  • Bar-Ilan, Amir et Jacob Marder, Adaptations aux conditions hypercapniques dans le Nutria. Comp. Biochimie. Physiol. Vol 75A, No 4, pp 603-608, 1983

Il existe des centaines d'études sur les plantes, et les serres et les aquariums s'enrichissent régulièrement en CO 2 pour améliorer la croissance. Mais qu'en est-il de nous-mêmes ? Se pourrait-il que les résultats de [certaines] études sur le CO 2 soient politiquement incorrects et que la science ait été supprimée.

Il existe une concentration optimale de CO 2 quelque part plus élevée qu'aujourd'hui, et la vie de l'individu est raccourcie par la panique à ce sujet. Bien sûr, il existe en effet une chose telle que "trop ​​d'une bonne chose", et il y a quelques exemples de personnes qui sont mortes lorsque trop de CO 2 a été produit dans des espaces clos.

Il serait intéressant de savoir quel est le niveau optimal de CO 2 pour les humains et les autres animaux. Les archives paléontologiques montrent qu'environ la moitié du temps depuis le Cambrien a été passé à une température très stable de 10 degrés C au-dessus des moyennes actuelles.

Ce serait exactement la température ambiante, et je ne pense pas que ce soit un accident. Des articles récents ont révélé pourquoi les températures de la Terre n'augmenteraient pas au-dessus de ce point - une évaporation croissante des océans empêcherait toute température plus élevée, mais nous obtiendrions les conditions décrites dans la Genèse à propos d'Eden : une brume arroserait le sol.

Normes d'exposition au dioxyde de carbone et effets amp

Tableau des effets sur la santé et des dangers du dioxyde de carbone à diverses concentrations et durées d'exposition

Concentration de CO 2 dans l'air

Durée d'exposition

Effets sur la santé ou dangers de l'inhalation de gaz CO 2 à ce niveau [12]

Niveaux extérieurs typiques de dioxyde de carbone, niveaux de CO 2 dans l'air extérieur

0,030 - 0,050% CO2
=
300 - 500 ppm

Les niveaux de CO 2 extérieurs typiques vont de 300 à 500 ppm

Niveaux égaux ou inférieurs auxquels les gens ne sont pas susceptibles d'être conscients de la concentration de CO 2

Aucun, les niveaux de CO 2 à l'intérieur d'un espace de bureau occupé peuvent se situer dans cette plage, [AVIS : vérifiez l'apport d'air frais à des niveaux plus élevés]

Une source [4] définit 600 ppm comme niveau acceptable de CO 2

Selon ASHRAE, des concentrations de CO 2 intérieur d'environ 700 ppm au-dessus des niveaux de CO 2 extérieur dans l'air (c'est-à-dire du CO 2 intérieur supérieur à environ 1050 ppm) indiquent un taux de ventilation de l'air extérieur d'environ 7,5 L/s/personne (15 cfm/personne) en supposant niveaux d'activité trouvés dans un bureau typique. A ce rythme, 80% des personnes inadaptées (visiteurs) ne se plaindront pas des odeurs des bioeffluents humains.

Citation : Selon l'ASHRAE, les concentrations de CO 2 intérieur d'environ 700 ppm au-dessus des niveaux de CO 2 extérieur dans l'air (c'est-à-dire du CO 2 intérieur supérieur à environ 1050 ppm) indiquent un taux de ventilation de l'air extérieur d'environ 7,5 L/s/personne (15 cfm/personne ) en supposant les niveaux d'activité trouvés dans un bureau typique. A ce rythme, 80% des personnes inadaptées (visiteurs) ne se plaindront pas des odeurs des bioeffluents humains.

"and odors" par une ressource [4] ce qui semble étrange puisque le CO 2 est inodore.

Il ne s'agit pas d'une norme ASHRAE, mais d'une directive ASHRAE pour l'acceptabilité du confort, et non d'une valeur plafond pour la qualité de l'air.[5]

Hermann (2002) commente que ". 1000 ppm de CO 2 [considéré seul] n'a aucune incidence réelle sur le taux de ventilation du bâtiment . " Il propose un tableau reliant la différence de niveau de CO 2 entre l air intérieur et l air extérieur au taux de ventilation du bâtiment par personne.

Niveau de CO 2 intérieur vs extérieur en fonction du taux de ventilation du bâtiment

0,10% - 0,25% CO2
=
1000-2500 ppm CO2 Une source [4] rapporte des plaintes de somnolence générale à 1000-2500 ppm de CO 2 0,5 % CO2
=
5000 ppm de CO2 5 000 ppm de CO 2 est la concentration maximale autorisée par l'OSHA pour une période de travail de 8 heures. Ce niveau est couramment utilisé par les commissions des accidents du travail dans certaines juridictions américaines.

Effets des niveaux plus élevés de CO 2

Moins de 2% de CO 2
=
Moins de 20 000 ppm de CO 2

L'exposition à court terme au CO 2 à des niveaux inférieurs à 2 % (20 000 parties par million ou ppm) n'a pas été rapportée comme provoquant des effets nocifs.

Les occupants n'expriment généralement pas de conscience ni de symptômes liés au niveau de CO 2 .

Niveaux de CO 2 à ou au-dessus desquels des plaintes sont probables

2-3% CO2
=
20 000 - 30 000 ppm Les occupants prennent conscience de la mauvaise qualité de l'air intérieur, peuvent provoquer une sensation de lourdeur dans la poitrine et/ou des respirations plus fréquentes et plus profondes.

Niveaux de CO 2 très élevés au niveau ou au-dessus desquels commencent les effets néfastes sur la santé

2-3%
=
20 000 - 30 000 ppm "plusieurs heures" Une « acidose » minimale (un état acide du sang) peut survenir, mais le plus souvent elle est absente. 3%
=
30 000 ppm La fréquence respiratoire augmente jusqu'à 2 fois la normale 3%
15h/jour, 6 jours Diminution de la vision nocturne et de la sensibilité aux couleurs 3,3 % à 5,4 %
15 minutes Augmentation de la profondeur de la respiration Les plaintes ou les effets sur la qualité de l'air intérieur peuvent être dus à un niveau d'oxygène réduit plutôt qu'à la toxicité du CO 2

Niveaux ou concentrations de CO 2 posant de graves risques pour la santé

La fréquence respiratoire augmente jusqu'à 4 fois la normale. Maux de tête, quelques déficiences.

Plus de 5% Des niveaux de CO 2 supérieurs à 5 % ou 50 000 ppm sont directement toxiques 7.5%
15 minutes À 7,5 %, une sensation d'incapacité à respirer (dyspnée), une augmentation du pouls, des maux de tête, des étourdissements, de la transpiration, de l'agitation, une désorientation et une distorsion visuelle se sont développées. 6% "plusieurs" minutes affecte le cœur, électrocardiogrammes altérés. 6.5% - 7.5% 20 minutes Des expositions de vingt minutes à 6,5 ou 7,5 % ont diminué les performances mentales. 6.5% - 7.5% 70 minutes L'irritabilité et l'inconfort ont été rapportés avec une exposition à 6,5% pendant environ 70 minutes. 10% 1 1/2 minutes Scintillement des yeux, excitation et augmentation de l'activité et des contractions musculaires. Plus de 10 % Difficulté à respirer, troubles de l'audition, nausées, vomissements, sensation d'étranglement, sueurs, stupeur en quelques minutes et perte de conscience en 15 minutes. 19.5% 1er niveau d'alarme australien standard Plus de 20% 1 minute ou moins Plusieurs décès ont été attribués à une exposition à des concentrations supérieures à 20 %. 30% 20-30 secondes Affecte le cœur, altération des électrocardiogrammes. 30% L'exposition à 30% a rapidement entraîné une perte de conscience et des convulsions. "Très élevé" Dommages à la rétine, sensibilité à la lumière (photophobie), mouvements oculaires anormaux, rétrécissement des champs visuels et élargissement des angles morts.

1. Adapté et développé à partir de Health Effects of Carbon Dioxide Gas", CCHST [12]

2. Les effets du CO 2 peuvent devenir plus prononcés lors d'un effort physique, tel qu'un travail pénible.

3. Des concentrations plus élevées de CO 2 peuvent affecter la fonction respiratoire et provoquer une excitation suivie d'une dépression du système nerveux central. Des concentrations élevées de CO 2 peuvent déplacer l'oxygène dans l'air, ce qui réduit les concentrations d'oxygène pour la respiration. Par conséquent, les effets du manque d'oxygène peuvent être combinés avec les effets de la toxicité du CO 2 .

4. Engineering Toolbox, récupéré le 26 novembre 14 source originale http://www.engineeringtoolbox.com/co2-comfort-level-d_1024.html

5. Contrairement à certaines sources, cette valeur de 1 000 ppm de CO 2 n'est pas contenue dans la dernière norme ANSI/ASHRAE 62-1999. Voir Petty (non daté) à RÉFÉRENCES

Question:

(re co, CO 2 , + émissions de nox provenant des conduits de fumée des chaudières à gaz à condensation) - j'ai besoin d'une confirmation ou d'une indication comment confirmer qu'une rougeur régulière du visage est associée au CO 2 (+/ou autre ?) dans l'exposition aux gaz de combustion des habitations adjacentes, re deux conduits de fumée - probables - non conformes (avant et arrière d'un mur mitoyen).

1, Parfois, les rougeurs peuvent ressembler à de légères marques de brûlure - cela pourrait-il être un précurseur du cancer de la peau ?
2, De plus, quels sont les autres effets néfastes potentiels de ce type d'exposition ?
3, les effets néfastes actuels, comment un lien est-il confirmé/prouvé ? - [email protected] 14/02/2012

Répondre:

Valérie, en plus des notes techniques ci-dessus concernant les effets sur la santé d'une exposition chronique ou aiguë à des niveaux élevés de dioxyde de carbone, veuillez également consulter SYMPTMES D'EMPOISONNEMENT AU CO 2

Question/Commentaire : TLV recommandée pour le CO 2 - Données TWA & TLV-STEL

James Miller, USN Submarines Ret a déclaré :

vous devez ajouter un lien ACGIH et ces données à votre table

Je reste relativement normal après de nombreuses années en mer à respirer l'air enrichi en CO 2 .

Répondre:

Merci M. Miller. Au niveau des LIMITES D'EXPOSITION AU CO 2 , nous incluons les limites d'exposition au CO 2 recommandées et les données publiées et le document que vous avez cité est à la fois là et ici parmi les citations de référence. En résumé, les limites recommandées par l'ACGIH pour le dioxyde de carbone sont :

Les articles du NIOSH et de l'ACGIH soulignent que dans les études d'exposition au CO 2 , il existe des effets narcotiques à des expositions élevées au CO 2 , stimulé (respiration accélérée) à 50 000 ppm, et aussi que .

Le personnel sous-marin exposé en continu à 30 000 ppm n'était que légèrement affecté, à condition que la teneur en oxygène de l'air soit maintenue à des concentrations normales (teneur minimale 18% par cvolume) lorsque la teneur en oxygène a été réduite à 15%-17% [notez que c'est aussi peu comme une variation de 5,5% du niveau d'oxygène], l'équipage s'est plaint d'effets néfastes. Le gaz est faiblement narcotique à 30 000 ppm, entraînant une diminution de l'acuité auditive et une augmentation de la pression artérielle et du pouls. Au-dessus de cette concentration, des symptômes subjectifs apparaissent. Des signes d'intoxication ont été produits par une exposition de 30 minutes à 50 000 ppm. L'exposition à 7-10% produit une perte de conscience en quelques minutes. Flury and Zernik quote Lehman-Hess as stating that exposure at 5500 pm of carbon dioxide for 6 hours caused no noticeable symptoms. [1]

Continue reading at CO 2 POISONING SYMPTOMS or select a topic from the closely-related articles below, or see the complete ARTICLE INDEX.

Carbon Dioxide Articles

Citation suggérée pour cette page Web

CO 2 HEALTH EFFECTS at Inspect A pedia.com - online encyclopedia of building & environmental inspection, testing, diagnosis, repair, & problem prevention advice.

INDEX to RELATED ARTICLES: ARTICLE INDEX to GAS HAZARDS in BUILDINGS

Ou utilisez la BOÎTE DE RECHERCHE ci-dessous pour poser une question ou rechercher InspectApedia

Poser une question ou rechercher InspectApedia

Essayez le champ de recherche juste en dessous, ou si vous préférez, postez une question ou un commentaire dans la zone Commentaires ci-dessous et nous vous répondrons rapidement.

Rechercher sur le site Web d'InspectApedia

Remarque : l'apparition de votre commentaire ci-dessous peut être retardée : si votre commentaire contient une image, un lien web, ou du texte qui ressemble au logiciel comme s'il s'agissait d'un lien Web, votre publication apparaîtra après avoir été approuvée par un modérateur. Excuses pour le retard.

Réviseurs techniques et références

  • ASTM Standard D6245
  • ASHRAE Standard 62.1-2013, "Ventilation for Acceptable Indoor Air Quality", available at http://www.techstreet.com/ashrae/products/1865968, Copies of the standard, the latest addenda, and other publications may be purchased on-line at our website, www.ashrae.org or by calling 1-800-527- 4723 in the USA and Canada or 1-404-636-8400 worldwide.
  • ASHRAE Technical FAQ #34, "What is the allowable level of carbon monoxide in an occupied space?", ASHRAE.org, TC-04-03-FAQ-34-1.pdf - retrieved 11/25/2015
  • ASHRAE Technical FAQ #35, "What is the allowable level of carbon dioxide in an occupied space?", ASHRAE.org, TC-04-03-FAQ-35.pdf - retrieved 11/25/2015
  • Chen, Tze-Ming, Janaki Gokhale, Scott Shofer, and Ware G. Kuschner. "Outdoor air pollution: nitrogen dioxide, sulfur dioxide, and carbon monoxide health effects." The American journal of the medical sciences 333, no. 4 (2007): 249-256.
  • Petty, Stephen, P.E., C.I.H., "Summary of ASHRAE's Position on Carbon Dioxide (CO2) Levels in Spaces", Energy & Environmental Solutions, Inc., (un-dated) retrieved 26 Nov 2014, original source: www.eesinc.cc/downloads/CO2positionpaper.pdf
  • Taylor, Lewis G. and G. Oscar Kreutziger, The Gaseous Environment of the Chick Embryo in Relation to Its Development and Hatchability, 1968 (printout does not include the Journal)
  • Herrmann, Donald C., "Understanding CO2 and ASHRAE 62 [now obs?], A Technical Note", Energy Engineering, Vol. 99, No. 1, 2002, retrieved 25 Nov 14, original source: http://www.advantekinc.com/downloads/technical-papers/CO2andVentilation.pdf
  • Holloway and Heath, 1984 Ventilatory Changes in the Golden Hamster. Laboratory Rat. Comp. Biochimie. Physiol., Vol. 77A, No 2, pp. 267-273
  • Bruggeman et al. 2007 Acid-base balance in chicken embryois. incubated under high CO 2 concentrations. Respiratory Physiology and Neurobiology 159:147-154
  • De Smit et al, 2006 Emryonic developmental plasticity of the chick: Increased CO 2 . Comparative Biochemistry and Physiology, Part A 145: 166-175
  • Bar-Ilan, Amir and Jacob Marder, Adaptations to Hypercapnic conditions in the Nutria. Comp. Biochimie. Physiol. Vol 75A, No 4, pp 603-608, 1983
  • "Acceptable Indoor Air Quality Levels", - retrieved 25 Nov 14, original source https://ohs.uvic.ca/occupational_health/iaq_levels.pdf, Excerpting: WCB Exposure Limit: 5000 ppm (TWA) ASHRAE : levels below 1000 ppm indicate that there is adequate air circulation for indoor environments .
  • Carbon Dioxide, CAS Number: 124-38-9, TLV-TWA, 5000 ppm (9000 mg/m 3 ), TLV-STEL, 30,000 ppm (54,000 mg/m 3 ), from ACGIH and recommended by reader James Miller, USN Submarines, Ret. 3/20/2013. Copy on file as ACGIH recommendations for CO 2 .pdf
  • Dr. Roy Jensen, Department of Chemistry, Grant MacEwan College, Edmonton, AB for technical review and critique 8/23/07. Dr. Jensen notes that if we increase the CO 2 level in air in an enclosed space from its normal level of about 0.03% (we counted it as starting at 0) to a level of 1.4%, we obtain a corresponding decrease in the oxygen level from its normal level (at sea level) of about 20.9% down to 19.5%, for a 6.7% reduction in the amount of oxygen available. The amount of oxygen lost is 6.7 % (1.4/20.9 * 100 %). Our earlier version of this document was incorrect in this calculation.
  • Carbon Dioxide as a Fire Suppressant: Examining the Risks, US EPA, EPA 430-R-00-002, February 2000, web search 08/28/2010 original source: http://nepis.epa.gov/Adobe/PDF/00000NTO.PDF
    [This paper includes a review of accidents or deaths involving Carbon Dioxide as a fire extinguishing agent and reports on deaths by asphyxiation by CO 2 .]
    This paper provides information on the use and effectiveness of carbon dioxide in fire protection systems and describes incidents involving inadvertent exposure of personnel to the gas. Because carbon dioxide fire extinguishing systems will likely be used in place of those based on halon in some applications, this paper attempts to provide an increased awareness of the potential dangers associated with the use of carbon dioxide. EPA recognizes the environmental benefits of using carbon dioxide, but is concerned that personnel accustomed to the use of halon fire suppression systems may not be properly alerted to the special hazards of carbon dioxide. Governmental, military, civilian, and industrial sources were researched to obtain information on deaths and injuries associated with the use of carbon dioxide as a fire extinguishing agent. An examination of the risks associated with carbon dioxide extinguishing systems is also presented.
  • Thanks to scientist & CO 2 exposure research scientist Esther Cook for sharing technical references (below) and discussing the effects of carbon dioxide increases in the environment - beginning August 2010. Ms. Cook's contact information: Esther Cook "Lady Life Grows" [email protected]
  • Taylor, Lewis G. and G. Oscar Kreutziger, The Gaseous Environment of the Chick Embryo in Relation to Its Development and Hatchability, 1968 (printout does not include the Journal)
  • Holloway and Heath, 1984 Ventilatory Changes in the Golden Hamster. Laboratory Rat. Comp. Biochimie. Physiol., Vol. 77A, No 2, pp. 267-273
  • Bruggeman et al. 2007 Acid-base balance in chicken embryois. incubated under high CO 2 concentrations. Respiratory Physiology and Neurobiology 159:147-154
  • De Smit et al, 2006 Emryonic developmental plasticity of the chick: Increased CO 2 . Comparative Biochemistry and Physiology, Part A 145: 166-175
  • Bar-Ilan, Amir and Jacob Marder, Adaptations to Hypercapnic conditions in the Nutria. Comp. Biochimie. Physiol. Vol 75A, No 4, pp 603-608, 1983

Livres et articles sur la construction et l'inspection environnementale, les tests, le diagnostic et la réparation

  • Nos livres recommandés sur la conception, l'inspection, le diagnostic et la réparation des problèmes de construction et de systèmes mécaniques, ainsi que sur les tests, le diagnostic et le nettoyage de l'environnement intérieur et de la QAI, se trouvent à la librairie InspectAPedia. Consultez également nos critiques de livres - InspectAPedia.
  • Air Pollution Toxicology: APTI Course SI:300, Introduction to Air Pollution Toxicology, US EPA Air Pollution Training Institute, Environmental Research Center, Research Triangle Park, NC 27711, Sept. 1993, web search 08/28/2010, original source: http://yosemite.epa.gov/
  • CCSP, 2008: Analyses of the effects of global change on human health and welfare and human systems. A Report by the U.S. Climate Change Science Program and the Subcommittee on Global Change Research. [Gamble, J.L. (ed.), K.L. Ebi, F.G. Sussman, T.J. Wilbanks, (Authors)]. U.S. Environmental Protection Agency, Washington, DC, USA. Web search 08/28/2010, original source: http://nepis.epa.gov/
  • Health Effects of Carbon Dioxide - see "National Advisory Committee for Acute Exposure Guideline Levels (AEGLs) for Hazardous Substances Proposed AEGL Values, Federal Register Document ", http://www.epa.gov/EPA-TOX/2002/February/Day-15/t3774.htm note that these are proposed guidelines
  • Carbon Dioxide CO 2 : Geologic Sequestration Health Effects: "Vulnerability Evaluation Framework
    for Geologic Sequestration of Carbon Dioxide", US EPA, EPA430-R-08-009, July 2008, web search August 2010,original source: http://www.epa.gov/climatechange/emissions/downloads/VEF-Technical_Document_072408.pdf
  • Carbon Dioxide CO 2 : Geologic Sequestration, U.S EPA, web search 08/28/2010, original source:
    http://www.epa.gov/climatechange/emissions/CO 2 _gs_tech.html
  • GTSP, 2006: Carbon Dioxide Capture and Geologic Storage: A Core Element of a A Global
    Energy Technology Strategy to Address Climate Change (PDF, 37 pp., 6.05 MB, About PDF).
    April 2006, JJ Dooley et al. Global Energy Technology Strategy Program (GSTP)
  • IPCC, 2005: Special Report on Carbon Dioxide Capture and Storage, Special Report of the
    Intergovernmental Panel on Climate Change [Metz, Bert, Davidson, Ogunlade,
    de Coninck, Heleen, Loos, Manuela, and Meyer, Leo (Eds.)]. Cambridge University Press, The
    Edinburgh Building Shaftesbury Road, Cambridge CB2 2RU England
  • Greenhouse Gas Overview: Carbon Dioxide: U.S. EPA, web search 08/28/2010, original source:
    http://www.epa.gov/climatechange/emissions/CO 2 .html
  • TABLE Z-1 LIMITS FOR AIR CONTAMINANTS, 1910.1000 TABLE Z-1 [PDF] OSHA standard for air contaminant limits (http://www.osha.gov/pls/oshaweb/owadisp.show_document?p_table=STANDARDS&p_id=9992) - includes for CO 2 , Carbon dioxide. | CAS No. 124-38-9 | 5000 ppm | 9000 mg/m 3 limits for carbon dioxide as an air contaminant.
  • .

    120, rue Carlton, bureau 407, Toronto (Ontario) M5A 4K2. Tél. : (416) 964-9415 1-800-268-7070 Courriel : [email protected] L'entreprise fournit des SERVICES D'INSPECTION DOMESTIQUE professionnels ainsi qu'une FORMATION approfondie en matière d'INSPECTION DOMESTIQUE et des PUBLICATIONS liées à l'inspection domiciliaire. Alan Carson est un ancien président de l'ASHI, l'American Society of Home Inspectors.

Merci à Alan Carson et Bob Dunlop, pour la permission d'InspectAPedia d'utiliser des extraits de texte de Le livre de référence de la maison & des illustrations de La maison illustrée. Carson Dunlop Associates fournit une formation approfondie sur l'inspection des maisons et du matériel de rédaction de rapports.

La MAISON ILLUSTRÉE illustre les détails de construction et les composants du bâtiment, une référence pour les propriétaires et les inspecteurs.
Offre spéciale : Pour une remise de 5% sur tout nombre d'exemplaires de la Maison illustrée achetés en une seule commande Entrez INSPECTAILL dans l'espace "Promo/Remboursement" de la page de paiement de la commande.

Le GUIDE DE RÉFÉRENCE TECHNIQUE contenant les informations sur le modèle et le numéro de série du fabricant pour les équipements de chauffage et de refroidissement, utile pour déterminer l'âge des chaudières de chauffage, des fournaises et des chauffe-eau, est fourni par Carson Dunlop Weldon & Associates
Offre spéciale : Carson Dunlop Associates offre aux lecteurs d'InspectAPedia aux États-Unis une remise de 5 % sur tout nombre d'exemplaires du Guide de référence technique achetés en une seule commande. Entrez simplement INSPECTATRG dans l'espace "Promo/Remboursement" de la page de paiement de la commande.

Le HOME REFERENCE BOOK - the Encyclopedia of Homes, Carson Dunlop & Associates, Toronto, Ontario, 25e édition, 2012, est un volume relié de plus de 450 pages illustrées qui aident les inspecteurs en bâtiment et les propriétaires à inspecter et à détecter les problèmes sur immeubles. Le texte est conçu comme un guide de référence pour aider les propriétaires d'immeubles à exploiter et à entretenir efficacement leur maison. Des feuilles de travail d'inspection sur le terrain sont incluses à la fin du volume.
Offre spéciale : pour une remise de 10 % sur tout nombre d'exemplaires du livre de référence pour la maison achetés en une seule commande. Entrer INSPECTAHRB dans l'espace "Promo/Rachat" de la page de paiement de la commande. Le rédacteur en chef d'InspectAPedia.com, Daniel Friedman, est un auteur collaborateur.

Ou choisissez la RÉFÉRENCE DE LA MAISON eBook pour PC, Mac, Kindle, iPad, iPhone ou téléphones intelligents Android.
Offre spéciale : pour une remise de 5 % sur un nombre illimité d'exemplaires de la référence de la maison eBook acheté en une seule commande. Entrer INSPECTAEHRB dans l'espace "Promo/Rachat" de la page de paiement de la commande.

COURS D'INSPECTION DE BÂTIMENTS COMMERCIAUX - protocole ASTM Standard E 2018-08 pour les évaluations de l'état des propriétés

COURS D'ÉDUCATION D'INSPECTION À DOMICILE (États-Unis) comprenant des cours à domicile et des cours en direct dans onze collèges et universités.


When To Call a Professional

Call your doctor if you develop:

  • New shortness of breath
  • A persistent cough, with or without phlegm
  • A decrease in your usual ability to exercise
  • Frequent respiratory infections

If you smoke, see your doctor about ways to quit. Several different types of treatment can increase your likelihood of success compared to "going cold turkey." These include medications and counseling.

You also should see your doctor if anyone in your family has been diagnosed with AAT deficiency.


Carbon Dioxide CO2 Exposure Limit Sources & Research

  • ACGIH recommends an 8- hour TWA Threshold Limit Value (TLV) of 5,000 ppm and a Ceiling exposure limit (not to be exceeded) of 30,000 ppm for a 10-minute period. A value of 40,000 is considered immediately dangerous to life and health (IDLH value).
  • [1] Carbon Dioxide, CAS Number: 124-38-9, TLV-TWA, 5000 ppm (9000 mg/m 3 ), TLV-STEL, 30,000 ppm (54,000 mg/m 3 ), from ACGIH and recommended by reader James Miller, USN Submarines, Ret. 3/20/2013. Copy on file as ACGIH recommendations for CO 2 .pdf

In several studies, comfort factors have been correlated with carbon dioxide concentrations. Collectively, these studies suggest that carbon dioxide concentrations above 1800 mg/m3 (1000 ppm) are indicative that there is an inadequate supply of fresh air, although complaints have been documented at concentrations as low as 1100 mg/m3 (600 ppm). However, from a review of the direct physiological effects of exposure to carbon dioxide, as opposed to subjective symptoms, a higher maximum exposure concentration is recommended (see Section 4.A.2).

ABSTRAIT
In previously published analyses of the 41-building 1994-1996 USEPA Building Assessment Survey and Evaluation (BASE) dataset, higher workday time-averaged indoor minus outdoor CO2 concentrations (dCO2), were associated with increased prevalence of certain mucous membrane and lower respiratory sick building syndrome (SBS) symptoms, even at peak dCO2 concentrations below 1,000 ppm. For this paper, similar analyses were performed using the larger 100-building 1994-1998 BASE dataset.

Multivariate logistic regression analyses quantified the associations between dCO2 and the SBS symptoms, adjusting for age, sex, smoking status, presence of carpet in workspace, thermal exposure, and a marker for entrained automobile exhaust. Adjusted dCO2 prevalence odds ratios for sore throat and wheeze were 1.17 and 1.20 per 100-ppm increase in dCO2 (p <0.05), respectively.

Appendix B presents an overview of the acute health effects associated with carbon dioxide.

Part I discusses the dangerous, lethal effects of carbon dioxide at high exposure concentrations. The minimum design concentration of carbon dioxide for a total flooding system is 34 percent (340,000 ppm). When used at this design concentration, carbon dioxide is lethal.

The lowest level at which a human health effect (i.e. acidosis) has been observed in humans is 7,000 ppm, and that only after several weeks of continuous exposure in a submarine environment.

In its 1987 Exposure Guidelines for Residential Indoor Air Quality,2 Health Canada set an exposure limit of 3,500 ppm to protect against such undesirable adaptive changes to acidosis, in particular calcium release from bones.

Reader Comments & Q&A

@Tech, Thank you very much for taking time to write about the decimal place error in the chart above. I appreciate all the editing help we can get.

I have edited and so corrected the error you may need to clear your browser cache to see the updated page.

The first chart on this page [https://inspectapedia.com/hazmat/Carbon%20_Dioxide_Exposure_Limits.php#QA] has an error in the table. [Table B-11 & B-21 Acute & Other Health Effects of High Concentrations of Carbon Dioxide]
The bottom left box of the matrix has an incorrect value.
It has: 0.5 ppm
It should be: 0.05 ppm
Compare to values above and the error becomes apparent.

On 2019-11-02 by (mod) - What is the reference for the EPA limit (recommendation) of 1000 ppm?

You are right that the U.S. EPA has not set an explicit exposure limit for carbon dioxide but the agency does cite research and also cites other CO2 exposure standards and limits. I've updated and clarified that point in the article above. Thank you for the helpful query.

The U.S. EPA document discussing sick building syndrome or SBS as I'll cite below gives us:

    U.S. EPA, original source: CA Erdmann, C.A., KC Steiner, and MG Apte, INDOOR CARBON DIOXIDE CONCENTRATIONS AND SICK BUILDING SYNDROME SYMPTOMS IN THE BASE STUDY REVISITED: ANALYSES OF THE 100 BUILDING DATASET [PDF] Proceedings: Indoor Air 2002, retrieved 2019/11/02 original source: https://www.epa.gov/sites/production/files/2014-08/documents/base_3c2o2.pdf

ABSTRAIT
In previously published analyses of the 41-building 1994-1996 USEPA Building Assessment Survey and Evaluation (BASE) dataset, higher workday time-averaged indoor minus outdoor CO2 concentrations (dCO2), were associated with increased prevalence of certain mucous membrane and lower respiratory sick building syndrome (SBS) symptoms, even at peak dCO2 concentrations below 1,000 ppm.

For this paper, similar analyses were performed using the larger 100-building 1994-1998 BASE dataset. Multivariate logistic regression analyses quantified the associations between dCO2 and the SBS symptoms, adjusting for age, sex, smoking status, presence of carpet in workspace, thermal exposure, and a marker for entrained automobile exhaust

. Adjusted dCO2 prevalence odds ratios for sore throat and wheeze were 1.17 and 1.20 per 100-ppm increase in dCO2 (p <0.05), respectively. These new analyses generally support our prior findings. regional differences in climate and building design and operation may account for some of the differences observed in analyses of the two datasets.

What is the reference for the EPA limit (recommendation) of 1000 ppm?

On 2018-09-20 by (mod) - 300 - 500 ppm CO2 in outdoor air

Thank you for the comment, Ed.

Normally in outdoor air the CO2 level ranges between 300 or 0.03% concentration to 500 ppm or 0.05% concentration. I have on occasion measured higher concentrations of carbon dioxide in outdoor air, for example near a busy roadway.

Your citation of the amount of H2O or water in air is a different measure entirely

On 2018-09-19 by Ed Golla 1 to 2% H2O in ambient air ?

Don't forget to include the 1 to 2% H2O that is normally present in ambient air.

Wood pellet storage. Our monitors are set to go off at 35ppm. We are told osha standard is 50ppm. If monitor reads 64ppm is it safe to work in?

On 2016-01-18 1 by Anonymous - easier way to come up with the amount of CO using electrochemical sensors

An easier way to come up with the amount of CO for this problem is as follows.
The easiest way that most of us will measure O2 is with an electrochemical sensor. So lets do some math.

An electrochemical sensor is reading O2. O2 is around 20% of fresh air. So the sensor is reading around 1/5 of the atmosphere.

When CO2 is introduced it is not just displacing O2, it is displacing the atmosphere.

We are reading CO2 in ppm. So, 1 million ppm = 100%, 500,000 = 50%, 100,000 = 10%, 10,000 = 1%.

If your O2 sensor goes from 20.9 to 19.5 you would assume that 14,000 ppm of CO2 was there by the sentence above.

BUT, remember the O2 sensor is reading something that is only around 1/5 of the atmosphere. It is not an atmosphere sensor but an O2 sensor. 1/5 has been entered in the formula by this and must be factored in.

Take your 14,000ppm and times it by 5. You now have 70,000ppm

At work I just do it like this.

Every 1/10 that the O2 sensor drops, is equal to 5000ppm.

Example - O2 sensor reading of 20.9 goes down to 20.5. A difference of .4. Take the 4 X 5000 = 20,000ppm of CO2 is there.

On 2015-10-22 by Henry Baxter - calculation of CO2 increase to create an O2 deficiency is incorrect.

Your calculation of CO2 increase to create an O2 deficiency is incorrect.

To reduce your O2 from 20.9% to 19.5% (by 1.4%) you have to account for the dilution of N2 in air as well as O2

A typical N2/O2 ratio of fresh air is 3.77:1, i.e. n2 is 3.77 times more abundant than O2 in air.

Assuming there is dilution only (i.e. no consumption of O2 or other gasses) For a given O2 % you can work out the N2% by multiplying O2%x3.77

par exemple. 19.5% O2 would have 3.77 x 19.5 = 73.5% N2 associated with it.

19.5 + 73.5 = 93% i.e. the air fraction makes up 93% of the total.

If the sole diluting agent is CO2 then the balance (7%) is the concentration of CO2 required to get less than 19.5% O2.

Dangerous Levels of CO 2 Encountered Outdoors?

Reader Question: 11/25/2014 Rox said:

What is a dangerous level of CO 2 outdoors ? I know that we are at about 300-400ppm, at what point it is too dangerous to go outside because of the level on CO 2 ?

Reply:

At our home page for Carbon Dioxide information (CO 2 ) you'll find text on the toxicity of this gas.

including comparing indoor with outdoor carbon dioxide levels. It would be unlikely for you to encounter toxic levels of CO 2 outdoors unless the outdoor area were somehow enclosed on all sides, in still air and was receiving a source of high-concentration of carbon dioxide gas or unless the area is one exposed to high levels of combustion such as Naeher (2000). In Naeher's research CO 2 served principally as an easy-to-measure indicator of other more problematic air quality problems such as high levels of particulates associated with open fires, wood burning stoves, and in some cases gas stoves. In other words, you'd be standing in a smoky area.

The outdoor level of carbon dioxide is relatively constant with occasional peaks

You will find that most research on hazards of gases in outdoor air address carbon monoxide (CO) not carbon dioxide (CO2) - see Curtis (2006) or Thompson (1973).

Outdoor Air Quality and Carbon Dioxide CO 2 Levels

Some interesting research that addresses you outdoor air quality question includes the following authors who discuss indoor and outdoor CO2 levels.

  • Baek, Sung-Ok, Yoon-Shin Kim, and Roger Perry. "Indoor air quality in homes, offices and restaurants in Korean urban areas—indoor/outdoor relationships." Atmospheric Environment 31, no. 4 (1997): 529-544.
  • Bobak, Martin. "Outdoor air pollution, low birth weight, and prematurity." Environmental health perspectives 108, no. 2 (2000): 173.
  • Curtis, Luke, William Rea, Patricia Smith-Willis, Ervin Fenyves, and Yaqin Pan. "Adverse health effects of outdoor air pollutants." Environment International 32, no. 6 (2006): 815-830. - Abstract:

Much research on the health effects of outdoor air pollution has been published in the last decade. The goal of this review is to concisely summarize a wide range of the recent research on health effects of many types of outdoor air pollution. A review of the health effects of major outdoor air pollutants including particulates, carbon monoxide, sulfur and nitrogen oxides, acid gases, metals, volatile organics, solvents, pesticides, radiation and bioaerosols is presented.

Numerous studies have linked atmospheric pollutants to many types of health problems of many body systems including the respiratory, cardiovascular, immunological, hematological, neurological and reproductive/ developmental systems. Some studies have found increases in respiratory and cardiovascular problems at outdoor pollutant levels well below standards set by such agencies as the US EPA and WHO.

Question: OSHA CO 2 exposure limits

I believe that you have interchanged 1.4% and 6% under OSHA above. This is very important as it means that an oxygen analyser will not alarm a dangerous concentration of CO 2 . - Mark Crittendon 7/20/2012

Reply:

Thanks for looking closely at our CO 2 exposure limit data, Mark.
Referring to the OSHA CO 2 exposure limits, I have edited our text above to make the calculation of percentage points more clear: (1.4 absolute percentage points divided by 20.9% starting point = 0.06 - or 6% reduction in the CO 2 level)

OSHA recommends a lowest oxygen concentration of 19.5% in the work place for a full work-shift exposure.

As we calculated above, for the indoor workplace oxygen level to reach 19.5% (down from its normal 20.9% oxygen level in outdoor air) by displacement of oxygen by CO 2 , that is, to reduce the oxygen level by about 6% (1.4 absolute percentage points divided by 20.9% starting point = 0.06), the CO 2 or carbon dioxide level would have to increase to about 1.4% 14,000 ppm.

Thank you for the careful read and the question. We are dedicated to making our information as accurate, complete, useful, and unbiased as possible: we very much welcome critique, questions, or content suggestions for our web articles. InspectAPedia is an independent publisher of building, environmental, and forensic inspection, diagnosis, and repair information for the public - we have no business nor financial connection with any manufacturer or service provider discussed at our website.

Question:

"In summary, OSHA, NIOSH, and ACGIH occupational exposure standards are 0.5% CO 2 (5,000 ppm) averaged over a 40 hour week, 0.3% (30,000 ppm) average for a short-term (15 minute) exposure"

Sorry is this a mistake, or is there something obvious I am missing?

the STEL would be a higher level than the TWA or TLV.

Is the upper limit for continuous 24 hour exposure now 0.1%?

Reply:

John, in a typo there was a 3,000 that should have been 30,000. The ACGIH and other sources' recommended CO 2 TLV-STEL is 30,000 ppm (54,000 mg/m 3 )

Question: is a level of CO 2 at 50 dangerous?

My brother has co2 level at 50, is this dangerous?

Reply:

France's, I'm sorry but I cannot form an confident opinion from your question as I have no idea what measurement was made, where, nor if we're talking about carbon dioxide level in air, in the bloodstream, or elsewhere

According to Medline, "In the body, most of the CO2 is in the form of a substance called bicarbonate (HCO 3, ). Therefore, the CO 2 blood test is really a measure of your blood bicarbonate level."

If that is the measurement you mean, Medline explains that

"The normal range is 23-29 mEq/L (milliequivalent per liter)."

Your brother should ask his doctor for her opinion about the meaning of his tests.

Question: what kind of test is done for septic odors?

What type of text might you recommend to be done in a place that often has septic odors? I fear that even when the odor is not there that the contaminants are left behind.

Reply:

While sewer gases or septic system odors contain a complex of gases typically people test for methane in air, and where there has been a sewage spill, a test of surfaces is performed for bacteria such as eColi associated with sewage. Sewer gas is not itself a Carbon dioxide issue (the subject of this article where you posted the question) and is discussed separately at a couple of articles you'll want to see:

Continue reading at CO 2 HEALTH EFFECTS or select a topic from the closely-related articles below, or see the complete ARTICLE INDEX.

Carbon Dioxide Articles

Citation suggérée pour cette page Web

CO 2 EXPOSURE LIMITS at Inspect A pedia.com - online encyclopedia of building & environmental inspection, testing, diagnosis, repair, & problem prevention advice.

INDEX to RELATED ARTICLES: ARTICLE INDEX to GAS HAZARDS in BUILDINGS

Ou utilisez la BOÎTE DE RECHERCHE ci-dessous pour poser une question ou rechercher InspectApedia

Poser une question ou rechercher InspectApedia

Essayez le champ de recherche juste en dessous, ou si vous préférez, postez une question ou un commentaire dans la zone Commentaires ci-dessous et nous vous répondrons rapidement.

Rechercher sur le site Web d'InspectApedia

Remarque : l'apparition de votre commentaire ci-dessous peut être retardée : si votre commentaire contient une image, un lien web, ou du texte qui ressemble au logiciel comme s'il s'agissait d'un lien Web, votre publication apparaîtra après avoir été approuvée par un modérateur. Excuses pour le retard.

Réviseurs techniques et références

  • Dripps, R.D. Comroe, J.H.. 1947. The respiratory and circulatory response of normal man to inhalation of 7.6 and 10.4 percent carbon dioxide with a comparison of the maximal ventilation produced by severe muscular exercise, inhalation of carbon dioxide and maximal voluntary hyperventilation. Un m. J. Physiol. 149:43-51.
  • Erdmann, Christine A., Kate C. Steiner, and Michael G. Apte. "Inoor carbon dioxide concentrations and sick building syndrome symptoms in the base study." Indoor Air J USA (2002).
  • [2] Jensen: Dr. Roy Jensen, Department of Chemistry, Grant MacEwan College, Edmonton, AB for technical review and critique 8/23/07. Dr. Jensen notes that if we increase the CO 2 level in air in an enclosed space from its normal level of about 0.03% (we counted it as starting at 0) to a level of 1.4%, we obtain a corresponding decrease in the oxygen level from its normal level (at sea level) of about 20.9% down to 19.5%, for a 6.7% reduction in the amount of oxygen available. The amount of oxygen lost is 6.7 % (1.4/20.9 * 100 %). Our earlier version of this document was incorrect in this calculation.
  • Jensen, D. 1980. The Principles of Physiology, Second Edition. Appleton-Century-Crofts: NY. pp. 688-708.
  • [3] Doukas: Thanks to careful reader Michael P. Doukas at USGS for correcting a decimal point error in our numbers on CO 2 exposure limits - August 2010.
  • Carbon Dioxide CO 2 : Geologic Sequestration Health Effects: "Vulnerability Evaluation Framework for Geologic Sequestration of Carbon Dioxide", US EPA, EPA430-R-08-009, July 2008, web search August 2010,original source: http://www.epa.gov/climatechange/emissions/downloads/VEF-Technical_Document_072408.pdf
  • Carbon Dioxide CO 2 : Geologic Sequestration, U.S EPA, web search 08/28/2010, original source:
    http://www.epa.gov/climatechange/emissions/CO 2 _gs_tech.html
    • GTSP, 2006: Carbon Dioxide Capture and Geologic Storage: A Core Element of a A Global Energy Technology Strategy to Address Climate Change (PDF, 37 pp., 6.05 MB, About PDF). April 2006, JJ Dooley et al. Global Energy Technology Strategy Program (GSTP)
    • IPCC, 2005: Special Report on Carbon Dioxide Capture and Storage, Special Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change [Metz, Bert, Davidson, Ogunlade, de Coninck, Heleen, Loos, Manuela, and Meyer, Leo (Eds.)]. Cambridge University Press, The Edinburgh Building Shaftesbury Road, Cambridge CB2 2RU England

    Livres et articles sur la construction et l'inspection environnementale, les tests, le diagnostic et la réparation

    • Nos livres recommandés sur la conception, l'inspection, le diagnostic et la réparation des problèmes de construction et de systèmes mécaniques, ainsi que sur les tests, le diagnostic et le nettoyage de l'environnement intérieur et de la QAI, se trouvent à la librairie InspectAPedia. Consultez également nos critiques de livres - InspectAPedia.
    • .

      120, rue Carlton, bureau 407, Toronto (Ontario) M5A 4K2. Tél. : (416) 964-9415 1-800-268-7070 Courriel : [email protected] L'entreprise fournit des SERVICES D'INSPECTION DOMESTIQUE professionnels ainsi qu'une FORMATION approfondie en matière d'INSPECTION DOMESTIQUE et des PUBLICATIONS liées à l'inspection domiciliaire. Alan Carson est un ancien président de l'ASHI, l'American Society of Home Inspectors.

    Merci à Alan Carson et Bob Dunlop, pour la permission d'InspectAPedia d'utiliser des extraits de texte de Le livre de référence de la maison & des illustrations de La maison illustrée. Carson Dunlop Associates fournit une formation approfondie sur l'inspection des maisons et du matériel de rédaction de rapports.

    La MAISON ILLUSTRÉE illustre les détails de construction et les composants du bâtiment, une référence pour les propriétaires et les inspecteurs.
    Offre spéciale : Pour une remise de 5% sur tout nombre d'exemplaires de la Maison illustrée achetés en une seule commande Entrez INSPECTAILL dans l'espace "Promo/Remboursement" de la page de paiement de la commande.

    Le GUIDE DE RÉFÉRENCE TECHNIQUE contenant les informations sur le modèle et le numéro de série du fabricant pour les équipements de chauffage et de refroidissement, utile pour déterminer l'âge des chaudières de chauffage, des fournaises et des chauffe-eau, est fourni par Carson Dunlop Weldon & Associates
    Offre spéciale : Carson Dunlop Associates offre aux lecteurs d'InspectAPedia aux États-Unis une remise de 5 % sur tout nombre d'exemplaires du Guide de référence technique achetés en une seule commande. Entrez simplement INSPECTATRG dans l'espace "Promo/Remboursement" de la page de paiement de la commande.

    Le HOME REFERENCE BOOK - the Encyclopedia of Homes, Carson Dunlop & Associates, Toronto, Ontario, 25e édition, 2012, est un volume relié de plus de 450 pages illustrées qui aident les inspecteurs en bâtiment et les propriétaires à inspecter et à détecter les problèmes sur immeubles. Le texte est conçu comme un guide de référence pour aider les propriétaires d'immeubles à exploiter et à entretenir efficacement leur maison. Des feuilles de travail d'inspection sur le terrain sont incluses à la fin du volume.
    Offre spéciale : pour une remise de 10 % sur tout nombre d'exemplaires du livre de référence pour la maison achetés en une seule commande. Entrer INSPECTAHRB dans l'espace "Promo/Rachat" de la page de paiement de la commande. Le rédacteur en chef d'InspectAPedia.com, Daniel Friedman, est un auteur collaborateur.

    Ou choisissez la RÉFÉRENCE DE LA MAISON eBook pour PC, Mac, Kindle, iPad, iPhone ou téléphones intelligents Android.
    Offre spéciale : pour une remise de 5 % sur un nombre illimité d'exemplaires de la référence de la maison eBook acheté en une seule commande. Entrer INSPECTAEHRB dans l'espace "Promo/Rachat" de la page de paiement de la commande.

    COURS D'INSPECTION DE BÂTIMENTS COMMERCIAUX - protocole ASTM Standard E 2018-08 pour les évaluations de l'état des propriétés

    COURS D'ÉDUCATION D'INSPECTION À DOMICILE (États-Unis) comprenant des cours à domicile et des cours en direct dans onze collèges et universités.


    Voir la vidéo: Respirer à lair pur (Février 2023).