Informations

15.21B : Présentation du système urinaire - Biologie

15.21B : Présentation du système urinaire - Biologie


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Objectifs d'apprentissage

  • Revoir le système urinaire

Le système rénal

Le système rénal, également appelé système urinaire, est un groupe d'organes du corps qui filtre l'excès de liquide et d'autres substances de la circulation sanguine. Le but du système rénal est d'éliminer les déchets du corps, de réguler le volume et la pression sanguine, de contrôler les niveaux d'électrolytes et de métabolites et de réguler le pH sanguin.

Les organes du système rénal comprennent les reins, les uretères, la vessie et l'urètre. Les déchets métaboliques et les ions en excès sont filtrés du sang, avec l'eau, et quittent le corps sous forme d'urine.

Fonctions du système rénal

Le système rénal a de nombreuses fonctions. Bon nombre de ces fonctions sont liées aux mécanismes physiologiques des systèmes cardiovasculaire et respiratoire.

  1. Élimination des déchets métaboliques du corps (principalement l'urée et l'acide urique).
  2. Régulation de l'équilibre électrolytique (par exemple, sodium, potassium et calcium).
  3. L'osmorégulation contrôle le volume sanguin et la teneur en eau du corps.
  4. Homéostasie de la pression artérielle : le système rénal modifie la rétention d'eau et la soif pour modifier lentement le volume sanguin et maintenir la pression artérielle dans une plage normale.
  5. Régulation de l'homéostasie acido-basique et du pH sanguin, une fonction partagée avec le système respiratoire.

Bon nombre de ces fonctions sont également liées les unes aux autres. Par exemple, l'eau suit les ions via un gradient osmotique, de sorte que les mécanismes qui modifient les niveaux de sodium ou la rétention de sodium dans le système rénal modifient également les niveaux de rétention d'eau.

Organes du système rénal

Reins et néphrons

Les reins sont la partie la plus complexe et critique du système urinaire. La fonction principale des reins est de maintenir un environnement interne stable (homéostasie) pour un métabolisme cellulaire et tissulaire optimal. Les reins sont abondamment irrigués par les artères rénales qui quittent les reins par la veine rénale.

Les néphrons sont le principal composant fonctionnel à l'intérieur du parenchyme des reins, qui filtrent le sang pour éliminer l'urée, un déchet formé par l'oxydation des protéines, ainsi que des ions comme le potassium et le sodium. Les néphrons sont constitués d'une capsule capillaire (le glomérule) et d'un petit tube rénal. Le tube rénal du néphron est constitué d'un réseau de tubules et d'anses sélectivement perméables à l'eau et aux ions. De nombreuses hormones impliquées dans l'homéostasie modifient la perméabilité de ces tubules pour modifier la quantité d'eau retenue par le corps.

Uretère

L'urine passe du tube rénal à travers des tubes appelés uretères et dans la vessie.

Vessie

La vessie est flexible et sert de stockage jusqu'à ce que l'urine puisse passer par l'urètre et sortir du corps.

Urètre

Les systèmes rénaux féminins et masculins sont très similaires, ne différant que par la longueur de l'urètre.

Osmorégulation humaine

Les reins jouent un rôle très important dans l'osmorégulation humaine en régulant la quantité d'eau réabsorbée du filtrat glomérulaire dans les tubules rénaux, qui est contrôlée par des hormones telles que l'hormone antidiurétique (ADH), la rénine, l'aldostérone et l'angiotensine I et II.

Un exemple de base est qu'une diminution de la concentration en eau du sang est détectée par les osmorécepteurs dans l'hypothalamus, qui stimulent la libération d'ADH par l'hypophyse pour augmenter la perméabilité de la paroi des canaux collecteurs et des tubules dans les néphrons. Par conséquent, une grande proportion d'eau est réabsorbée du fluide pour empêcher qu'une bonne proportion d'eau soit excrétée.

L'étendue de la régulation du volume sanguin et de la pression artérielle facilitée par les reins est un processus complexe. Outre la sécrétion d'ADH, le système de rétroaction rénine-angiotensine est d'une importance cruciale pour maintenir l'homéostasie du volume sanguin et de la pression artérielle.

Points clés

  • Le système rénal élimine les déchets du corps, contrôle les niveaux d'électrolytes et de métabolites, contrôle l'osmorégulation du volume et de la pression sanguine et régule le pH sanguin.
  • Les organes du système rénal comprennent les reins, l'uretère, la vessie et l'urètre. Les néphrons sont le principal composant fonctionnel des reins.
  • Les systèmes respiratoire et cardiovasculaire ont certaines fonctions qui se chevauchent avec les fonctions du système rénal.
  • Les déchets métaboliques et les ions en excès sont filtrés du sang, combinés à l'eau et quittent le corps sous forme d'urine.
  • Un réseau complexe d'hormones contrôle le système rénal pour maintenir l'homéostasie.

Mots clés

  • uretère: Ce sont deux conduits longs et étroits qui transportent l'urine des reins à la vessie.
  • osmorégulation: La fonction la plus importante du système rénal, dans laquelle le volume sanguin, la pression artérielle et l'osmolarité sanguine (concentration ionique) sont maintenus dans l'homéostasie.

Vue d'ensemble des voies urinaires

Le système urinaire est composé des reins, des uretères, de la vessie et de l'urètre. Ce groupe d'organes a pour fonction de maintenir l'équilibre hydrique du corps et de filtrer les substances toxiques de la circulation sanguine. L'urine est produite par les reins et transportée vers la vessie par les uretères. De la vessie, il est libéré par l'urètre. Les uretères ont des fibres musculaires lisses qui se contractent de manière péristaltique pour propulser l'urine vers la vessie. Ils ont une lumière étroite à la jonction urétéro-pelvienne, à l'entrée pelvienne et à la jonction urétéro-vésicale, ce qui les rend sensibles à l'impaction de calculs. La vessie est située dans l'espace extrapéritonéal, derrière la symphyse pubienne, dans le bassin, et possède un muscle détrusor qui se contracte pendant la miction. Il est divisé en apex, corps, fond et cou. La vessie peut se rompre à la suite d'un traumatisme abdominal fermé, entraînant une extravasation d'urine et, potentiellement, une péritonite. Le sphincter urétral interne est un muscle lisse circulaire qui entoure le col de la vessie et empêche les fuites d'urine. L'urètre est une structure tubulaire qui transporte l'urine de la vessie vers le méat urétral externe. L'urètre masculin, qui transporte également le sperme, est divisé en trois parties : l'urètre prostatique, l'urètre membraneux et l'urètre pénien (urètre spongieux), tandis que l'urètre féminin n'a qu'une seule partie. L'urètre membraneux, l'urètre pénien et l'urètre féminin sont tapissés d'un épithélium pavimenteux stratifié. Les uretères, la vessie et l'urètre prostatique sont bordés par l'épithélium de transition, qui est dérivé de l'endoderme.


Le système urinaire

Le système urinaire a des rôles dont vous êtes peut-être bien conscients : nettoyer le sang et débarrasser le corps des déchets vous viennent probablement à l'esprit. Cependant, il existe des fonctions supplémentaires, tout aussi importantes, jouées par le système. Prenons par exemple la régulation du pH, une fonction partagée avec les poumons et les tampons dans le sang. De plus, la régulation de la pression artérielle est un rôle partagé avec le cœur et les vaisseaux sanguins. Qu'en est-il de la régulation de la concentration de solutés dans le sang ? Saviez-vous que le rein est important pour déterminer la concentration de globules rouges? Quatre-vingt-cinq pour cent de l'érythropoïétine (EPO) produite pour stimuler la production de globules rouges est produite dans les reins. Les reins effectuent également l'étape de synthèse finale de la production de vitamine D, convertissant le calcidiol en calcitriol, la forme active de la vitamine D.

Si les reins échouent, ces fonctions sont compromises ou complètement perdues, avec des effets dévastateurs sur l'homéostasie. La personne affectée peut souffrir de faiblesse, de léthargie, d'essoufflement, d'anémie, d'œdème généralisé (gonflement), d'acidose métabolique, d'augmentation du taux de potassium, d'arythmies cardiaques, etc. Chacune de ces fonctions est vitale pour votre bien-être et votre survie. Le système urinaire, contrôlé par le système nerveux, stocke également l'urine jusqu'à un moment opportun pour l'élimination et fournit ensuite les structures anatomiques pour transporter ces déchets liquides vers l'extérieur du corps. L'échec du contrôle nerveux ou des structures anatomiques entraînant une perte de contrôle de la miction entraîne une maladie appelée incontinence.

Les caractéristiques de l'urine changent en fonction d'influences telles que la consommation d'eau, l'exercice, la température ambiante, l'apport en nutriments et d'autres facteurs . Certaines des caractéristiques telles que la couleur et l'odeur sont des descripteurs approximatifs de votre état d'hydratation. Par exemple, si vous faites de l'exercice ou travaillez à l'extérieur et que vous transpirez beaucoup, votre urine deviendra plus foncée et produira une légère odeur, même si vous buvez beaucoup d'eau. Il est souvent conseillé aux athlètes de consommer de l'eau jusqu'à ce que leur urine soit claire. C'est un bon conseil, cependant, il faut du temps aux reins pour traiter les fluides corporels et les stocker dans la vessie. Une autre façon de voir les choses est que la qualité de l'urine produite est une moyenne sur le temps qu'il faut pour produire cette urine. Produire une urine claire peut ne prendre que quelques minutes si vous buvez beaucoup d'eau ou plusieurs heures si vous travaillez à l'extérieur et que vous ne buvez pas beaucoup.

“Urine Color” par OpenStax College / CC BY 3.0

Le volume urinaire varie considérablement. La plage normale est de un à deux litres par jour. Les reins doivent produire un volume d'urine minimum d'environ 500 ml/jour pour débarrasser le corps des déchets. La production en dessous de ce niveau peut être causée par une déshydratation sévère ou une maladie rénale et est appelée oligurie. L'absence virtuelle de production d'urine est appelée anurie. La production excessive d'urine est une polyurie, qui peut survenir dans le diabète sucré lorsque la glycémie dépasse la capacité de filtration des reins et que du glucose apparaît dans l'urine. La nature osmotique du glucose attire l'eau, entraînant une augmentation de la perte d'eau dans l'urine.

L'urine est un fluide de composition variable qui nécessite des structures spécialisées pour l'éliminer du corps de manière sûre et efficace. Le sang est filtré et le filtrat se transforme en urine à un rythme relativement constant tout au long de la journée. Ce liquide traité est stocké jusqu'à un moment opportun pour l'excrétion. Toutes les structures impliquées dans le transport et le stockage de l'urine sont suffisamment grandes pour être visibles à l'œil nu. Ce système de transport et de stockage stocke non seulement les déchets, mais il protège les tissus des dommages dus à la large gamme de pH et d'osmolarité de l'urine, empêche l'infection par des organismes étrangers et, pour le mâle, assure les fonctions de reproduction. La vessie recueille l'urine des deux uretères (Figure 2.21 « Emplacement du système urinaire »).

Figure 2.21 Emplacement du système urinaire

“Illu Urinary System” par Thstehle / Domaine public

“La vessie” par OpenStax College / CC BY 3.0

Les reins se trouvent de chaque côté de la colonne vertébrale dans l'espace rétropéritonéal derrière la cavité principale du corps qui contient les intestins. Les reins sont bien protégés par les muscles, la graisse et les côtes inférieures. Ils ont à peu près la taille de votre poing et le rein masculin est généralement un peu plus gros que le rein féminin. Les reins sont bien vascularisés, recevant environ 25 pour cent du débit cardiaque au repos.

“Position du rein dans l'abdomen” par OpenStax College / CC BY 3.0

Les reins (vus de l'arrière du corps) sont légèrement protégés par les côtes et sont entourés de graisse pour la protection (non illustré).

Les effets d'une défaillance de certaines parties du système urinaire peuvent aller de gênants (incontinence) à mortels (perte de filtration et de nombreuses autres fonctions). Les reins catalysent la réaction finale de la synthèse de la vitamine D active qui à son tour aide à réguler le Ca++. L'hormone rénale EPO stimule le développement des érythrocytes et favorise un transport adéquat de l'O2. Les reins aident à réguler la pression artérielle par le Na+ et la rétention et la perte d'eau. Les reins travaillent avec le cortex surrénalien, les poumons et le foie dans le système rénine-angiotensine-aldostérone pour réguler la pression artérielle. Ils régulent l'osmolarité du sang en régulant à la fois les solutés et l'eau. Trois électrolytes sont régulés plus étroitement que d'autres : Na+, Ca++ et K+. Les reins partagent la régulation du pH avec les poumons et les tampons plasmatiques, afin que les protéines puissent préserver leur conformation tridimensionnelle et donc leur fonction.


Traitement de l'insuffisance rénale

Dialyse du rein est lorsque le sang est prélevé d'une veine, puis il est pompé à travers une machine qui nettoie le sang.

Pendant le processus de nettoyage, la machine se débarrasse des déchets tels que l'urée. Le patient aura alors du sang plus propre sans les matières toxiques.

Cependant, il s'agit d'un traitement coûteux et long, et le patient doit retourner à l'hôpital assez régulièrement pour le faire.

UNE__ __greffe du rein peut être utilisé pour aider une personne souffrant d'insuffisance rénale. Un rein de donneur peut être utilisé pour remplacer le rein d'origine défaillant.

Le taux de réussite est relativement élevé, d'environ 80 %, et il est essentiel que les types de tissus impliqués dans cette procédure soient les mêmes entre le donneur et le patient. C'est pourquoi cela peut prendre un certain temps pour trouver le donneur correct et approprié pour le patient.

Les patients qui ont subi une greffe de rein auront également besoin d'antibiotiques et de médicaments anti-rejet toute leur vie pour s'assurer que leur corps ne rejette pas le nouvel organe et qu'il peut faire face au nouvel organe.

De quoi les patients transplantés rénaux ont-ils besoin après la chirurgie? Votre réponse doit inclure : antibiotiques / anti-rejet
Explication: Antibiotiques et médicaments anti-rejet pendant toute leur vie pour s'assurer que leur corps ne rejette pas le nouvel organe, et qu'il puisse faire face au nouvel organe. Que signifie ADH ? hormone antidiurétique A quoi servent les reins ? Votre réponse doit inclure : Supprimer / Urée / Sang / Contrôle / Ions / Eau
Explication: Pour éliminer l'urée du sang, contrôlez la quantité d'ions dans le sang et contrôlez la teneur en eau du sang.


  • Les reins sont une paire d'organes en forme de haricot et présents avec la paroi postérieure de la cavité abdominale.
  • Le rein gauche est situé légèrement plus haut que le rein droit car le côté droit du foie est beaucoup plus gros que le côté gauche.
  • Les reins, contrairement aux autres organes de la cavité abdominale, sont situés en arrière du péritoine et touchent les muscles du dos.
  • Il existe trois régions principales du rein :
  1. Cortex rénal
  2. La moëlle épiniaire
  3. Bassinet du rein

Cortex rénal

  • Les reins sont constitués d'un cortex rénal, une couche de tissu qui est également recouverte par le fascia rénal et la capsule rénale.
  • Le cortex rénal est un tissu granuleux en raison de la présence de néphrons, l'unité fonctionnelle du rein, situés plus profondément dans le rein, dans les pyramides rénales de la moelle.
  • Le cortex offre un espace aux artérioles et veinules de l'artère et de la veine rénales, ainsi qu'aux capillaires glomérulaires, pour perfuser les néphrons du rein.

La moëlle épiniaire

  • La moelle rénale est constituée de masses coniques de tissu appelées pyramides rénales.
  • Le cortex rénal forme une enveloppe autour de la moelle. Ses tissus plongent dans la moelle entre les pyramides rénales adjacentes pour former des colonnes rénales.
  • L'aspect granuleux du cortex est dû à la présence d'arrangements aléatoires de minuscules tubules associés aux néphrons, les unités fonctionnelles du rein.

Bassinet du rein

  • Le bassin rénal est présent à l'intérieur du sinus rénal. Bassinet du rein, extrémité supérieure élargie de l'uretère, le tube à travers lequel l'urine s'écoule du rein à la vessie.
  • Le bassin, qui a la forme d'un entonnoir incurvé d'un côté, est presque complètement enfermé dans l'indentation profonde du côté concave du rein, le sinus.

TRANSPORT URINAIRE NORMAL ET MICTURITION

La production d'urine est fonction à la fois de la filtration rénal-glomérulaire et de la réabsorption tubulaire et est étroitement régulée par l'état d'hydratation systémique et l'équilibre électrolytique. Le filtrat urinaire traverse le néphron lorsqu'il s'enroule dans le cortex et la moelle et se concentre via un mécanisme à contre-courant. L'urine sort du rein au niveau des papilles rénales et est transportée à travers le système collecteur supérieur. Le muscle lisse entourant les calices, le bassinet et les uretères est de type syncytial sans jonctions neuromusculaires discrètes. Au lieu de cela, l'excitation des muscles lisses se propage d'une cellule musculaire à l'autre. Chez l'homme, on pense que les cellules musculaires lisses atypiques, situées près de la frontière pelvi-calycéale, agissent comme les stimulateurs cardiaques du péristaltisme des voies urinaires (49, 50). Ces cellules initient des contractions péristaltiques unidirectionnelles qui, à leur tour, favorisent l'écoulement vers l'avant de l'urine. Récemment, Hurato et al. ont démontré que la perturbation de la région pelvicalycienne à partir des segments plus distaux des voies urinaires empêchait le péristaltisme en aval. De plus, le cation-3 activé par hyperpolarisation (HCN3), une isoforme d'une famille de canaux connue pour initier une activité électrique dans le cerveau et le cœur, a été isolé dans la même distribution spatiale que les cellules musculaires lisses atypiques de la jonction pelvi-calycéenne. L'inhibition de cette protéine de canal a provoqué une perte d'activité électrique dans la jonction pelvi-calycaire et a conduit à une activité électrique randomisée et à une perte de péristaltisme coordonné (51). Il reste à voir si les cellules HCN3-positives sont les mêmes que le muscle lisse atypique. Les contractions urétérales normales se produisent deux à six fois par minute et c'est l'onde de contraction qui avance qui force le bolus urinaire le long des uretères puis dans la vessie (52). Certaines bactéries uropathogènes semblent avoir développé un moyen de surmonter le flux d'urine normalement protecteur qui résulte des contractions urétérales péristaltiques. Des études récentes ont démontré que la plupart des UPEC ont la capacité d'altérer la contractilité urétérale via un mécanisme dépendant du calcium et que ce mécanisme dépend de l'interaction FimH-urothéliale (53, 54).

Le cycle de miction est mieux considéré comme deux phases distinctes : le stockage de l'urine/le remplissage de la vessie et la miction/la vidange de la vessie (55). Les propriétés viscoélastiques de la vessie permettent des augmentations du volume de la vessie avec peu de changement dans les pressions du détrusor ou intravésicales. De plus, pendant le remplissage de la vessie, les réflexes sympathiques rachidiens (T12–L2) sont activés qui, grâce à la modulation de la transmission parasympathique-ganglionnaire, inhibent les contractions de la vessie et augmentent la résistance à la sortie de la vessie via l'activation des muscles lisses (56). La résistance à la sortie de la vessie augmente également pendant le remplissage en raison de l'augmentation de l'activité urétrale-sphinctérienne externe via un réflexe spinal-somatique (réflexe de garde) (57). Lorsque la vessie atteint sa capacité, l'activité afférente de la tension, du volume et des récepteurs nociceptifs est transmise via les fibres A & 003b4 et C à travers les nerfs pelvien et pudenal jusqu'à la moelle épinière sacrée (56). Les signaux afférents montent dans la moelle épinière jusqu'au centre de miction pontique dans le tronc cérébral rostral. Ici, les signaux sont traités sous la forte influence du cortex cérébral et d'autres zones du cerveau. Si la miction est jugée appropriée, le réflexe de miction/vidage de la vessie est déclenché. Le schéma d'activité efférente qui suit est complètement inversé, produisant un écoulement parasympathique sacré et une inhibition des voies sympathiques et somatiques. Tout d'abord, le sphincter urétral externe se détend et peu de temps après, une contraction coordonnée de la vessie provoque l'expulsion de l'urine (56, 58) (Fig. 4).

Mécanisme de stockage et d'évacuation. A. Conservation de l'urine. La décharge afférente de la vessie de bas niveau, secondaire à la distension de la vessie, augmente l'écoulement sympathique vers la sortie de la vessie et le sphincter urétral externe (réflexe de protection). La signalisation sympathique agit également pour inhiber les contractions du détrusor-muscle. B. Vider. À la capacité vésicale, l'activité afférente vésicale de haut niveau active le centre pontin-mictionnel. Ceci, à son tour, inhibe le réflexe de garde. Le centre pontique-mictionnel activé, dans des conditions appropriées, entraînera un écoulement parasympathique vers la vessie et le muscle lisse du sphincter interne. La relaxation du sphincter urinaire est rapidement suivie d'une contraction importante et coordonnée du détrusor conduisant à l'expulsion de l'urine de la vessie. (Réimprimé et adapté de la référence 58 avec la permission de l'éditeur.) doi:10.1128/microbiolspec.UTI-0016-2012.f4

L'écoulement vers l'avant de l'urine est impératif pour le maintien d'un appareil urinaire sain. Tout processus structurel ou fonctionnel qui entrave l'écoulement de l'urine a le potentiel de favoriser la stase de l'urine, d'où la pathogenèse des infections urinaires. Dans les prochaines sections, nous élaborerons sur ces anomalies anatomiques et physiologiques qui peuvent affecter le stockage ou la vidange de l'urine et, à son tour, favoriser la pathogenèse des infections urinaires.


Filtration

Pendant la filtration, le sang pénètre dans l'artériole afférente et s'écoule dans le glomérule où les composants sanguins filtrables, tels que l'eau et les déchets azotés, se déplaceront vers l'intérieur du glomérule, et les composants non filtrables, tels que les cellules et les albumines sériques, sortiront par l'efférent artériole. Ces composants filtrables s'accumulent dans le glomérule pour former le filtrat glomérulaire.

Normalement, environ 20% du sang total pompé par le cœur chaque minute entrera dans les reins pour subir une filtration, c'est ce qu'on appelle la fraction de filtration. Les 80 % restants du sang circulent dans le reste du corps pour faciliter la perfusion des tissus et les échanges gazeux.


15.21B : Présentation du système urinaire - Biologie

Homéostasie
L'homéostasie I : un numéro d'équilibriste Le principe de base de l'homéostasie est que s'il y a trop de quelque chose dans le corps, il sera éliminé, tandis que s'il y a trop peu de quelque chose, il sera retenu.

Rein: Les reins sont des organes en forme de haricot situés derrière l'estomac qui filtrent le sang du corps et éliminent les déchets pour une excrétion ultérieure sous forme d'urine. Le rein a trois régions : le cortex externe, la moelle centrale et le bassin interne.

Uretère: Les uretères transportent l'urine des reins vers la vessie pour le stockage.

Vessie: La vessie stocke l'urine jusqu'au moment de l'élimination.

Néphron: L'unité de base du rein est le néphron. Chaque rein est composé d'environ 1 million de néphrons. Les néphrons rénaux filtrent le sang, réabsorbant ce dont le corps a besoin et excrétant le reste sous forme d'urine.

Formation d'urine
Le sang est continuellement filtré dans la capsule de Bowman. Les déchets et autres solutés passent dans le tubule pour être inclus dans l'urine, tandis que les gros éléments comme les cellules ou les grosses protéines sont retenus dans le sang.

Une pression élevée dans le glomérule permet aux petits solutés et à l'eau de s'échapper du flux sanguin glomérulaire dans l'espace de la capsule de Bowman.

Le tubule rénal est la deuxième partie du néphron, et il est spécialisé pour l'absorption. Il descend de la capsule de Bowman.

Le système urinaire est impliqué dans l'osmorégulation et l'équilibre acido-basique, ainsi que dans l'excrétion des déchets. Les reins filtrent le sang et le filtrat est acheminé vers la vessie pour être excrété hors du corps. Dans le cadre du processus de filtrage, les reins réabsorbent également les fluides en fonction des besoins de l'organisme.

Fonctionnalités spécifiques du didacticiel :

  • Des dessins anatomiques détaillés des reins, du néphron et du système de filtration sont présentés.
  • Carte conceptuelle montrant les interconnexions des nouveaux concepts de ce didacticiel et de ceux présentés précédemment.
  • Les diapositives de définition présentent les termes selon les besoins.
  • Représentation visuelle des concepts
  • Des exemples sont donnés tout au long pour illustrer comment les concepts s'appliquent.
  • Un résumé concis est donné à la fin du tutoriel.

Homéostasie
Structure du système urinaire

Voir les 24 leçons de biologie universitaire, y compris les didacticiels conceptuels, les exercices de résolution de problèmes et les aide-mémoire :
Enseignez-vous l'anatomie et la physiologie visuellement en 24 heures

© 2014 Centre d'apprentissage rapide. Confidentialité | Avis de non-responsabilité Accueil | Commande | Aperçu | Révision | À propos | Contact
Chimie Survie, Biologie Survie, Physique Survie et
Mathematics Survival Publishing sont les divisions de Rapid Learning Inc.


Walter B. Cannon est crédité d'avoir introduit le terme "homéostasie" dans les années 1920 pour décrire la constance de l'environnement interne du corps. Bien que « homéostasie » du grec implique qu'elle « reste la même », le corps est clairement un environnement très actif et en constante évolution. La valeur du terme est de décrire l'équilibre dynamique de nombreux systèmes en interaction dans le corps qui se traduit par un organisme fonctionnel raisonnablement équilibré. Il existe un certain nombre de paramètres physiques et chimiques dans le corps qui doivent être maintenus dans une plage très étroite pour que les cellules fonctionnent correctement. Les reins et le système urinaire sont des éléments importants de l'équilibre homéostatique du corps.

  1. Régulation des taux sanguins d'ions tels que le sodium, le potassium, le chlorure et le calcium
  2. Régulation de la teneur en eau du sang
  3. Maintien du bon pH du sang.
  4. Rétention de nutriments importants tels que le glucose et les acides aminés dans le sang
  5. Sécrétion d'hormones, telles que l'érythropoïétine, qui stimule la production de globules rouges
  6. Élimination des déchets cellulaires tels que l'urée

Les reins sont les organes les plus importants du corps pour maintenir l'équilibre fluide-électrolyte et acide-base. "Chaque goutte de sang dans votre corps traverse un rein environ 350 fois par jour, ce qui permet au rein d'affiner la composition du sang et ainsi de maintenir l'homéostasie." (Audesirk & Audesirk) Indice


Système nerveux autonome : contrôle urogénital central☆

Introduction

De nombreuses fonctions du système urogénital sont contrôlées par des voies neuronales complexes dans le cerveau et la moelle épinière. Ces voies centrales régulent à leur tour l'activité des nerfs périphériques autonomes (sympathiques et parasympathiques) et somatiques qui innervent les muscles lisses, les muscles striés, les cellules épithéliales et les glandes exocrines des organes urogénitaux. Certaines fonctions urogénitales (érection pénienne) sont purement involontaires et sont médiées par des voies réflexes dans la moelle épinière ou le tronc cérébral tandis que d'autres (miction) sont plus complexes, impliquant un contrôle volontaire par le cortex cérébral. Cet article fournit une brève revue des circuits neuronaux centraux et des neurotransmetteurs impliqués dans (1) le contrôle du stockage et de la libération de l'urine par les voies urinaires inférieures et (2) le contrôle des organes sexuels masculins.


Voir la vidéo: Chapter and and - Taste and Sight (Février 2023).